L’OntoCode

 

L’OntoCode est le fondement absolu de toute expérience humaine et de toute évidence de la condition humaine. Il constitue le socle ultime des sciences humaines. J’ai mis quarante années à définir la psychopathologie et la vie bonne en six modèles (holanthropiques) méthodiquement construits qui font le tour de cette science. En fait, après coup, ce ne sont que des variables de l’invariant OntoCode. Toutes les théories traitant de l’humain sont des variables particulières. L’OntoCode n’est pas une théorie. Il est la révélation de l’organisation réelle, ultime, commune et universelle de l’homme/femme. Il ne nécessite pas de théorie car tout est expérimenté et révélé en soi. Il suffit d’essayer si çà ne vient pas spontanément.

Et l’inconscient qui voulait remplir ce rôle il y a 120 ans ? Dans leurs descriptions, Freud et Jung, plus quelques autres, décrivent ce fonctionnement (inconscient) avec une justesse qui fait penser qu’ils avaient l’expérience de la chose. Mais l’OntoCode est parfaitement conscient et peut le devenir pour un chacun (en une heure de pneumoanalyse !) En ce point, cette affirmation devient totalement ambitieuse et frôle la prétention sinon le délire ou les fake news. Eh bien non. C’est true news. Ce n’est pas fake science mais right science.

  1. Nous avons déjà apporté des arguments de validation comme l’universalité de l’expérience EMIque, la reconnaissance de sa trame commune, invariante, et la transmissibilité (chez les milliers de patients et élèves. Continuons par les applis, à commencer par le mode d’emploi pour la vie bonne. Il ne s’agit ni de morale ni d’éducation et encore moins d’endoctrinement. Il ne s’agit que d’accéder consciemment à son expérience et d’entrer dans son évidence.

Çà commence par les trois caractéristiques EMIques : dynamique, dialectique et transcendantique. La vie, humaine surtout, çà bouge mais se laisse tenter par l’inertie apparemment sécurisante. Voici une déclinaison du tableau de la pneumo- avec d’autres termes plus expressifs.

 

Tableau 2 : Le Processus Organisateur de l’Humanité (POH) en son cycle diachronique et sa dialectique synchronique comme manifestation du code ontologique

 

Ce tableau explicite les trois ressources humaines fondatrices et fondamentales : hédonisme, éthique et mystique. Hédonisme (le principe de plaisir de Freud) et Ethique (le principe de réalité de Freud) constituent les deux pôles de la dialectique. Quant au vécu qui connecte les deux polarités, il débouche sur l’expérience transcendante.

 

Contact haptique, Regard aurique, Vue Mystique La Pleine Présence POH-ETique

Voici une pratique préparatoire à cette expérience. Le groupe d’élèves est assis dans le petit salon appelé « l’utérus », à savoir dans le lieu de l’enseignement rempli de gros poufs bien confortables. Voici le déroulement de cette pratique d’une petite demi-heure.

