Actualité

Au-delà de l’espace, du temps et de la causalité la réalité universelle, intemporelle et essentielle

 

Emmanuel Kant, l’un de nos philosophes fondateurs ; nous a asséné ses trois a priori : l’espace, le temps et la causalité. La civilisation occidentale a acheté et apparemment prospéré sur ces rationalisations, générant fric, flic, clic et crime climatique. Au sein de ce meurtre de la vie se niche aussi la trahison des psys. Faut acquiescer, argumenter, valider avec clinique, statistiques et lapin neuroscientifique. Progrès : ce dernier ne sort plus du chapeau mais de l’IRMf.

L’espace, le temps et la cause, çà cadre, çà structure, çà rend conscient et efficient. Mais on n’a qu’une terre, le temps presse et tout le monde est en cause. Pendant ce temps, dans tout l’espace, çà cause, comme le témoigne Hulot. (Aujourd’hui, 4 septembre 2018, le journal Le Monde publie : « L’appel de 200 personnalités pour sauver la planète : le plus grand défi de l’histoire de l’humanité ».

En face, chez nous, c’est universel, intemporel, essentiel. La révélation EMIque (Expérience de Mort Imminente) concerne les huit et bientôt onze milliards d’humains. Elle nous renvoie à la dynamique, à la dialectique et à la transcendance. Le code ontologique est intemporel : volupté, liberté et vérité. Et ces réalités sont essentielles, expérientielles, hors cause. Elles sont ! That’s it. Mais faut y aller quand même, de blog en blog. En ce début de livraison des textes (le premier quart de notre livre), c’est encore élémentaire, mais de blog en blog, on y arrivera, à ces révélations et révolutions.

 

Le texte : Psychanalyse Pléni-Intégrative

Les six positions de stabilité structurelle

La pièce maîtresse du modèle développemental est constituée par le concept d’état de stabilité structurelle. La dénomination est empruntée à la théorie des catastrophes de René Thom, un mathématicien français qui a systématisé jusqu’à un certain point les faits complexes. Cette théorie a apporté à la somatologie un cadre de rigueur que nous découvrirons tout de suite. Pour dire les choses plus simplement, il suffit de reconnaître que chaque étape du développement humain se centre sur un état d’être stable qui caractérise cette étape. Par contre, d’une étape à l’autre, s’impose un processus de complexification déjà évoqué, à la fois épreuve et enrichissement, que nous appellerons catastrophe avec René Thom. Dans ce chapitre sur le développement normal, nous verrons que ces passages peuvent s’ajuster plus ou moins harmonieusement, mais nous les appellerons quand même « catastrophes » pour signifier la perturbation qu’ils représentent, à savoir la perturbation de l’état de stabilité antérieur. Mais laissons au contenu de ces étapes le soin d’illustrer ce processus général.

 

L’homéoesthésie de la bulle primitive

L’être humain commence avec la conception. Le cadre de vie s’y constitue de l’utérus de la mère, de son corps nourricier, de l’ensemble des états bio-physiologiques de celui-ci et de l’enveloppe sonore plus large. Après la naissance, cette bulle primitive se continue par le berceau et la chambre de bébé, par l’autre berceau constitué par les bras et les seins maternels, par le biberon dans la bouche et l’éponge sur les fesses, par les jouets qui traînent alentour et que bébé explore dans sa solitude. C’est cela l’écosystème initial car les humains y participent plus de l’écosystème que d’une relation déjà personnalisée. Cette caractéristique se retrouve dans l’expression des psychanalystes qui parlent du bon sein et du mauvais sein (Mélanie Klein) et de ‘‘donneurs de soins’’(Winnicott).

Ce cadre primitif se présente comme un réfèrent relativement simple, peu compliqué en tout cas. Ce côté rudimentaire permet au petit être, lui aussi rudimentaire, de constituer les premières fonctions, elles-mêmes élémentaires. Si l’anatomie est bien en place, la bio-physiologie accède à la constance des grands équilibres que l’on appelle homéostasie. Il s’agit de faits quantitatifs, ceux-là même que la médecine classique prend en considération. Mais nous, ce sont les constantes qualitatives qui nous intéressent, l’élaboration de ces sensations qui se précisent à l’interface du quantitatif et de l’écosystème. Quand l’un des parents pose sa main sur le ventre gravide, dans un contact haptonomique, le fœtus répond en se déplaçant vers cette main. C’est que l’utérus s’est déjà mis en « eutonie » sous l’effet de ce contact en prolongement, situation que le fœtus commence à « sentir » qualitativement. Les vécus de plaisir et de déplaisir s’installent déjà à travers les états de tension et de détente de l’écosystème utérin.

Le petit être commence à jouer lui-même avec la tension et la détente, le mouvement et le repos, l’éveil et le sommeil. Il met en place des niveaux de sensation différenciés et arrive peu à peu à un niveau optimal de vécu que nous appelons homéoesthésie. La sensation est une réalité aisément définissable par chacun même si elle est difficilement transmissible. Nous pouvons aussi ajouter la dimension psychique qui accompagne ces sensations.

Voilà cette fameuse position de stabilité structurelle, ici dans cette première étape, l’homéoesthésie. Quand le lait calme la faim et rétablit l’homéostasie, l’enfant retrouve son homéoesthésie : il s’apaise, se détend, gazouille, puis s’endort. Un vécu de bon sein s’est constitué qui servira à la gestion ultérieure de l’homéoesthésie. Cet état de stabilité est singulier pour chaque être, donc différent de l’un à l’autre, mais il joue pour chacun le même rôle de structure, de structuration, à cause de sa stabilité même. On peut le retrouver chez l’adulte, comme dans le cas suivant.

 

Clinique

Gertrude est une infirmière de quarante ans qui vit seule et solitaire. Timide, elle règle ses comptes avec ses collègues de travail dans des affrontements imaginaires, le soir, en rentrant chez elle. Ainsi retrouve-t-elle son homéoesthésie. Chaque soir il lui faut son tricot et une émission télé distrayante pour trouver le calme suffisant à l’endormissement. Elle en est toujours à la bulle primitive et à une homéoesthésie rudimentaire, aussi ne supporte-t-elle personne chez elle, ni homme ni copine. Un soir, des cousins éloignés l’ont emmenée au restaurant dans une ambiance sympathique. En rentrant, Gertrude s’est jetée sur le tricot et sur Michel Drucker pour trouver le calme avant de s’endormir. La présence des cousins était une catastrophe, seuls le tricot et la télé pouvaient induire la stabilité structurelle homéoesthésique.

 

La fusion de la matrice mère-enfant et l’attachement

Vers un an, le bébé a besoin d’une personne de référence, celle qui est là, la mère le plus souvent, pour développer le nouveau besoin, l’attachement.

Peu à peu, le sein, bon ou mauvais, se prolonge en une personne bien étrange, en une personne qui a son arbitraire, ses caprices et ses besoins. Dans l’utérus, la nourriture venait à jet continu. Dans la niche sénobrachiale, le lait coulait à intervalles réguliers. Mais voici que cette personne qui s’appelle mère vient à temps et à contre-temps, avec trop ou pas assez de nourriture, avec des gestes tendres ou bourrus, une voix mielleuse ou cassante. Pour bébé, c’est la catastrophe, ça le tire de toutes ses jeunes habitudes, ça le dérange dans l’équilibre de ses sensations.

Si la catastrophe est trop brutale, il s’installe un symptôme, du côté du choc ou du stress ; si la catastrophe se répète trop souvent, il se constitue un syndrome spécifique à cet âge-là, par exemple un spasme du pylore. Mais aujourd’hui, ça se passe relativement bien, la mère est suffisamment bonne et bébé, assez présent. Il se fait un ajustement entre les deux personnes. Tout d’un coup, ce petit enfant, habituellement tendu, lâche prise, s’abandonne aux mains qui le prennent, se love entre le sein et le bras, regarde le visage bienveillant et esquisse un sourire. Une nouvelle sensation l’envahit, une sensation pleine, tonique, de tout le corps. Le regard se fait plus insistant ; la niche entre sein et bras devient délicieuse, douce, attrayante. Des gazouillis réagissent aux mots et des rires répondent aux babils. Le bras perd tout relief musculaire et se transforme en un berceau dans lequel bébé s’enfonce voluptueusement. La fusion s’est installée.

A partir de maintenant, la mère n’est plus systématiquement une catastrophe. Elle l’est de moins en moins, même quand elle vient à contre-temps. L’image est déjà là, par anticipation, et la fusion aussi. Le souvenir réussit à neutraliser l’estomac spasmé depuis quelques minutes. Même quand c’est trop tard, le contact du bras et du sein prolongé par un tendre regard rétablit la fusion. Même quand il y a mise à l’épreuve, la récompense tant attendue en annule la pénibilité.

Qu’est-ce qu’est cette fusion ? Nous n’essayerons pas d’ajouter ici une nouvelle description de ce qui a été tellement magnifié par les poètes, les amoureux, les psychanalystes et les chercheurs de la petite enfance. Nous ne pouvons que proposer l’apport du modèle développemental : la fusion est un état de stabilité, bien structuré, étayé sur l’homéoesthésie primitive à laquelle s’adjoint une certaine tension libidinale, tension qui est due précisément à la présence de la partenaire dans cette matrice à deux. Nous pouvons aussi décliner les différents aspects que prend cette fusion dans les trois dimensions qui s’imposent toujours dans l’approche somatologique :

  • dans la dimension somatique, nous retrouvons la libido et l’éveil énergétique ;
  • dans la dimension relationnelle, s’esquisse la constitution du partenaire humain, de l’autre dans un attachement de plus en plus solide;
  • dans la dimension psychique, se fait la connexion de la libido et de l’objet sous la forme de pulsion et de fantasmes qui la déclenchent.

