C’est l’EMI qui sauve nos vies

c’est l’EMI qui enseigne la psy

l’Expérience de Mort Imminente

pratiques, phénoménologie,

anthropologie, neurosciences

 

Un nouveau livre, un nouveau blog

En plein boom du numérique, des algorithmes, du big data et de l’intelligence artificielle (IA), la magnificence de l’EMI, Expérience de Mort Imminente, fait office d’antidote. L’exubérance de ses vécus, qu’on ose enfin avouer, nous rappelle une humanité fière de son hédonisme, de sa mystique et de son éthique.

Mais, parce que nous restons imprégnés par nos morts bien aimés, et que l’EMI nous les fait revoir, nous croyons tout d’un coup qu’il y a là la preuve de « la vie après la vie ». Croyance. En même temps, la ruée sur l’EMI se veut aussi scientifique et « la vie après la vie » le revendique aussi. Les réseaux de neurones de l’IA (intelligence artificielle) nous le révèleront bientôt aussi. Mais ce n’est que croyance, googlemanie et happycratie.

Pourtant, dans l’EMI, il y a bien science, science phénoménologique d’une part. Les millions et milliards d’expériences spontanées d’EMI débouchent sur une évidence qui fait science et permet d’accéder aux fondements de l’être humain et de l’humanité, à son code ontologique ou OntoCode. Nous en tirons que le POH, Processus Organisateur de l’Humanité, est dynamique, dialectique, « transcendantique » et que son essence est hédonique, éthique et mystique.

Il y a science, neuroscience d’autre part. Le cycle expérientiel de l’EMI passe de « l’état d’éveil » au « mode par défaut » (éveillant l’énergétique) puis au « mode auto » délégant les commandes au système nerveux autonome et à la créativité symbolique. Finalement le mode d’éveil et le mode auto se connectent en ce « mode holo » (global) qui fait la richesse de l’homme/femme/être/onto-.

Soixante années d’expérience personnelle, (dont le couvent), d’enseignement médical (psychiatrie) et anthropologique (thèse de sociologie/ethnologie), quarante années de pratique clinique, un quart de siècle à former des psychothérapeutes, et la création de méthodes qui donnent accès à l’EMI et à l’OntoCode (somatoanalyse, Méditation Pleine Présence, pneumoanalyse, ontosynthèse) fondent cette approche du genre humain et de sa condition humaine comme :

  • approche universelle de son être,
  • antidote des artifices Gafam–iques,
  • union des huit milliards d’entre nous contre le four climatoire.

 

Ce texte annonce :

  • deux nouveaux livres de 250 pages livrés en blogs tous les quinze jours

Dr. R. MEYER

 

Jouissance Ethique et Mystique

Les Universaux de l’Humanité

révélés et actualisés par l’EMI

l’Expérience de Mort Imminente et Initiante

 

SOMMAIRE

25 blogs de 8 à 12 pages en cet automne 2019 : I à XXV

Blog I
L’humanité et l’être humain, vous et moi, et notre code ontologique révélé par l’Expérience de Mort Imminente et les pratiques dédiées, dont la pneumoanalyse ; le tableau de son déroulement.

Blog II
Le Processus Organisateur de l’Humanité (POH) et les pratiques initiatiques : contact haptique, regard aurique, Pleine Présence.

Blog III
L’EMI, Expérience de Mort Imminente,

  • par trauma et coma, selon Raymond Moody et Kenneth Ring,
  • par la pneumoanalyse de Richard Meyer,
  • par la méditation,
  • et dans la psychose aigüe.

Blog IV

  • Une démarche personnelle par le couvent et des rêves post-traumatiques,

Blog V
Perso encore, en corps et en musique.
L’éveil musical comme esthétique et mystique, et même EMIque.

Blog VI
L’EMI, un cycle de cinq séquences par trauma et coma, extase religieuse et somatoanalyse : le témoignage d’Eben Alexander.

Blog VII
L’EMI, sa com et sa médiatisation : la conscience non locale,
la plus grande base de données et ses enseignements,
le livre tibétain de la vie et de la mort et l’EMI.

Blog VIII
La formation personnelle et les préparatifs à la découverte EMIque : le New Identity Process de Daniel Casriel, le rebirth (séances personnelles) et la pneumoanalye.