  • Installez-vous confortablement en relâchant un maximum de muscles, des épaules en particulier, tout en gardant le buste droit. Essayez de libérer le bien-être dans le ventre et de sentir peut-être déjà de la douceur énergétique.
  • Donnez les mains aux deux voisins en les tournant pouce à gauche. Calez les avant-bras sur quelque chose (coussin, cuisse) ou laissez tomber les bras pour les garder détendus. Sentez le contact des mains. Sont-elles tendues / détendues, froides / chaudes ?
  • Laissez monter les sensations ventrales dans l’hypocondre et le thorax. Peut-être deviennent-elles déjà sensuelles et voluptueuses.
  • Quand cette douce énergie a envahi le thorax et le cœur, laissez la circuler vers le voisin par la main gauche et sentez qu’elle se propage dans tout le cercle groupal et vous revient par le bras droit. Ouvrez les yeux et regarder ces corps et visages qui se modifient comme les vôtres.
  • Du ventre et du thorax, çà monte dans le cou et la tête et remplit cette dernière d’une douce félicité ou, au contraire, de l’impossibilité de la lâcher. On a le temps, on prend le temps. Dans ce dernier cas, on reste dans le tronc énergétisé jusqu’à ce que çà remonte et franchisse l’obstacle.
  • On reste dans le tronc et la tête, bien conscient, contrôlé et efficient. Je vous propose d’ouvrir les yeux et de fixer un visage que vous dévisagez minutieusement comme pour en faire le portrait. Ce regard fixe risque d’amoindrir votre bien-être à moins qu’il n’y ait de l’affectif qui vous attache à cette personne. Sentez bien les effets de cette focalisation sur l’objet. Reconnaissez les répercussions sur tout le corps.
  • Puis, tout en restant focalisé sur la racine du nez, vous regardez au-delà de ce visage jusqu’à laisser émerger l’aura: une réverbération autour de la tête, un halo blanchâtre ou coloré plus ou moins dense et épais. Si vous y êtes, une douce volupté descend des yeux jusqu’au corps qui s’uniformise. Elle se maintient spontanément pendant un bout de temps. Ce regard « aurique » reste stable en passant d’une tête à l’autre. Sentez bien ce qui s’installe de neuf dans votre être pour pouvoir le reconnaitre par la suite.
  • Restez dans ce regard défini à la fois par la racine du nez et l’aura. Notez que si vous vous focalisez sur l’aura, elle disparait ! Comme dirait l’autre, il ne faut ni vouloir, ni s’attacher ! Maintenant, fermez les yeux, maintenez le regard aurique, laissez l’énergie de la tête être aspirée vers l’avant dans une certaine obscurité. Restez un peu de temps dans ce sombre qui se connecte avec l’aspiration en avant et s’intègre en ce fameux tunnel noir sous diverses formes. N’ayez pas peur. Ne vous précipitez pas. Ne rien vouloir ni s’attacher ! Ne faites pas demi-tour, à moins que ce ne soit pour prendre un nouvel élan à partir du ventre.
  • Si çà ne passe pas aussi bien que dans ma description, ouvrez les yeux et cherchez l’aura en face de vous. C’est bien plus facile qu’avant. Constatez qu’il s’agit du même regard que dans le tunnel et du même bien-être qui envahit tout le corps.
  • Fermez à nouveau les yeux. Laissez-vous aspirer vers l’avant, chérissez l’obscurité parce qu’’au-delà çà s’éclaircit. On accède à la fameuse lumière qui caractérise la nature de l’esprit, troisième étape de l’EMI (et troisième bardo des bouddhistes tibétains, le bardo de la dharmata). Nous n’en dirons pas plus ici, dans ce résumé, puisqu’il s’agit du cœur même de la mystique et que c’est quand même un peu plus complexe !

 

Je propose de renoncer pour le moment à la production imaginaire qui pourrait faire irruption spontanément et avec exaltation. Il s’agirait du quatrième bardo, karmique, celui de la réincarnation !

 

  1. Thérapeute, mode d’emploi

La méthode structuraliste que j’utilise pour l’analyse des mythes, l’intégration des psychothérapies, psychanalyses et théories psychologiques continue son œuvre ici et nous gratifie de son essence même, à savoir de l’extraction des invariants et des variables. Ici, nous expérimentons et développons l’un des deux invariants de la psychothérapie/psychanalyse, à savoir l’être thérapeute intégratif qui constitue 70% de l’efficacité de notre art. (L’autre invariant est la cure séquentielle).

En faisant très court et résumé, nous reconnaissons que l’expérience des pneumo-, EMI et OntoCode nous apporte cet être à 70% de réussite, 30% restant liés aux outils de la cure séquentielle. En effet, la formation à la Psychanalyse Pléni-Intégrative avec la pneumo- et à l’OntoSynthèse (constituée récemment) fait passer :

  • de la technique à l’expérience,
  • de la théorie à l’évidence et
  • de la posture à l’aimance.

Voici ce devenir thérapeute par la maitrise de la cure séquentielle :

  • thérapie courte (10 séances) pour les symptômes et problèmes dans l’alliance thérapeutique ;
  • psychothérapie de durée moyenne (1 à 2 ans) pour les caractérômes et troubles de la personnalité, dans l’attachement ;
  • psychanalyse (de plusieurs années) pour la mise en ordre du passé comme gage du présent dans le transfert affectif ;
  • OntoSynthèse : pour stabiliser ces premiers acquis, installer la vie pleine et garantir l’extase suprême de la mort dans un accompagnement qui propose des pratiques solo et les supervise.

L’OntoSynthèse sert aussi de modèle à toute démarche personnelle d’épanouissement jusqu’aux fondements ontologiques, qu’elle soit développementale, religieuse, mystique ou simplement ontogénétique.

En voici quelques pratique parentes, orientales, cousines et même jumelles de l’OntoSynthèse.