Ce surcroît de tension viscérale, musculaire et mentale, ajouté à la poussée vers l’objet, constitue un véritable travail. Comme l’énergie est limitée et doit se reconstituer, il y a bientôt retour à l’homéoesthésie primitive, dans le sommeil d’abord. Ce retour à la constance est un autre attrait et nous trouvons là la pulsion freudienne de la conservation du moi. La nouvelle énergie libidinale s’intègre à l’homéoesthésie et l’enrichit.

En ajoutant de l’âge à son développement, le petit enfant apprend à gérer son attachement. Il peut entrer dans cette position de stabilité par un simple regard jeté à la mère, par une représentation mentale évoquée, par un câlin provoqué à n’importe quel moment. Lorsqu’il commence à se déplacer, il cherche lui-même ce contact et gère son comportement pour assurer l’équilibre structurel de la relation fusionnelle.

 

Clinique

Comme thérapeute d’adultes, j’observe cette pulsion dans mes groupes de somatanalyse. Les patients qui y travaillent longtemps passent tôt ou tard par la matrice fusionnelle et cherchent mon contact, mes bras, une étreinte, un bonding. Il le leur faut une à deux fois par week-end. Cela est possible dans le cadre organisationnel de la séance-type. Les deux séquences verbales du début et de la fin de séance offrent chaque fois trois places auprès du thérapeute, l’une par devant dans ses bras et les deux autres par appui de chaque côté. Il s’organise une rotation spontanée, implicite, totalement évidente mais peu apostrophée. Sur les dix-huit participants de l’atelier, les six à huit qui travaillent plus particulièrement dans la matrice fusionnelle organisent ainsi une rotation presque harmonieuse. Cet aspect de la socio-somatanalyse peut paraître incongru et même scandaleux à celui qui n’y accède qu’intellectuellement. Pourtant c’est bien ce qui s’est passé pour tout enfant par rapport aux deux parents et aux frères et sœurs.

 

La protection de la dynamique de socialisation

Les rationalistes et autres phobiques de l’amour formuleront une autre question. Comment ressort-on de cette matrice fusionnelle ? Eh bien, le plus simplement du monde, comme la quasi totalité des sept milliards d’humains. Le développement de l’enfant continue, ses capacités et besoins augmentent, son champ d’action s’élargit. Il s’aperçoit surtout que la relation à une seule personne est malgré tout aléatoire et risquée, même avec la mère et sa capacité fusionnante. En effet il aura largement expérimenté que cette partenaire n’est pas tellement fiable que cela : elle s’absente, est occupée ailleurs, peut-être déjà avec un autre enfant ; elle a ses préoccupations et ses humeurs et, surtout, un mari ! Quelle que soit la jouissance de son contact, il y a quand même toutes les cuisantes séparations.

Et puis il y a les autres partenaires : le père, les frères et sœurs, la grande famille, les invités, les rencontres lors des promenades. Au début, ils n’étaient que des empêcheurs de fusionner en rond. Peu à peu, ils offrent une présence qui, si elle ne vaut pas l’attachement maternel, pallie agréablement à l’absence de la mère. D’abord ils constituent cette catastrophe qui expulse de la position de stabilité mais, à la longue, ils offrent quelque chose de nouveau qui semble tout aussi intéressant : la sécurité par la protection.

 

La théorie des catastrophes de René Thom

A l’occasion de ce nouveau cycle de socialisation, référons-nous à René Thom et à son modèle mathématique. Pour ce scientifique, la position de stabilité structurelle se représente comme un jeu de poulie dont le cadre de vie est la roue motrice et le sujet, une seconde roue entrainée par la première.

 

Schéma 5 : la position de stabilité structurelle

 

Ici, le sujet a bien une vie propre, une dynamique qui le fait tour­ner sur lui-même, mais il n’y a pas de mouvement par rapport à sa position. Il reste sur place, il est stable, structuré par le cadre de vie qui est lui-même stable. C’est ainsi que se représente le cœur de chaque étape de développement : l’homéoesthésie dans l’écosystème, l’attachement dans la matrice maternelle, la protection dans la dynamique familiale. Mais, lors des catastrophes transitionnelles, les cadres changent, les cadres conjointement avec le sujet. La vie évolue et dérange de la stabilité antérieure. C’est la catastrophe. René Thom propose ici le modèle de la came.

 

Schéma 6 : La came ou cycle marqué

 

Empruntons à Michèle Porte, psychanalyste, la présentation de la came et son application aux concepts psychanalytiques. « Sur la partie non marquée du cycle a lieu une variation continue de la distance au centre de rotation — écart spatial -, et de l’énergie — écart énergétique — (on peut imaginer un tel arbre à cames, entraîné par une roue de moulin dans un courant, et entraînant lui-même des marteaux à foulons, ainsi que l’usage le plus anciennement connu de ce dispositif en offre l’exemple). Sur la partie marquée du cycle, au passage du saut de relaxation, la distance au centre et la teneur en énergie baissent brutalement (la tête du marteau dégringole sur le drap). Le saut de relaxation est une transformation irréversible. La réversibilité est assurée par la répétition du cycle (grâce au courant). Intuitivement, nombre de cycles vitaux paraissent relever d’un schéma de ce genre : cycles alimentaire, du sommeil, respiratoire…

 

La protection par l’appartenance à la famille

Sécurisés par ce renfort des sciences dures, nous pouvons revenir à l’enfant et à son problème de sécurité. C’est autour de ce thème que s’organisent les troisième et quatrième étapes de la vie, la première promouvant une sécurité passive ou protection et la seconde poussant à une sécurité active ou puissance.

En évoquant la liquidation du complexe d’Œdipe comme image freudienne de cette nouvelle catastrophe et la période de latence comme troisième position de stabilité, nous réveillons des concordances. Mais il faut se rappeler que le concept de latence évoque la mise en sommeil de la sexualité. Pour nous, il annonce l’apaisement que procure la protection donnée par le groupe familial et social.

Car nous entrons de plain-pied dans le troisième cadre de vie, dans le groupe social que la famille représente en premier. Dès qu’il y a trois personnes en présence, on passe de la matrice affective à la dynamique sociale. Les amants ne le savent que trop bien, eux qui font un enfant pour sceller leur fusion et qui se retrouvent dans une véritable dynamique de groupe dès son arrivée. En fait, sans le savoir, ils veulent passer à la taille sociale pour asseoir une sécurité que l’amour seul ne donne pas.

Quant à l’enfant, il doit traverser cette nouvelle catastrophe pour retrouver sa position de stabilité qui est, ici, de sécurité. Pour cela, il doit entrer dans le fonctionnement de la vie familiale, accepter que cette dynamique à plusieurs le dépasse et s’impose à lui, apprendre à en reconnaître les règles, us et coutumes, et enfin gérer son propre comportement en fonction de cette dynamique groupale.

 

Clinique

C’est seulement à ce prix qu’il accède à la sécurité qui est la raison d’être de tout groupe humain et de toute appartenance à un groupe. Il s’agit d’une sécurité octroyée, passive, sur laquelle l’enfant peut compter du simple fait de son appartenance à ce groupe. L’enfant se sent protégé. Nous n’insisterons pas sur ce vécu bien qu’il soit aussi fondamental que les deux précédents, et bien qu’il ne soit pas aussi magnifié par la psychothérapie, et la psychanalyse en particulier. C’est la raison pour laquelle j’ai mis beaucoup de temps à reconnaître l’importance de ce vécu de protection dans le groupe de somatanalyse. Il y avait toute l’aura du travail émotionnel et de la compréhension analytique. En fait, il y a surtout cette catastrophe groupale à affronter pour y trouver son bien le plus précieux. Tout comme l’enfant, le patient débutant doit d’abord arriver, ouvrir les yeux, tendre les oreilles, jouer de curiosité, pour percer le mode de fonctionnement du groupe, pour percevoir les règles dites et surtout non dites, pour ressentir la culture implicite. Comme l’enfant qui passe plus de temps à établir les règles du jeu qu’à jouer, le patient doit essayer de comprendre la dynamique relationnelle qui sous-tend un échange plus que son contenu. Pis encore, tout comme l’enfant doit expliciter son appartenance au groupe familial, le patient doit montrer patte blanche, faire croire à sa bienveillance, communiquer enfin sa place dans ce groupe.

L’emploi du « il doit » montre la contrainte certaine qui règne dans cette culture de groupe. Ici on ne plaisante plus. C’est l’accommodation ou l’exclusion. La sécurité ne peut pas régner à moins que ça. Par contre un exutoire se met en place, un mode de régulation, l’émotion.

C’est ainsi que j’aime à présenter l’un des aspects majeurs de l’émotion, comme la résultante du conflit qui nait de la rencontre des besoins individuels et des contraintes sociales. Il s’agit chaque fois d’une catastrophe ponctuelle qui doit se résoudre par le vécu émotionnel pour enlever la conflictualité de cette rencontre. Alors peut s’installer le vécu de protection qui est le nouvel état de stabilité structurelle et qui compense avantageusement les contraintes initiales.

L’entrée dans la dynamique familiale pour l’enfant ou dans la dynamique socio-somatanalytique pour le patient nous montre qu’il s’agit d’une espèce d’apprentissage, d’une élaboration, de l’acquisition de réponses aux questions posées par la catastrophe. L’épreuve accouche de savoirs, de savoir-faire, d’habiletés, des fameux « skills » des anglo-saxons. Depuis le début de la somatologie, nous proposons le concept « d’attentionnel » pour désigner ce processus. Ici, nous voyons mieux de quoi il s’agit.