Blog IX
D’autres manifestations importantes de l’OntoCode construites comme l’EMI : chant, danse, plongée sous-marine, EMDR et piano encore.

Blog X
Les grands textes de l’humanité et leur construction sur le cycle EMIque : Gilgamesh, Yi King, Avesta.

Blog XI
Mahabaratha et Ancienne Egypte

Blog XII
La construction de « l’échelle EMIque de Meyer » sous forme de questionnaire,
les premiers résultats statistiques.

Blog XIII
Une pratique méditative centrée sur le cycle EMIque, le témoignage de Béatrice

Blog XIV
Retour à la formation personnelle préparatoire :
thérapie cathartique et travail émotionnel,
les bases théoriques d’Antonio Damasio
le témoignage d’Alice.

Blog XV
Et çà se veut scientifique ! Méthodologie et épistémologie,
l’ayahuasca agit par un cycle EMIque et la kétamine probablement aussi.

Blog XVI
Carl Gustav Jung est le psychanalyste qui a le mieux cerné le Code Ontologique révélé par l’EM
> l’une de ses fans (Arcé) l’a très mal intégré

Blog XVII
Puisque le cycle EMIque est universel, on le retrouve partout !
Ici en Gestalt thérapie et CIAM, communication induite après la Mort.

Blog XVIII et XIX
Les fondements neuroscientifiques de l’OntoCode et de son cycle EMIque :

  • les cinq modes volo(ntaire), par défaut, auto(nome), holo (holistique) et pléno (Pleine Présence) ;
  • la complémentarité SNV/SNA, système nerveux volontaire, système nerveux autonome.

Blog XX
Les validations de notre modèle neuroscientifique par

  • les ondes cérébrales, les stades du sommeil,
  • la synesthésie et les profils de conscience de Dehaene, Naccache, Laurey.

A venir en automne 2019

Blog XXI
Corrélations : la sexualité

Blog XXII
Corrélations : la neuropsychanalyse

Blog XXIII à XXV
L’analyse structurale du mythe Dogon et sa trame EMIque

 

 

Préface

Ethique, Hédonique et Mystique,

les fondements de l’ETRE,

l’EMI, Expérience de Mort Imminente/Initiante,

le POH, le Processus Organisateur de l’Humain

et l’OntoCode

Soixante années à chercher le Saint Graal, à traquer la pierre philosophale et à parachever le Grand Œuvre.
Çà y est, c’est fait.
En plus moderne : toucher le Jackpot, gratter et gagner l’euromillion.
C’est tout comme.
Ici, il suffit de trente euros, le prix de ce livre (déjà proposé gratuitement en blog).

Euphorie, Exaltation, Evidence, parce que çà découle de l’Expérience, de celle des huit milliards d’humains, dont la mienne. En voici l’annonce en dix-huit points.

1) L’humanité constitue une espèce qui a les caractéristiques de toute espèce vivante à savoir une unité qui en fait son universalité. L’être humain s’est constitué il y a près de 300.000 ans (plus ou moins combien ?) et perpétue cette unité fondamentale depuis lors.

2) Nous pouvons appeler cet élément constitutif commun Code Ontologique ou, en plus percutant, OntoCode. Ce code présente les mêmes caractéristiques de constance que le Code Génétique même si ses bases sont plus récentes mais plus larges que ce dernier, à la fois biologiques, physiologiques, psychologiques, sociales et culturelles. (Nous n’envisageons ici que la séquence humaine de la vie qui, elle, remonte à des milliards d’années).
L’OntoCode est même plus stable et durable que le code génétique que l’on commence à découper et à recomposer de l’extérieur avec Crispr Cas 9.

3) L’OntoCode est d’une complexité telle qu’il permet aux huit milliards d’humains d’être autant de personnes différentes dans des recombinaisons chaque fois uniques. Les cents milliards de neurones et cent cinquante milliards de cellules gliales, dont chacun connecte un millier d’autres engendrent cette complexité et garantissent ces unicités. Il en découle que nous ne conscientisons pas cette masse de processus et que même le plus gros des ordinateurs ne peut pas donner le nombre d’interconnexions. Par contre nous l’expérimentons jusqu’à l’évidence en tant que phénomène vécu.