  • les philosophies/sagesses/religions orientales qui s’abstiennent de créer des objets transcendants pour privilégier les pratiques expérientielles à la fois universelles et personnelles ;
  • le tao: la voie, la dynamique, le yin et le yang, la dialectique éthico-hédonique ;
  • le tantrisme sexuel: sexualité comme voie mystique et non pas comme handicap à la vie bonne ;
  • chakras et kundalini: éveil et circulation énergétique, subversion des structures corporelles et mentales débouchant sur la nature de l’esprit, ou nirvana.

Voilà autant de variables construites sur tout ou partie de l’invariant EMIque. Le recours à ces références voisines constitue un argument supplémentaire pour asseoir la scientificité de l’EMI et de l’OntoCode.

 

  1. L’application à la psychopathologie

Il va de soi que, si l’EMI inspire la santé, elle nous informe tout autant sur la pathologie, qu’on l’appelle psychopathologie ou ontopatholgie comme nous. Le grand tableau de la pneumo- nous montrait déjà les dérapages en stress/clivage et en choc/amalgame. Nous continuons cette réflexion en complétant le second tableau avec les maladies correspondants aux cinq temps du déroulement EMIque. Ces premières déductions sont encourageantes bien qu’encore provisoires.

 

Tableau 3: Le Processus EMIque et ses pathologies

 

  1. Pour clore cette présentation, il me reste à évoquer une conférence que j’ai faite récemment à Heidelberg (Allemagne) à l’hôpital psychiatrique universitaire Karl Jaspers, invité par le Pr. Hermès Kick. Après la présentation des Pneumo-, EMI et OntoCode, on me balance les éternelles variables : télépathie et période prénatale travaillées sur le divan notamment. J’ai été un peu rude, renvoyant qu’on n’avait pas d’arguments scientifiques suffisants pour accréditer ces faits bien qu’ils soient réellement vécus par leurs auteurs avec des effets personnels bien affirmés dans les témoignages. Mais là, j’ai compris dans mes tripes qu’il n’y avait plus à se bagarrer à ce propos. Les intervenants apportent des variables et nous, nous avons l’invariant. Nous ne sommes pas au même niveau logique, retrouvant l’argumentaire de Karl Popper sur les types logiques. Il nous suffit d’affiner ce décalage des niveaux épistémologiques et de montrer sur quels points les variables se réfèrent à l’EMI/OntoCode et combien elles flirtent avec la réalité complète. Cette attitude est la bonne. Pourtant il n’est pas facile de devenir conciliant après m’être battu toute ma vie contre les contradicteurs. J’affirme de temps en temps que l’EMI/OntoCode est unificateur pour la profession, la science et l’humanité. En voilà le mode d’emploi : on ne se bagarre plus !

 

  1. Pour terminer, nous pouvons expérimenter que nous lecteurs, nous sommes live, dans un cycle EMIque en cœur, corps et âme
  • Il y a de la structure revêche qui ne veut pas lâcher, des savoirs et des croyances en particulier : OntoCode ? Universel ? Mais moi, je suis moi. Et puis, c’est inconscient ; et puis j’ai mes sources de connaissance, les sciences, ma religion, mon école psychothérapique, mon anthropologie. L’EMI ? Mais c’est du fantasme ; rien de scientifique ; tout cela me traumatise.
  • Et si je lâchais quand même, çà chatouillerait dans ma tête ; sur 17 propositions, l’une ou l’autre m’a apaisé, rendu curieux, excité ; d’autres m’ont obscurci l’esprit, rendu confus ; et si c’était vrai ? Et si c’était le tunnel noir de l’EMI ?
  • Je pourrais lâcher et faire confiance à ce bonhomme (Meyer) qui a l’air sympa, documenté, convaincu à bloc, n’essayant pas de tirer la couverture à soi puisque c’est absolu et universel. Lui pas plus que moi et moi pas moins que lui. Il nous donne tout çà, gratuitement, ce n’est pas breveté ni réglementé ; un peu d’aimance ? C’est compris dans le deal : on serait tous frères et sœurs ; tous ?
  • Et mes pratiques à moi, chèrement acquises et affûtées, personnalisées avec des trucs bien validés, ce ne serait qu’une variable pas plus maligne que les autres ? Et si je lâchais prise et sentais simplement si mes centres énergétiques clignotent, se libèrent, me remplissent voluptueusement. Ne plus me battre, ne plus avoir à m’imposer ; laisser la bonne énergie me réjouir au lieu de me coincer.
  • Et çà pourrait, devrait, être le ciment qui m’unit à l’autre, aux autres, à tous les autres ; plus encore que le foot chez le dictateur (russe). Est-ce que je veux copiner avec les immigrés, pauvres, fichés facebook, victimes du climat ?
  • Moi, c’est moi, et nous c’est nous, tout un? Je ne suis pas dominé, je n’ai pas besoin de dominer, nous sommes absolus et universels. Chiche ?