Chaque étape de développement génère un programme de gestion particulier à cette étape, avec un ensemble de « skills » spécifiques. Le vécu de stabilité se décompose en deux parties, en une partie « essentielle » liée aux messages et stimuli du moment et en une partie « attentionnelle » qui comprend les programmes de gestion spécifiques à l’étape. Ce sont ces programmes qui font « structure » et assurent la stabilité du moment alors que les messages, eux, sont instantanés et entraînent une certaine labilité de l’être. D’étape en étape, les programmes de gestion s’additionnent et se cumulent ce qui donne la nouvelle couleur du vécu de chaque étape.

Mais poursuivons cette exploration des positions de stabilité et franchissons une étape importante, d’autant plus importante qu’elle est généralement oubliée par la littérature psychothérapeutique. Il s’agit du passage de la première partie de la vie qui est largement réceptive et passive à la seconde partie qui se caractérise par l’activité et la prise de responsabilités. Freud a marqué ce passage par le meurtre du père et la constitution du groupe social là où les sociétés traditionnelles inscrivaient l’initiation. Il s’agit évidemment de l’accès à la vie adulte.

Actualité

Trump est-il psychotique ?

 

Ma dernière actualité a abordé Trump comme marqueur de la société actuelle. Il incarne le fric, le flic, le clic (tweet) et le climatique. De quoi semer la panique. C’est fait, et personne ne réagit.

Moi aussi j’étais comme médusé et figé. Je pinaillais autour d’un trouble de la personnalité, en clivage évidemment. Eh bien non ! Il est psychotique, en dissociation.

Voila quelques années, j’ai intégré l’écologique dans la psychopathologie. Voici :

 

Les écoloses : les six formes

 

Le concept d’écolose, terme construit comme névrose, psychose ou sociose, regroupe les actes préjudiciables à l’environnement, les attitudes anti-écologiques ainsi que les réactions pathologiques produites par les dégâts écologiques. Les écoloses se déclinent comme les socioses et prennent place à côté d’elles. En effet c’est l’adulte socialisé qui en porte la principale responsabilité. En voici la schématisation sur le modèle ontopathologique puis des illustrations.

Tableau 12 : les six formes d’écolose

 

Ecopsychose : le déni quasi psychotique de la responsabilité humaine dans le changement climatique ; exemple : Georges W. Bush lors de son premier mandat ; (et Trump)

 

Ecopathie : activité délibérée, importante, aux seules fins de profits personnels contre la nature et la planète ; exemple : les capitaines d’industrie et actionnaires hyperpollueurs ;

 

Ecodélinquance : actes bénins et répétitifs préjudicialbes au climat (vous et moi !)

 

Ecophobie : anxiété liée aux menaces du climat ; par exemple le tout récent « syndrome d’hypersensiblité chimique multiple » que des petits malins promeuvent pour récupérer les victimes anxieuses ;

 

Ec’obsession compulsive : comme d’aller se terrer au fin fond des vallées vosgiennes pour échapper à la pollution et de refuser d’enfanter pour ne pas jeter de nouveaux êtres dans la tourmente climatique ;

 

Eco-lancolie : il faut entendre « mélancolie », trouble de l’humeur grave provoquée et stimulée par la fournaise apocalyptique subie réellement ou fantasmée sinon délirée.

 

Est-ce sérieux ? Oui, très ! Et les pointes d’humour qui émaillent ces illustrations sont plutôt noires. Ça ne fait pas rire, au contraire. Il me semble important de pathologiser aussi les manquements envers la planète comme envers la société. Il ne suffit plus de fixer une simple amende à l’écopathe, amende qui n’atteint pas le dixième du bénéfice que tire ce pervers de ses transgressions. Et moi, qui joue à la bourse des valeurs ?

Récapitulons la liste de nos nouveaux malades : écotiques, écopathes, écolinquants, écophobiques, écot.o.c., écolancoliques ! (Meyer 2012, Nouvelles Pathologies Psy, p.266-268)

Quinze jours après la présentation à mes élèves médecins de ce nouveau chapitre de l’ontopathologie, quelqu’un récidive et fait des actes de pollution des péchés, du véniel au mortel. Et c’est qui ? Le pape.

Eh bien, il y est, le Trump, écopsychotique et en péché mortel. En effet, quand on nie l’évidence absolue du changement climatique et l’aggrave de façon criminelle, il s’agit d’un délire chronique et d’une crise maniaque. Çà deviendrait une psychose schizo-affective. Vivement qu’il déprime ! Mais il s’en fout, de l’enfer, comme du four climatoire. Et vous et moi ?

 

LA PSYCHANALYSE PLENI-INTEGRATIVE (suite)

 

L’Hum’un, trois, six, deux

 

Qu’est-ce qu’être Humain ? C’est la question à sept milliards de réponses. Il y a néanmoins des approches possibles et nécessaires, phénoménologiques, purement descriptives et néanmoins opérationnelles. Notre théorème en est une, simple et efficace ;

  • l’humain est un, en soi ;
  • il se situe dans trois positions relationnelles :

en groupe, couple et/ou solo ;

  • et se développe en six étapes de vie ;
  • grâce au changement que permet le jeu des deux pôles, structurel et fonctionnel, opposés et complémentaires.

Cette systématisation de l’être, et même mathématisation, a quelque chose d’évident. Nous tenons néanmoins à l’argumenter : d’abord en la retrouvant dans la métapsychologie freudienne ; ensuite en en faisant la trame de la cure ; finalement en la représentant sur notre modèle structuro-fonctionnel et ses déclinaisons en autant de schémas. Nous avons déjà vu certains tableaux. Nous les trouverons tous au fil des pages. Mais voici son application en séance exploratoire d’un nouveau cas et comme fil conducteur de la cure.

 

Le modèle de la cure

Il faut évoquer un dernier bonheur qui découle de la synthèse des quatre topiques holantropiques. En effet, il restait un problème que me posent mes élèves, celui du fil conducteur de la cure somatanalytique, qu’elle soit groupale ou duelle. Au début, j’écrivais par provocation que la « somatanalyse était une succession de moments primaires ». Il suffisait de faire se répéter ces moments de réajustement pour arriver peu à peu au rééquilibrage final. Cela reste vrai, même si c’est très imprécis. En fait, cela n’est suffisant que pour un psychothérapeute qui a d’autres fils conducteurs, psychanalytiques, reichiens et/ou comportementaux par exemple.

 

Mes élèves se sentaient perdus, jusqu’à ce que les quatre modèles holantropiques viennent combler la grille de lecture somatologique. Celle-ci part de deux apports directs du patient, de son symptôme ou problème actuel et de son histoire personnelle. Elle continue avec les moyens thérapeutiques décrits : les trois cadres somatanalytiques, les deux douzaines de somatothérapies structurées… Il manquait quelque chose entre les deux. Et voici que ça se fait, avec le modèle somatanalytique de la cure.

 

Tableau 13 : Le modèle de la cure en psycho- et socio-somatanalyse et les quatre topiques holantropiques [de (1) à (4)]

 

Ce modèle montre des cheminements possibles, avec beaucoup d’alternatives. Ils sont plusieurs, ce qui laisse de nouveau beaucoup de place aux spécificités individuelles. Ce schéma montre de façon résumée que les deux apports du patient — symptôme et histoire — doivent s’analyser et se travailler dans le cadre des positions de vie et des étapes de vie et qu’ensuite chacune de ces dernières doit s’analyser et se travailler dans ses deux composantes d’unité et de dualité, de stabilité et de changement.

 

L’implication du thérapeute

Il nous reste à évoquer l’autre caractéristique qui fait liaison de la psychanalyse à la somatanalyse : l’implication du thérapeute. Plus encore que le psychanalyste, le somatanalyste s’engage dans la position de vie que reconstitue le cadre thérapeutique. Il n’introduit pas ses particularités personnelles, surtout pas ses pathologies propres, mais il entre dans le rôle social du groupe, dans l’échange affectif de la relation duelle, dans la complicité initiatique en Présence Juste.

Tout thérapeute est sollicité tour à tour dans ces trois rôles et positions. S’il exerce dans un seul cadre thérapeutique, en relation duelle par exemple, la différenciation des trois états relationnels est difficile pour le thérapeute et encore plus pour le client. Nous savons combien la psychanalyse a peiné à trouver la bonne attitude dans la relation transféro-contretransférentielle, hésitant entre son rejet comme artefact ou résistance et son intégration comme creuset thérapeutique, balançant entre sa désignation comme projection venant du passé et amour présent, opposant les tenants de la neutralité et ceux de la gratification réparatrice.

 

Le psycho-somatanalyste et les « débiles affectifs »

Le psycho-somatanalyste se propose comme partenaire réel et favorise la constitution de la matrice affective grâce à l’élargissement de la communication du verbal au visuel et au tactile. Quoiqu’il arrive à l’analysant, ce dernier se manifeste dans son état d’être affectif, en blocage ou surinvestissement, en relation symbiotique ou en clivage, en superposition ou en juxtaposition, lorsque les trois positions s’étayent. La légendaire peur du thérapeute quant à cette dimension relationnelle se règle dans cette gestion des trois positions. Il doit les repérer, les observer puis y rendre attentif et travailler à leur bonne séparation et à leur respect. Le vrai travail commence, à savoir l’approfondissement de l’affectif. En effet, nous sommes des « débiles affectifs » selon la terrible expression d’Ingmar Bergman. Nous avons libéré notre sexualité, notre spiritualité, notre socialité, mais nous balbutions encore au niveau affectif. Pourtant c’est là que la modernité est en train de jouer sa survie, dans le vécu de l’affectif. C’est là que la simplicité du vécu fait retour. En effet, ce n’est pas dans la fournaise de la projection passionnelle que se situe l’affectif mais dans la profondeur d’un être ensemble tendre, calme, admiratif, égalitaire et simple. Dans l’affectif, on ne veut rien que ce qui est dans le cadre de vie établi, ici le cadre thérapeutique. Dans l’affectif, on se met à parler de choses simples, de la vie quotidienne, des soucis du moment, tout comme de la vie et de la mort, de Dieu et de l’univers. L’affectif devient un état d’être ensemble et, quand il est bien établi, il se fait oublier et laisse aller ailleurs, dans le social avec ses problèmes à régler, dans le créatif avec son développement personnel à assurer. Etre dans la matrice affective, c’est tout sauf un problème : c’est d’y arriver qui en est un. Voilà pour le psycho-somatanalyste.