4) Tout comme l’ordinateur, cette complexité met notre épistémologie (science du savoir) au défi. Et nous pouvons évoquer le seul apport pertinent de la physique quantique aux sciences humaines, à savoir son principe d’incertitude: on ne peut pas connaitre à la fois la constitution et le mouvement d’une particule atomique. Le mathématicien Gödel reprend cette limite avec le principe d’incomplétude, on ne peut pas prouver la vérité. Ajoutons gaillardement notre nouveau « principe d’inconceptitude » : on ne peut pas mettre en concept le fondement universel de l’humanité. On ne peut qu’en théoriser des manifestations partielles (et se chamailler pour en faire les paradigmes dominants). Nous ne pouvons que les vivre et les décrire comme phénomènes évidents.

5) En étudiant l’une des manifestations majeures des fondements humains, à savoir le rêve, Freud s’est incliné comme Heisenberg (l’auteur du principe d’incertitude) et s’est résolu au concept d’inconscient : circulez, y a rien à voir (ni à savoir). Il y a cent vingt ans, deux réalités semblaient ultimes, l’atome (relancé par Becquerel) et l’inconscient (vulgarisé par Freud). Mais, depuis, on a décomposé l’a-tome (ce qu’on ne pas déconstruire) en une cinquantaine de particules (dont le boson de Higgs). L’inconscient, lui, reste toujours inaltérable, a-tome, mais phénoménologiquement expérimenté (à quatre vingt euros de la séance). Et pourtant !

6) Cet être humain unique, unifié et universel, ne supporte pourtant pas ces restrictions, ni l’inconscient ni l’incertitude ni l’inconceptitude et se crée des convictions sous forme d’objets transcendants, clivés, dissociés, éternels et prétendument parfaits : dieu, surtout quand il est mono-, l’inconscient pris comme substantif et la toute récente « conscience non locale» (pas dans mon cerveau et venant du cloud). Mais l’OntoCode nous transmet que tout ce qui se fixe, fige et s’immobilise constitue le pathos et le mal. Car la condition humaine est dynamique, dialectique et transcendantique (patience, on expliquera !).

7) Les bases universelles de l’humain ne se plient ni aux sciences ni aux croyances. Elles découlent de l’expérience, de l’évidence (et de l’aimance, patience !). Elles se manifestent constamment, partout et toujours, en chacun et en tous. Ces vécus se donnent comme témoignages, romans, films, opéras, jeux vidéo (le streaming, çà bouge et ne se fige pas !)
L’OntoCode informe notre être (nos façons d’être) dans ses quatre grandes fonctions, ses 4 C :

  • comportementales,
  • cognitives,
  • communicationnelles,
  • culturelles.Pour faire moderne, on dirait qu’il joue le rôle d’un logiciel avec ses algorithmes et ses applications, sauf qu’il s’agit d’intelligence naturelle (IN) et non pas artificielle (IA). (Et bien moins énergivore). Il se révèle plus pleinement et consciemment dans des fonctions complexes comme les rêves, les états de conscience modifiés, les productions culturelles. Il s’étudie plus précisément dans les Sciences Humaines (psychologie, anthropologie, spiritualités) et s’expérimente en médecine, psychothérapie, sexualité, méditation surtout. La multiplicité de ces manifestations montre qu’il s’agit d’approches partielles.
    Les théories qui s’attaquent à un même thème humain ne sont donc que des variables (variétés) sans cela il n’y en aurait pas plusieurs. Mais y a-t-il une approche de l’invariant universel et unique ?

8) La manifestation la plus complète, complexe, absolue et universelle de l’OntoCode se fait dans la situation humaine extrême, à savoir l’imminence de la mort, dans l’EMI : Expérience de Mort Imminente. Ce processus ultime a quatre fonctions :
– il guérit du coma,
– il enlève la peur de la mort,
– il suscite un changement de l’état d’être (d’où son action thérapeutique),
– et dévoile l’OntoCode.

9) L’EMI est un processus cyclique à trois mouvements:
– une dynamique diachronique à 5 étapes,
– une dialectique synchronique entre deux pôles complémentaires,
– une expansion transcendantique au-delà des limites naturelles et culturelles.L’EMI survient dans quatre situations principales :

  • la pathologie, trauma et coma, anesthésie générale,
  • les pratiques mystiques et méditatives,
  • les exercices thérapeutiques et analytiques qui modifient l’état de conscience,
  • les autres états de profonde modification de la conscience (rêve, orgasme, amour, émerveillement etc.)