 

Envoi

Ce livre nous dévoile la réalité ultime de l’humain, de ce que c’est qu’être humain, du comment çà fonctionne et du chemin à parcourir pour réaliser et parfaire notre humanité.

L’ambition n’a pas de limite. C’est cela aussi l’humanité. Encore faut-il la placer au bon endroit. J’ai mis soixante années pour y arriver. Vous pouvez aussi (et devriez) faire la démarche. Quatre parties constituent cette quête.

 

I – Initiations

Les moments forts de ma propre recherche sont relatés parce qu’ils peuvent correspondre à des vécus analogues chez vous, déjà vécus ou à venir : engagement religieux, passion musicale, carrière psychiatrique et psychothérapique, pratiques corporelles, rebirth et tanking et, surtout, expériences spontanées et dirigées du fin fond de l’humain, au-delà de l’inconscient.

 

II – Révélations

Tous ces préliminaires débouchent sur l’expérience de l’EMII, Expérience de Mort Imminente et Initiante, la véritable révélation et actualisation des profondeurs humaines. Nous verrons ses occurrences par trauma et coma, pratiques mystiques et Psychanalyse Pléni-Intégrative entre autres. Il en ressortira que l’EMI est la manifestation la plus riche, la plus complète et la plus complexe de ce qu’est l’humain et l’humanité. L’approche scientifique de l’EMI est actuellement suffisante pour valider cette évidence.

Elle révèle et manifeste plus profond encore, à savoir le POH, Processus Organisateur de l’Humanité, que nous développerons. Mais d’autres manifestations du POH nous habitent évidemment, d’autres constructions telles que le mythe. Ma thèse de doctorat sur le mythe dogon nous permettra de valider et de développer cet accès aux profondeurs de l’humain sous deux formes, un Cycle d’Eveil et une Dialectique.

Le Cycle actualise les cinq jouissances de base qui nous font vivre (et survivre aux trauma et coma) et la Dialectique nous dynamise entre Ethique et Mystique (DEM), subversion et submersion. Voilà le fondement universel de l’humain.

Nous irons encore plus loin dans notre ambition en magnifiant le Processus Organisateur de l’Humanité comme code absolu et universel, à savoir comme Code Ontologique aussi universel que le code génétique.

 

III – Manifestations

Le POH, Processus Organisateur de l’Humanité et l’EMI, Expérience de mort Imminente, qui font POH-EMe et expression POH-ETique (ET résume le modèle Essence, Existence, Transcendance de la Psychanalyse Pléni-Intégrative) se dévoilent dans toutes les formes de la vie humaine. Nous approfondirons les lieux sexuels, alchimiques, spirituels et méditatifs, ainsi que les sciences psychologiques en recto et leur verso, à savoir les sciences psychopathologiques. Bien que ces nouvelles manifestations soient moins explicites car plus partielles que l’EMI, on y retrouvera le cycle des ressources et la polarité structure-processus (le DEM). Aussi participent-elles à la validation de notre phénomène EMIque comme base universelle de l’Humanité.

 

IV – Applications

L’Evidence que met en place l’Expérience EMIque et son Aimance nous poussent à développer quelques applis qui abordent les domaines aussi cruciaux que la morale, la politique et les valeurs humaines de base.

  • Elles seront antifric, antiflic, anticlic et anti désastre climatique.
  • Elles sont indispensables à la survie de l’humanité.
  • Elles se proposent comme pratiques psychanalytiques (pléni-intégrative) et comme OntoSynthèse.

 

V – Mode d’emploi

Ces quatre étapes que j’ai passées en soixante dix années (76 en ce jour d’aujoud’hui), depuis ma première vision d’un ange, sont aussi les étapes de votre lecture et de votre démarche :

  • rappeler les initiations que vous avez déjà vécues ;
  • retrouver les révélations qui ont été faites sous trente-six formes diverses ;
  • à partir de ces expériences et évidences, capter les manifestations du plus profond de l’être dans ses formes les plus diverses et surtout personnelles et enfin
  • enfin définir les applis pour vous, l’humain, et pour l’humanité.

Laisser un commentaire