 

Le socio-somatanalyste « supposé pouvoir »

Le socio-somatanalyste s’implique dans la recherche de protection d’une part, de puissance d’autre part. Dans un premier temps, le participant du groupe demande la protection et tend à l’arracher au thérapeute, le transformant en « supposé pouvoir » au-delà du « supposé savoir » (de Lacan). Lorsqu’il a acquis suffisamment de sécurité passive (protection), il développe sa sécurité active (puissance), dans des agressions mimétiques, avant d’acquérir des habiletés personnelles. Le somatanalyste est tour à tour garant de cette sécurité et partenaire pour la construire ensemble. Cette implication sociale se fait en réaction et non en première intention. C’est là que se retrouve la neutralité du thérapeute. Il n’introduit pas son besoin propre. Il répond aux besoins des patients, ce qui suppose un recul certain par rapport à ses tendances personnelles.

 

Directivité et liberté

Ici on peut toucher du doigt ce qui différencie les thérapies directives et les thérapies analytiques. En employant ce dernier mot, je souligne le fait que la méthode analytique freudienne ne doit pas se concevoir comme l’opposé du directif mais comme quelque chose de plus subtil. Un thérapeute directif n’a pas la possibilité de laisser son patient osciller entre le besoin de protection et l’expression de puissance. En dirigeant la cure, en l’orientant selon son intention théorique, il oblige le patient à entrer dans la passivité et lorsqu’il lui demande d’être puissant, il ne lui laisse que la mimésis comme modèle. De nombreuses somatothérapies sont directives et imposent des indications thérapeutiques spécifiques, en particulier du côté de l’abord symptomatique et de l’efficacité rapide, comme le font les thérapies comportementales et cognitives.

La somatanalyse, elle, se retrouve dans le prolongement de la psychanalyse dont nous avons souligné l’apparent non-savoir. Malgré ses aspects très actifs, ses relations très intenses et ses cadres de travail multiples, elle se situe du côté du non-pouvoir. La psychanalyse a choisi de ne pas savoir à la place du patient. La somatanalyse professe qu’elle ne peut pas faire à la place de l’analysant.

 

Le non-pouvoir et le non-savoir

Ce non-pouvoir remet le patient en face de sa liberté et de son authenticité. Il peut choisir la protection ou la puissance, il peut entrer dans la matrice affective ou la refuser, il peut développer sa créativité ou s’en remettre à l’imitation. Le somatanalyste ne peut pas choisir à sa place. Il propose seulement à l’analysant de se situer dans les cadres de vie correspondants, dans les positions de vie justes et réparatrices. La liberté elle-même est mise sous condition, l’authenticité aussi, dans les conditions du cadre de vie choisi. Combien de patients confient qu’ils ne « se sentent pas eux- mêmes » dans le groupe social, dans le couple intime ou dans la solitude. Ils ne seraient eux-mêmes que dans un lieu de vie très précis, avec telle personne, dans tel contexte, à tel niveau d’énergie, et voudraient se retrouver les mêmes dans tous les autres lieux. C’est là une demande de plus en plus fréquente de la modernité. C’est aussi l’erreur de cette même modernité : être soi varie selon les cadres de vie, l’entourage, l’écosystème. Cet acquis des différents « soi » ne se fait qu’à travers un long travail où se sont expérimentés les différents états d’être, profondément, répétitivement. La longueur des cures somatanalytiques découle de cette durée nécessaire.

La liberté est au pouvoir ce que la complexité est au savoir

Elles n’adviennent vraiment qu’en chaque personne singulière. La pratique somatanalytique garantit la première, la recherche somatologique se fonde sur la seconde. Il aura fallu lâcher prise auparavant, lâcher le pouvoir et le savoir. Il n’y a pas eu d’année 1897 pour la somatanalyse, d’écroulement total de la théorie comme pour Freud. A la rigueur, on pourrait parler de l’année où la première génération de somatanalystes a fait bloc contre la somatanalyse. Ils sont partis comme un seul homme pour se soustraire à la mise en place des trois cadres organisationnels, à la conceptualisation de la topique des positions et à l’insistance sur l’analyticité. L’un a retrouvé Reich, l’autre Lowen et un troisième, un avatar du psychodrame. J’ai accepté ce départ, j’ai assuré la différence, j’ai assumé la perte. C’était le prix de la liberté, de la leur et de la mienne. On s’est retrouvés depuis.

 

Chapitre IV

La topique développementale
et les six étapes de vie

Etats de stabilité structurelle
et catastrophes transitionnelles

 

Que l’être humain soit issu du long développement de l’humanité est maintenant une évidence mais ce n’est que depuis peu, depuis Charles Darwin, qu’on l’appelle phylogenèse. Que chaque être humain soit en développement est une autre évidence, c’est ce qu’on appelle ontogenèse. Mais que ce développement ne s’arrête pas à la fin de l’adolescence, est moins évident et ce sera l’un des apports de ce texte de situer les étapes de la vie jusqu’au grand âge sans oublier la mort. L’on ne discutera pas de l’existence du développement de l’être humain, on ne fera que jeter un nouveau regard sur lui, un regard qui observe un long et lent processus de complexification. Avancer en âge, c’est devenir plus complexe. Pour d’aucuns, cette complexité nouvelle est d’abord une complication, une adjonction de fonctions supplémentaires, de règles de fonctionnement multiples, de responsabilités en plus. Il s’agit de nouveautés à programmer, de contraintes à gérer, jusqu’au stress ou au renoncement. Pour les autres, ces adjonctions sont un enrichissement. En fait, elles sont les deux à la fois lorsqu’elles suivent le circuit complet de l’accommodation (adaptation du sujet aux nouveautés) et de l’assimilation (adaptation des nouveautés au sujet) comme le propose Jean Piaget. Cette complexification s’appelle ailleurs hominisation, socialisation, humanisation. Chez les Dogons du Mali, le nouveau-né n’est pas encore homme ou humain quand il sort du ventre maternel, il ne le devient que vers le huitième jour avec la dation du nom par le groupe social : l’humanisation est aussi une socialisation.

Chaque étape du développement est autant une épreuve qu’une nécessité. Voilà le paradoxe. Pour nous qui situons la mère, puis la famille, puis le groupe social, au départ d’autant d’étapes de vie, le paradoxe est criant : la mère est une épreuve pour le nouveau-né stabilisé dans sa bulle primitive, la famille est une épreuve pour le petit enfant structuré dans la matrice fusionnelle. Ailleurs on parle de castration pour évoquer l’épreuve de chaque nouvelle étape. Pour la psychanalyse, le passage de la matrice fusionnelle à la dynamique de socialisation est une castration, une ablation. Pour Françoise Dolto, il faut même que les parents « donnent la castration » aux différentes étapes du développement de l’enfant. Nous n’irons pas jusque-là, laissant à la vie elle-même le soin d’ordonner le passage des étapes et confiant aux parents la seule tâche d’y accompagner l’enfant. Nous préférerions dire qu’il s’agit d’une « érection » pour rester dans le symbole phallique cher aux psychanalystes et faire un clin d’œil à ce moment clé de la phylogenèse qu’est l’acquisition de la position debout. Chaque nouvelle étape érige l’être humain un peu plus. Même s’il y a épreuve, ou à tout le moins contrainte et stress, ce n’est que pour un enrichissement certain.

 

Les critères de différenciation des étapes de vie

La première vraie question ne tombe qu’ensuite : ce développement est-il continu ou discontinu ? Se fait-il d’un trait ou par phases ? On pourrait ergoter indéfiniment si notre besoin de connaissance et d’opérationnalité ne nous obligeait pas à faire fonctionner la raison qui est discontinue et réductrice par essence. Il y aura donc des phases, des stades ou étapes du développement humain. Tous les auteurs qui se sont penchés sur la question, de Freud à Piaget, en passant par Wallon et Gesell, ont proposé des découpages temporels et/ou fonctionnels du développement humain, chez l’enfant en particulier.

Freud propose des stades liés aux zones érogènes : stades oral, anal, phallique et génital.

Wallon découpe ce jeune âge différemment :

  • stade d’impulsivité motrice (0-3 mois),
  • stade émotionnel (3-12 mois),
  • stade sensori-moteur et projectif (1-3 ans),
  • stade du personnalisme (3-6 ans),
  • stade de la puberté et de l’adolescence (11-16 ans).

Piaget, investissant prioritairement la dimension cognitive, caractérise les stades suivants :

  • stade sensori-moteur, divisé en six sous-stades (0-18 mois),
  • stade de préparation et de mise en place des opérations concrètes, divisé en trois sous stades (18 mois-11/12 ans),
  • stade des opérations formelles, divisé en deux sous-stades (11/12 ans à 14/16 ans). (Bideau 38)

Enfin Gesell nous propose tout simplement une succession de livres qui décrivent l’enfant à des âges bien délimités. Toutes ces propositions, tirées d’une période de la recherche déjà classique, ont eu leur utilité pour la thérapie, la pédagogie, les sciences cognitives et les parents et éducateurs. Les critères de différenciation de ces classifications sont divers, la pertinence des étapes dépend fondamentalement de la pertinence du critère de différenciation.