10) Au-delà de mon passage au couvent (de 19 à 22 ans) et de la reprise assidue de la méditation, au-delà de petites EMI lors d’anesthésies générales, c’est ma démarche psychiatrique, psychothérapique/psychanalytique jusqu’à la création de la « psychanalyse pléni-intégrative» qui m’a sensibilisé à l’EMI, m’en a apporté des expériences diverses et multiples et m’a insufflé l’évidence de son importance capitale. C’est le pendant somato-, psycho-corporel, qui m’a permis de créer la pratique la plus à même de vivre cette révélation, la pneumo-analyse, issue du rebirth.

11) La pratique de l’hyperventilation en position immobile initiée par le rebirth et transformée par la pneumoanalyse est une expérience qui reproduit fidèlement le cycle EMIque parce qu’elle constitue un trauma (contrôlé) qui rejoue le coma (sans risque) du fait des modifications des constituants internes : hyperoxygénation, hypercapnie, déséquilibre acido-basique notamment. La preuve : sans rééquilibrage par le lâcher prise, cette hyperventilation provoque tétanie, spasmophilie et clivage psycho-somatique notamment.

  1. L’accompagnement de milliers de pneumoanalyses avec des patients et des élèves psychothérapeutes et psychanalystes m’a mis sur la piste d’une trame commune à tous leurs vécus, au-delà de l’exubérance fantastique des contenus. La référence à Raymond Moody, Kenneth Ring et surtout Pim Van Lommel m’a permis d’y reconnaître le déroulement EMIque et d’en déduire l’OntoCode, à savoir le fondement même de la spécificité humaine.Cette base commune et universelle permet de reconnaître la trame commune de la plupart des manifestations humaines évoquées ci-dessus :
    • les extases mystiques,
    • les vécus d’anesthésie générale,
    • les rêves, au-delà des théories interprétatives de Freud,
    • les grandes œuvres littéraires, en particulier les livres des morts (tibétain, égyptien, nord et sud-américains),
    • les fondements des mythes et des religions,
    • les inspirations artistiques et culturelles,
    • les théories des Sciences Humaines comme le concept d’inconscient de Freud et de Jung.

L’EMI comme héraut du héros OntoCode englobe tout le fonctionnement humain :
a) la dialectique extériorité-intériorité : extériorité à subvertir au début du cycle et à réintégrer à la fin ;
b) la dynamique des trois dimensions constitutives  psycho-, socio- et somato- : le corps et la volupté énergétique, le cœur et l’amour transcendant, l’esprit et la félicité créative ;
c) la transcendance qui subvertit les rigidités structurelles et prône l’expansion fonctionnelle sans limite : la plénitude énergétique jusqu’à la lévitation et la diffusion, au-delà du corps anatomique l’expansion dans l’espace, l’amour élargi à l’humanité, la créativité symbolique capable de faire tout ce que les humains ont produit depuis 300.000 ans dans tous les domaines culturels.

Ce processus EMIque, devient évident dans le tableau ci-joint qui décrit le cycle expérimenté en pneumoanalyse.

 

 

 

Tableau 1: L’Expérience de Mort Imminente en Pneumanalyse

Le cycle EMIque

 

1)Voilà le déroulement de l’EMI Initiatique tel que mes élèves psycho-somatothérapeutes l’expérimentent et en acquièrent l’évidence. Si ailleurs son démarrage commence par un trauma, (coup, torture, viol) ou un coma, ici, c’est par l’hyperventilation. Mais ce tableau constitue aussi un trauma psychique pour le lecteur dans la mesure où il balaye plein de connaissances et de convictions sécurisantes (et figées).

Alors, on y va quand même? Au risque d’une EMI Initiante ? Sinon, c’est aggravation des pensées automatiques !

2) L’enjeu est de taille et le gain d’importance : la pneumoanalyse n’est autre que le déroulement de l’EMI qui est elle-même la révélation de l’OntoCode. Tout en différenciant ces trois réalités, nous y reconnaissons la révélation absolue à savoir la fondation de l’humanité.

Laisser un commentaire