La somatologie nous propose un nouveau critère, ce qui justifie l’élaboration d’un modèle développemental tout aussi nouveau. Avec sa « topique des positions », elle nous invite à une observation anthropologique et à une vérification clinique qui ont abouti au modèle développemental en six étapes. Il nous reste à expliquer ce choix avant de le fonder par ses apports pour les sciences humaines, la psychothérapie et la nosologie psychiatrique.

 

Schéma 4 : Le modèle Ontogénétique

 

Le critère relationnel

Le critère de différenciation est celui du cadre de vie, des trois et seulement trois milieux distincts que sont le groupe social, le couple affectif et l’écosystème environnant. Vu du côté de la personne, cela donne la situation en groupe, en couple et en isolement (et la famille entre groupe et couple). La notion de « position de vie » ajoute à chaque cadre une fonction spécifique : respectivement la dynamique sécuritaire, la fusion affective et la créativité individuelle. Nous arrivons ainsi à des entités réelles, stables et opérantes, comme nous le montreront les études à venir. Pour le moment, il nous suffit de souligner les qualités intrinsèques de ce critère situationnel et positionnel.

Il s’agit d’abord d’un élément matériel et objectif. Le groupe, le couple et l’isolement, ça se distingue aisément. Si l’on objecte que l’on peut être en couple dans un groupe et solitaire même à deux, il suffira de définir la prévalence d’une position donnée. On peut privilégier l’univers créatif bien qu’on soit à deux. On ne voit que le couple même dans un banquet. Ici fait retour toute la complexité de l’homme, complexité qui est la chance de l’humaniste et la malchance du scientifique. Notre critère ne dépend donc pas d’une théorie a priori comme le fait le critère des zones érogènes de Freud. Il ne rend probablement pas justice à toute la richesse du fonctionnement humain, mais cette limite est le garant même de son objectivité. N’oublions pas qu’il s’agit du critère relationnel : seul, à deux, à trois et plus ; 1 à 2 à ≥ 3 et ça continue par ≥ 3 à 2 à 1.

Le critère des trois cadres et positions de vie, redupliqués en six étapes développementales, trouve une très grande pertinence dans sa capacité à se référer à des modèles scientifiques. Nous mettrons en œuvre un référent aussi prestigieux que la théorie des catastrophes. Certes notre modèle comprend une part de science « molle », tout simplement parce qu’elle est « humaine », mais il se fonde de façon « exacte » dans les mathématiques. C’est la matérialité même de notre critère qui permet cette rencontre avec les sciences dures. Notre critère de différenciation est tout autant pragmatique. Il se réfère à un lieu d’observation totalement adéquat avec les trois cadres organisationnels des nouvelles psychothérapies : en groupe, en couple et en solitaire. C’est ainsi que les trois formes de la somatanalyse, socio-, psycho- et éco-somatanalyses, constituent de véritables laboratoires expérimentaux, non seulement pour l’observation de ce qui s’y passe mais aussi pour la vérification des hypothèses.

 

Mots clés : Ecoloses, Ecopsychose, Ecopathie, Ecodélinquance, Ecophobie, Ec’obsession compulsive , Eco-(mé)lancolie 

 

Actualité

 

Vacances à Chamonix. C’est là que j’écris. A Lipsheim, je pense, et bichonne mes centaines de chênes. J’ai aussi préparé les prochains blogs dont le 11.

On y trouvera « la topique de l’unité : être soi » ainsi que la façon d’y arriver : « l’expérience plénière ». Deux choses pour actualiser ces propos : l’EMI est l’une des expériences fort médiatisée. C’est le thème de mon écriture actuelle. Il est tellement riche et complexe que je crée des couvertures à gogo pour ce nouveau livre, le quinzième ou seizième ? No Lo So. En voici deux de ces essais.

 

Dr. R. MEYER

 Qu’est ce qui fait l’humain ?
l’OntoCode

Qu’est ce qui le révèle ?
l’EMI
Expérience de Mort Imminente

Comment y accéder ?
la Psychanalyse Pléni-Intégrative

Et y demeurer ?
l’OntoSynthèse

 

Dr. R. MEYER
psychiatre, dr. en anthropologie, écrivain

l’INCONSCIENT
enfin révélé par l’EMI
l’Expérience de Mort Imminente/Initiante
et l’ONTOCODE
le logiciel universel de l’humanité

 

Chamonix, lecture. Anita Moorjani (Revenue guérie de l’au-delà : Une NDE m’a sauvée), une nouvelle guérison miraculeuse (d’un Hodjkin en phase terminale), après celle d’Eben Alexander (d’une méningite à escherichia coli, prétendument mortelle) miracles dû à l’Expérience de Mort Imminente (EMI). Je les citerai longuement dans le nouveau livre. Mais même deux hirondelles ne font pas le printemps. Ces deux « expérienceurs » mettent en avant leurs guérisons comme à Lourdes. Çà fait vendre leurs livres. Certes, j’attribue aussi une fonction thérapeutique à l’EMI mais de façon plus large : elle guérit du trauma et fait sortir du coma. Et là nous avons des millions d’hirondelles ! Médicalement parlant, nous ne savons pas précisément si c’est l’EMI ou le coma lui-même qui soigne. Le coma, c’est comme de se mettre sous la couette pour se soigner. Affaire à suivre. Parce qu’il ou elle mobilise les ressources fondamentales : volupté, félicité et agapé. Tout comme nos pneumo-analyses et Méditations Pleine Présence. Quant au blog qui suit, il annonce tout cela avec « l’être soi » et « l’expérience plénière » que nos deux expérienceurs décrivent fidèlement avec beaucoup d’émotion.

Chapitre III

 L’Hum’un trois six deux
Le théorème de l’Humain

Freud a connu une période créatrice extrêmement féconde de 1910 à 1914. Après la longue gestation de la toute nouvelle psychanalyse, de 1897 à 1910, pendant laquelle il définit surtout les outils de travail, à savoir l’analyse des rêves, l’inconscient, le complexe d’Œdipe et le lapsus, Freud s’attelle aux concepts théoriques plus élaborés qui lui permettent d’embrasser tous les fonctionnements humains et sociaux. En 1910, il tombe sur le « principe de réalité » qui vient faire contrepoids à la sexualité toute puissante, et introduit la socialisation de l’enfant. En 1912, il écrit Totem et Tabou pour marquer le passage de l’adolescence à l’âge adulte et de la horde sauvage à la civilisation, grâce au meurtre du père. En 1914, comme pour amorcer le cataclysme de la première guerre mondiale, il développe le concept de narcissisme primaire et s’intéresse à la première période de vie, d’avant l’Œdipe. La rupture de 1897 a provoqué un vide qui se révèle maintenant d’une fécondité extrême. C’est ce qui se passa pour la somatanalyse. Une créativité foisonnante vient parachever ce qui semblait épars et en suspens jusque-là.

 

De la topique des positions à la topique du développement
La topique des positions a rapidement engendré le modèle du développement de l’être humain en six étapes. Il suffisait de lire attentivement le schéma des 3 positions et y ajouter le redoublement de leur occurrence, en sens inverse, une première fois de la conception jusqu’à l’adolescence (solo, duo, socio), une seconde fois du début de l’âge adulte jusqu’à la mort. (socio, duo, solo)

Tableau  9: Les étapes du développement de l’être humain

Ce nouveau modèle de l’ontogenèse s’est rapidement enrichi des caractéristiques associées. Le tableau suivant rappelle cette créativité.

Tableau 10: Les caractéristiques des étapes de la vie

La naissance de ce modèle de développement ne découle pas d’une observation naturaliste de mes trois enfants comme le fit Piaget avec les trois siens ni des œuvres d’un quelconque laboratoire de psychologie de l’enfant. Elle est mathéma­tique, topographique, logique. C’est un modèle qui l’a engendrée, le modèle structuro-fonctionnel que j’ai créé à partir de la clinique et de l’anthropologie, et qui est devenu autonome. L’intelligence artificielle existait déjà !

L’apprenti-sorcier a perdu la maîtrise de son œuvre qui continue à créer d’elle-même. Il ne reste plus qu’à tester le résultat, qu’à le jauger et le valider.

Il faut d’abord essayer de le falsifier, ce modèle, selon les bonnes manières scientifiques introduites par Karl Popper. Parce qu’il existe d’autres modèles du développement de l’être humain, des modèles bien établis, socialement reconnus à défaut d’être scientifiquement prouvés. J’ai relu Wallon, Piaget, Freud, Gesell et d’autres. Je me suis plongé dans les sommes qui répertorient la bonne douzaine d’autres modèles actuellement pertinents. Allaient-ils réduire à néant ce nouveau prétendant à faire modèle ? Après les premières frayeurs, une évidence s’est faite jour, une conviction qui s’éloignait tout autant du triomphalisme naïf que d’une timidité orgueilleuse. En réalité, il n’existe pas de stades de développement suffisamment distincts pour faire une unanimité scientifique. Il existe trop de paramètres qui évoluent selon des chronologies trop différentes pour marquer des scansions remarquables. A la limite, il n’y a pas de stades du tout. Aussi les auteurs de modèles se réfèrent-ils à l’un ou l’autre de ces paramètres pour les isoler et construire des étapes différenciées autour de leur seule chronologie particulière. Piaget s’est référé au développement co- gnitif, Freud à la dimension libidinale et Wallon aux processus tonico-moteurs. Et pourquoi ne se fierait-on pas aux positions de vie et donc à la dimension relationnelle ?

Tout modèle du développement ontogénétique présente donc une part d’arbitraire, aussi doit-il au moins être opératoire, servir à quelque chose, induire du neuf. C’est ce que mes textes ont fait à différents niveaux, en particulier cliniques (Meyer 2011, 2012). Il est un autre acquis qui me paraît tellement important que je n’ai pas pu ne pas l’évoquer déjà ci-dessus, c’est celui de la relecture de l’œuvre de Freud à la lumière du modèle ontogénétique.

Il est une caractéristique qui est reconnue par tous ceux qui ont approfondi l’œuvre théorique de Freud, c’est celle de sa richesse et de sa diversité qui va jusqu’à risquer l’incohérence et la contradiction. Nous avons longuement décrit la rupture de 1897. Il y a d’autres ruptures théoriques avec, concomitamment, des scissions avec des élèves. C’est ainsi qu’en 1920 l’introduction de la pulsion de mort sépara l’école psychanalytique en deux camps selon l’acceptation ou le rejet du nouveau concept. Reich et, dans une moindre mesure, Ferenczi, seront dans le deuxième camp. Heureusement qu’en 1897 Freud était seul sans cela il aurait désespéré toute son équipe, son seul allié étant déjà à distance, à savoir son maître Breuer.



L’œuvre théorique de Freud et les six étapes ontogénétiques

Durant son demi-siècle de recherche théorique, Freud a investi successivement des thèmes différents et certains de ses historiens définissent des périodes précisément caractérisées par la prévalence de chaque thème. On peut faire une lecture de cette oeuvre à partir du modèle ontogénétique. En d’autres mots, Freud aurait approfondi le processus central de chacune des différentes étapes de ce développement, chacune d’entre elles se spécifiant par des caractéristiques propres et appelant une théorisation différente. Certes, notre maître n’a pas suivi la chronologie du développement de l’être humain, mais un ordre personnel qui possède néanmoins une logique certaine. Voici le rappel de ce cheminement :

Tableau 11: les six étapes du cheminement théorique freudien plus une, en regard du paradigme holantropique.

On peut même ajouter une dernière étape à partir de 1923. Les six étapes étant mises en place, il se développe un travail synthétique global. C’est ce qui se réalise avec la deuxième topique, structurale, des moi, ça et surmoi, qui transpose les positions de vie dans leur représentation intrapsychique :

moi                = bulle individuelle, solo ;

ça                   = matrice affective, duo ;

surmoi          = dynamique sociale, socio.

Cette nouvelle lecture de l’œuvre de Freud élimine toute incohérence et surtout toute contradiction dans cette oeuvre. Les concepts successifs ne sont plus confrontés les uns aux autres mais s’agencent comme des temps développementaux différents, spécifiques. Le mérite de l’auteur ne fait que croître et sa probité scientifique en ressort grandie puisqu’il a accepté la contradiction apparente et même la rupture avec des amis chers. Quant à nous, cette relecture de Freud nous sert de validation de notre propre modèle. Comme nous le verrons plus loin, l’ensemble apparaît tellement cohérent et logique que nous en faisons un argument fort qui milite en sa faveur. Il reste maintenant à utiliser cette grille de lecture dans la pratique quotidienne. L’exercice n’est pas simple parce que les anciennes références sont tenaces. Mais les intuitions jaillissent avec fulgurance.

 

Clinique

C’est ainsi qu’une élève en psycho-somatanalyse a l’habitude de se retirer longuement dans sa bulle individuelle, silencieuse, sans communication visuelle, cherchant une espèce de bien-être à un niveau quasi physiologique. Elle m’a répété à plusieurs reprises qu’elle m’admirait pour mon œuvre mais qu’elle n’avait pas de transfert ! Je lui proposais alors d’être juste là, calmement, dans la relation, dans la matrice affective ! Mais elle ne pouvait pas concevoir cette situation. L’affectif à lui tout seul ne pouvait pas justifier une séance de somatanalyse. Voici qu’un jour elle entre dans une haine profonde contre moi, haine qu’elle exprime. Après un bout de temps je sens que cette haine correspond à ma seule présence qui l’obligerait à passer de la bulle primitive à la matrice fusionnelle. Elle devrait me regarder, m’accueillir, s’ouvrir, accepter le dérangement que constitue ma présence et le transcender dans une certaine fusion. C’est cela qu’elle refuse et qui provoque sa haine. Je lui en fais l’interprétation, elle peut l’accepter et dépasser sa haine. Un peu d’amour filtre de son cœur, de son corps, par ses yeux.

En fait, la topique des positions et la topique du développement pourraient sembler déconnectées de la base corporelle qui fait la richesse de la somatanalyse. Mais ce n’est qu’apparence : en effet au moment même où le modèle structuro-fonctionnel m’a gratifié des étapes du développement, les hasards de l’édition m’ont apporté le livre de Michèle Porte et son essai d’application de la théorie des catastrophes à la psychanalyse. En attendant la présentation détaillée de celte œuvre, il suffit d’évoquer les deux concepts clés de la théorie de René Thom : la « stabilité structurelle » et la « catastrophe ». La perfection de la formulation mathématique des deux concepts m’a poussé à les associer aux deux processus que j’avais mis au cœur de ma pratique et à la base de mes théorisations : le moment primaire et la dialectique structuro-fonctionnelle.

 

La topique de l’unité : être soi

Ce qui m’avait attiré d’emblée vers les techniques corporelles c’étaient leurs modes d’expression et de communication intenses, à savoir le cri, le toucher et la dynamique de groupe. Ces moyens d’analyse et de thérapie ne pouvaient que donner accès au cœur du processus de guérison, à savoir au vécu d’unité de soi et à la pratique du changement. Le vécu d’unité est d’abord une expérience. C’est lui qui m’a émerveillé pendant ma propre thérapie et c’est lui qui constitue une véritable révélation pour mes patients et élèves. Même un atelier de démonstration lors d’un congrès suffit à faire vivre cet état d’être harmonieux à quelque médecin ou psychologue sceptique, lui faisant dire qu’il n’a jamais connu pareille plénitude. Dans mon cheminement personnel, j’ai ressenti la force d’une affirmation personnelle que je pouvais clamer au milieu d’un groupe et même à mon maître Casriel. Lors d’un atelier, j’ai pu exprimer que j’étais aussi important que lui avec une conviction qui se confirme aujourd’hui. Très rapidement, la même intensité de vécu s’est glissée sur le matelas el dans le travail plus douloureux sur mes peurs, mes humiliations d’enfant, mes colères de jeune adulte. Malgré la souffrance, l’habitation totale de ces émotions à travers le cri et les gestes représentait une valeur en soi, se suffisant à elle-même. Et quand j’ai pu me trouver dans des bras accueillants, respectueux et tendres, pour une étreinte prolongée, la douceur de cette nouvelle émotion évacuait toute pénibilité pour ouvrir à un présent de totalité et d’atemporalité. Ces différentes situations se retrouvent de préférence dans le groupe de socio-somatanalyse, en relation. Les mêmes vécus d’unité s’imposent dans les exercices d’éco-somatanalyse, que ce soit lors de la danse cathartique dans le noir ou lors du travail respiratoire. Tout d’un coup, ou peu à peu à d’autres moments, le corps se ressent dans une globalité qui fait circuler les sensations les plus délicieuses de haut en bas et de l’extérieur à l’intérieur, jusqu’à dépasser les limites anatomiques pour redessiner un autre corps expansé, épanoui, ébloui. On sort de là avec une conscience de soi comme on ne l’a jamais eue et avec une conviction d’exister qui déplace des montagnes. Ces expériences d’unité se sont répétées régulièrement pour mes patients et constituent l’ordinaire du travail somatanalytique. Il aura fallu les comprendre et les théoriser en priorité. Je m’y suis attelé très rapidement pour en faire mon premier grand texte théorique dans Le corps aussi (1981) et j’ai repris l’étude de ce processus d’unification à plusieurs reprises avec des éclairages différents.

 

Le moment primaire
(rebaptisé « expérience plénière »)

 La première approche a été freudienne, bien évidemment. Je me référais à la catharsis de Breuer et à la citation rapportée ci-devant que je développais aussitôt :

« Le moment cathartique est le moment de guérison du symptôme hystérique. Trois éléments concourent à cet effet :

  • le souvenir de l’incident déclenchant,
  • l‘affect lié à ce dernier,
  • l‘expression verbale du souvenir et de l’affect.

La présence de ces trois éléments constitue la première condition de survenue. Il en existe une seconde aussi importante, à savoir la simultanéité d’occurrence de ces trois éléments : le souvenir s’étoffe d’émotion et l’émotion s’exprime en paroles, simultanément ». (Meyer, 1982, p. 62)

Après avoir retrouvé les mêmes approches chez Freud, Ferenczi, Casriel et Janov, je généralisais ce moment d’unification en un « moment primaire » qui fait connecter les trois fonctions internes (impression, expression et compréhension) avec les trois réalités ex­ternes, les réalités corporelles, écosociales et psychiques. L’unité de l’essence est aussi une connexion avec l’existence. Quatre années plus tard, j’ajoutais.

« Il faut aller plus loin dans la qualification de ce moment qui, au-delà de la guérison, est aussi le mécanisme de « l’être soi », du « bien-être ». Cette intégration crée un nouvel état. La globalisation des fonctions est différente de leur simple somma­tion, elle innove. Cet état de complétude est celui-là même que Freud craint en tant que « sentiment océanique », que d’autres recherchent comme moment d’illumi­nation, d’extase, d’amour, de nirvana. Il n’est pas possible de le conceptualiser. Seuls les poètes, les mystiques et les romanciers s’en ap­prochent. Il est chaque fois unique et original, ne se laissant pas comparer. Mais ce moment n’est pas nécessairement aussi grandiose que le laissent miroiter les notions d’océanique, d’ex­tase ou d’illumination. La mère avec son enfant, l’enfant pas­sionné par son jeu, le musicien avec son instrument, le menuisier lissant la planche, le thérapeute à l’écoute, tous ces moments privilégiés et quotidiens peuvent être pleins, primaires, cathartiques. » (Meyer, 1986, p. 207).

 

Extension unifiante et extension situante

Je m’intéressai aux moyens qu’utilisaient les innombrables thérapies pour faire accéder au moment primaire, à l’unité de l’être et à la joie de vivre. En considérant que ce processus était un mouvement d’expansion de l’être, j’en arrivai à l’envisager dans deux mouvements précis, opposés et complémentaires. Un premier mouvement relie les deux grandes dimensions psychique et somatique de l’être : c’est l’extension unifiante. Des pratiques comme la relaxation de Schultz, les postures bioénergétiques ou la respiration élargie jusqu’au ventre, induisent cette extension psycho-somatique. Le second mouvement relie la personne à son environnement/entourage, c’est l’extension situante. Les pratiques relationnelles, surtout celles qui travaillent avec le transfert et dans la matrice affective, connectent le patient avec le thérapeute et/ou le groupe et induisent une unification relationnelle. Mon expérience des principales pratiques à la fois unifiantes et situantes m’a amené à postuler un processus quasi nécessaire : au moment où l’une de ces extensions se faisait, elle déclenchait, tel un réflexe, l’extension complémentaire et, par conséquent, l’expansion globale du moment primaire et de la catharsis. Ce démembrement du processus thérapeutique en deux mouvements distincts est utile. Il situe d’abord chaque pratique par rapport à son mode d’action principal et permet de bien en poser l’indication. Il montre aussi qu’une pratique très simple et bien structurée, comme la relaxation de Schultz par exemple, peut déboucher sur un moment primaire, cathartique, et profondément thérapeutique.

 

Présence Juste

Ce n’est pas un hasard si je me suis intéressé à cette époque à un certain nombre de pratiques de détente, d’épanouissement, de présence et de prise de décision. Un jour je me suis retrouvé sur un télésiège à près de cinquante mètres au-dessus de la neige, coincé sur place pendant une demi-heure. J’ai appelé les différents trucs à la rescousse pour échapper à l’angoisse et, le temps que la mécanique soit réparée, j’avais assemblé les pratiques du bien-être en un puzzle qui s’appela, sur le champ (de neige) « Présence Juste ». Il s’agit d’une thérapie structurée, et même d’un exercice à pratiquer tout seul, qui repose sur les principes du moment primaire (simultanéité des fonctions, connexion avec les réalités externes) à travers les extensions unifiante et situante. La Présence Juste est devenue la Méditation Pleine Présence dans ‘‘La Pleine Présence, une méditation basée sur les 12 principales psychothérapies’’ (Meyer 2013).

 

La topique de la dualité : la dialectique du changement

L’autre révélation de la somatoanalyse est celle du changement. Autant les vécus d’unification sont des modifications importantes, même si elles ne durent pas nécessairement très longtemps, autant les changements réels et prolongés sont nombreux et parfois rapides. Cela commence par le fait qu’un atelier de deux jours rend quasi tout le monde dynamique, gratifiant d’une énergie réelle pour deux à trois jours au moins, ce qui suffit pour introduire des modifications objectives dans la vie quotidienne, professionnelle ou privée. Cela continue parfois par les conséquences douloureuses et angoissantes de ce changement. La médecine officielle nous reproche ces excès. Il y a une vingtaine d’années, on recherchait ces réactions fortes. Aujourd’hui la mode en est de nouveau passée.

Ceci nous ramène cent ans en arrière, à Breuer et Freud. Avec la catharsis, Breuer provoquait des changements intenses et profonds. En créant la psychanalyse, Freud passait à une forme douce de thérapie. Breuer faisait exploser l’émotion, Freud épluchait patiemment les couches de l’oignon, celles des résistances et défenses, pour accéder au cœur… où il restait parfois encore un peu d’émotion ! Moi-même, j’ai donné dans l’intensité socio-somatanalytique, pour privilégier tout autant la douceur de la psycho-somatanalyse. Quand je me rappelle que j’ai failli en rester paraplégique parce qu’un gros malabar m’avait sauté dessus alors que j’étais en roulé-boulé arrière sur la nuque, j’apprécie de travailler dans la matrice affective après avoir tant tenté l’émotion agressive.

Toutes ces petites histoires et grandes observations nous amènent au cœur du changement. Car le changement se fait dans la dimension dialectique, dans l’interrelation des deux grandes fonctions évoquées dans toutes ces histoires de vie, du vécu et de sa structure, du contenu explosif et du contenant à éplucher, de l’essentiel et de l’attentionnel. L’essentiel est du côté du réceptif et du passif, c’est un aggloméré des trois fonctions sensitive, émotionnelle et intuitivo- imaginaire. L’essentiel, c’est aussi le vécu, l’événementiel, le fonctionnel, le jouissif. L’attentionnel est du côté de la réponse et de l’action, un aggloméré d’attention, de régulation et de tension. L’attentionnel, c’est le stabilisant, le structurant, le sécurisant. Quant au changement, il joue sur l’interrelation des deux. Dans l’état de stabilité structurelle, les deux superfonctions s’accommodent d’une relation stable. Dans le changement, leurs relations se modifient : l’essentiel reprend le dessus, l’attentionnel doit en céder.

Schéma 3: Le modèle structuro-fonctionnel

 

Quant aux méthodes thérapeutiques, elles travaillent préférentiellement avec l’une ou l’autre superfonction. Breuer faisait monter l’essentiel en puissance jusqu’à l’explosion, laissant parler la patiente librement, la gratifiant d’une présence fidèle et affectueuse. Freud amadouait l’attentionnel en l’épluchant couche par couche comme un oignon. Mais Ferenczi et Reich ne trouvaient plus rien de vital derrière la dernière feuille, alors ils sont revenus à la catharsis de Breuer. Ils ont recommencé à nourrir l’essentiel par la mise en acte, le contact tendre, la respiration dynamisante ou l’accumulateur d’orgone. Les uns remplissent le contenu pour faire éclater le contenant, les autres affaiblissent le contenant pour libérer le contenu.

Ces leçons de l’histoire et les observations cliniques de la somatanalyse ont rapidement amené des concepts théoriques. En fait, il s’agissait d’abord d’une représentation topographique, d’un schéma à visualiser. La magie de la modélisation réside dans ce qu’elle nous fait voir le plus simplement du monde combien les relations essentio-attentionnelles sont plurielles, variées jusqu’à l’infini et subtiles en même temps. Si on ajoute qu’elles peuvent se figer et se rigidifier ou devenir unilatérales, on voit aussi toutes les répercussions de cette interrelation.

La méthode somatanalytique a réussi à sortir du tout émotionnel ou du tout rationnel. En se construisant sur la communication, elle fait travailler dans la complémentarité essentio-attentionnelle en jouant sur sa dialectique. En effet, dans la relation à l’autre, le vécu est complexe, événementiel et structurant à la fois. La somatanalyse préconise cette globalisation de l’être-là, même si elle met la relation essentio-attentionnelle à rude épreuve, la faisant passer d’un extrême à l’autre. Ainsi elle évite ces décompensations évoquées ci-dessus et qui sont toujours préjudiciables. Comment fait-elle ? Elle pousse l’événementiel, elle fait vivre des choses fortes, mais elle oblige aussi constamment à se référer aux cadres structurants de l’organisation matérielle, de la relation aux autres et des règles du fonctionnement corporel. Grâce à la méthode analytique, le cadre de vie s’impose constamment en tant que structure tierce pour le patient et pour l’analyste. Il suffit que ce dernier insiste sur cette présence tierce pour privilégier l’attentionnement chez le patient. Ça fait structure.

Chapitre II

 

Psychanalyse et somatoanalyse
le logiciel analytique

 

Voilà plus de cent ans que la psychanalyse est née. Cent ans, c’est peu pour une méthode qui se constitue comme l’épure même des pratiques de guérison. Cent ans, c’est beaucoup pour une pensée qui s’est fixée peu à peu alors que les progrès de la médecine et des sciences humaines s’accélèrent. La psychanalyse est une pratique jeune mais une théorie vieillie, elle est une idéologie, la dernière grande idéologie de ce siècle qui n’en veut plus, d’idéologie. Que le corps, le corps réel, de chair et d’os, vienne interpeller la psychanalyse est un effet de civilisation. C’était mûr, il fallait que ça se confronte. Pour ce qui concerne la pratique, le cadre analytique, qui est le modèle même des cadres thérapeutiques, s’est montré digne de son universalité, il a intégré le groupe, la famille et le corps, en somatoanalyse puis en psycho-somatanalyse. Cette psychanalyse « en corps » existe et témoigne de la jeunesse du cadre qui l’accueille. Mais, ce faisant, il se jette un autre regard sur la théorie. En effet, la somatoanalyse, ce n’était pas un propos délibéré, ça ne se voulait pas révolutionnaire ni même dérangeant, ça s’est fait tout simplement, à partir des faits. Et là se retrouve l’universalité de la pratique. L’idéologie ne résiste pas, seuls les hommes s’arc-boutent. Les faits s’imposent, en corps.

Les bonnes fées de Freud

C’est ce qui s’est passé, il y a cent ans déjà, comme pour d’autres catastrophes civilisatrices, comme pour Galilée et Darwin, pour ne pas remonter à Bouddha et Jésus. Sigmund Freud s’était installé confortablement dans un héritage généreux fait d’une méthode thérapeutique, d’une théorie médicale, de techniques adjuvantes et même d’une idéologie à visée universelle. Que demander de
plus ? Les fées les plus fortunées entouraient l’heureux élu que la divination promettait aux plus grands destins : Breuer, Charcot, Bernheim, Fliess, Lips, Schopenhauer, parmi d’autres tout aussi illustres. Et puis, les autoroutes de l’information n’étaient pas encore encombrées ; on s’y retrouvait parmi les rares psychothérapies de l’époque alors qu’il y en a des centaines aujourd’hui.

La méthode, c’est celle de Breuer, la méthode cathartique. Elle a été offerte au médecin par sa patiente, Anna O., dans le feu de la pratique, puis à Freud par Breuer, dans le feu de la panique. Une nouvelle fois, une malade a su donner à un thérapeute le mode d’emploi de la guérison : elle lui a arraché une présence régulière, elle a intéressé son oreille pionnière, elle est entrée dans cette relation privilégiée, elle l’a gratifié de ses guérisons successives. Breuer et Freud ont traduit cette révélation en termes médicaux comme il convient : « Chacun des symptômes hystériques disparaissait immédiatement et sans retour quand on réussissait à mettre en pleine lumière le souvenir de l’incident déclenchant, à éveiller l’affect lié à ce dernier et quand, ensuite, le malade décrivait ce qui lui était arrivé de façon fort détaillée et en donnant à son émotion une expression verbale ». (Breuer, p. 4)

Nous sommes dans la catharsis, celle du théâtre grec, nous sommes dans les guérisons spirituelles. Mais Breuer n’avait pas le cadre de référence pour structurer la relation thérapeutique qui devient un amour primaire. Il fut pris de panique et refila le bébé à Freud.
Ce dernier trouva bientôt une seconde fée, à Paris, à la Salpêtrière. Charcot y professait. Il innovait. Il osait une définition de l’hystérie et, surtout, une causalité psychogène. Oui, l’hystérie venait de la tête, du mental. On pouvait la suggérer, l’influencer. On pouvait provoquer la grande crise hystérique par l’hypnose et la guérir par la même hypnose. Pis encore, cette étiologie, elle ne venait même pas de la tête mais du corps, du sexe plus particulièrement : « C’est le sexe, toujours, toujours, toujours » disait Charcot en aparté, confirmant ce que Freud avait déjà entendu à Vienne, la prescription idéale pour l’hystérique étant : « Penis normalis, dosim repetitur ».(Chrobak)

Méthode verbale, étiologie psychogène, il suffisait d’y ajouter des techniques facilitatrices, du côté de la suggestion de préférence. Quel qu’un y excellait, à Nancy, Bernheim. Il avait retrouvé, relancé, l’hypnose. Freud y est allé. Il l’a pratiquée. Il l’a adaptée. Quand ses patients peinaient à trouver le souvenir qui devait réveiller l’émotion et amener son expression cathartique, Freud posait sa main sur leur front et leur prédisait que, lorsqu’il l’enlèverait, cette main, il reviendrait, ce souvenir. Il venait parfois, pas toujours. Un jour, ce sont même deux bras amoureux qui se sont défoulés, déroulés, puis moulés autour du cou de Freud. Nouvelle panique. Freud a reculé, jusque derrière le divan. C’est que sa démarche se veut scientifique jusque-là : la méthode cathartique est reproductible, une douzaine de cas l’attestent dans les Etudes sur l’hystérie ; la théorie psychogène est martelée par les autorités parisiennes et l’hypnose a, elle aussi, fait un comeback médical cent ans après Mesmer. Il ne fallait pas se compromettre avec deux bras autour du cou.

Pourtant Freud sent le besoin d’une pensée élargie, d’une pensée de civilisation au-delà de la seule rationalisation. Un élargissement métaphysique ne ferait pas de mal dans l’ambiance scientifique de sa Vienne adoptive : si l’hystérie est d’origine psychogène et guérit par la parole ou l’hypnose, il y a de la métaphysique dans l’air, dans le corps. Freud a trouvé là aussi ses sources, chez Fliess notamment, avec ses spéculations sur la bisexualité, avec ses cycles féminin et masculin. Freud avait renoncé à sa tendance spontanée vers le paranormal, mais la bisexualité pouvait faire l’affaire, délicieusement à cheval entre le rationnel et le transrationnel. Il y eut d’autres maîtres, bien plus illustres que lui pour suggérer l’inconscient lui aussi crapuleusement ambigu, à la fois scientifique et métaphysique. Ces maîtres s’appelaient Schopenhauer, Nietzsche et surtout Lipps.

Voilà, le décor est dressé, la pièce peut commencer. Freud est un homme comblé. A moins de quarante ans, il écrit le scénario de ce qui pourrait révolutionner la psychiatrie et même la médecine. Les maladies psychiatriques sont des troubles psychiques qui révèlent des causes précises, existentielles, et qui cèdent à des traitements psychologiques codifiés, reproductibles et transmissibles. Si l’on y ajoute un zeste de sexe, la nouvelle fera même scandale et scoop, ce qui ne gâte rien.

Pansexualisme

Le scandale arriva assurément mais le scoop se fit plus long à attendre. Freud a carrément misé sur le sexe pour étoffer sa théorie causaliste et déterministe. Après Charcot et Chrobak, il professa l’origine sexuelle des troubles névrotiques et même psychiatriques : abstinence sexuelle, coït interrompu, dysfonctions génitales entre autres, faisaient l’affaire. Mieux encore, la mise en cause de la société apportait une note de contestation : civilisation à la fois puritaine et perverse car l’hypocrisie pudibonde ne faisait que cacher les abus sexuels perpétrés par les adultes sur les enfants, les adolescents et les femmes. Pour Freud, l’étiologie de l’abus sexuel était quasi générale et, comme par hasard, elle collait bien avec la pratique qui n’attendait que cela : un souvenir, de préférence salace, pour provoquer un affect intense et animer un discours conséquemment cathartique.

Tout était prêt pour le scoop. Mais il n’éclata… que dans la tête de Freud. Il provoqua une dépression profonde que seul l’amitié de Fliess a pu contenir. En effet, tout ce bel échafaudage s’écroula. En 1897, Freud abandonna sa théorie de la séduction, tout s’écroulait. Il n’était plus vrai que l’abus sexuel expliquait toutes les névroses. Il n’apparaissait plus que la seule révélation de cet abus libérait une catharsis rédemptrice. Freud avait beau promener Dora, une tendre jeune fille encore mineure, à travers les chausse-trappe de l’homosexualité, de la séduction par un adulte et à travers sa propre sexualité perverse, rien n’y fit. Dora claqua la porte au nez du maître avec un grand bruit qui disait : « A d’autres ». On pourrait penser que ce sont les échecs inévitables qui ont ébranlé Freud, que ce sont les insuffisances des techniques thérapeutiques qui l’ont sapé. Peu à peu, les patients n’entraient plus en catharsis, ne guérissaient plus. Un homme aussi orgueilleux que Freud ne pouvait pas s’accommoder de ces résultats aléatoires et partiels.

En 1897, Freud a digéré le formidable héritage des Breuer, Charcot, Bernheim et autres Schopenhauer. Il l’a accommodé, assimilé et voici qu’il se trouve tout d’un coup dans une situation toute nouvelle. C’est là le scoop mais il était longtemps seul à le savoir. Cette nouveauté est pratique, organisationnelle, méthodologique : c’est un nouveau setting thérapeutique ; c’est du matériel.

Le cadre psychanalytique

Ce cadre thérapeutique se constitue d’éléments spatio-temporels et communicationnels. Le premier élément est spatial : la séance se déroule de façon nouvelle, sur un divan pour le patient et dans un fauteuil poussé à l’arrière du divan pour l’analyste. Dans sa position allongée, le corps de l’analysant est invité à se détendre, entraînant, avec la relaxation, un état de conscience qui relâche son attention et entre dans l’associativité imaginaire, intuitive et mnémonique. Le second élément est temporel : la cure se prolonge sur plusieurs mois et s’intensifie, accumulant les séances dans la semaine et allongeant ces séances bien au-delà de la durée d’une consultation médicale. A cela s’ajoute l’élément communicationnel : depuis que les hystériques ont appris à Breuer et Freud qu’il fallait tout simplement les laisser parler sans les interrompre, la communication verbale est souveraine, la main sur le front ayant disparu en même temps que le fauteuil a glissé hors de portée des yeux et des bras. Voilà le cadre thérapeutique, la structure matérielle, qui constituent un tout nouveau décor, une autre scène sur laquelle un scénario original va se monter.

En même temps, la catharsis perdait en intensité, devenait douce, et la méthode laissait place à un « état d’être », à un être de complexité. La suggestion se transformait en analyse et, plus encore, en simple communication. La théorie causaliste s’avérait inefficace, la clé unique ne marchait plus, parce que chaque patient advenait tel qu’en lui-même, de façon singulière, dans une pluralité d’histoires personnelles. Enfin le thérapeute se voyait intégré dans une relation forte, affective, transférentielle, dans une implication inévitable. Voilà les quatre concepts qui définissent la nouvelle scène que Freud appellera psychanalyse :

  • la pluralité des histoires et la complexité de l’être du côté du patient qui n’entre plus dans un schéma théorique général mais dans un état d’être particulier,
  • l’implication et la communication du côté du thérapeute qui ne se sert plus de techniques mais reconstitue un cadre de vie pour l’interaction de deux protagonistes.

Reprenons ces quatre caractéristiques comme autant de conséquences logiques du nouveau cadre thérapeutique. Le glissement du fauteuil hors de portée et hors de vue de l’analysant transforme la relation entre les deux protagonistes. Avant, elle était sociale, cette relation, avec un projet cathartique contraignant et des émotions fortes en partie provoquées par cette volonté et cette contrainte. Elle était intime et affective par sa proximité et par le contact de la main. Maintenant elle respecte la bulle individuelle de l’analysant, elle institue une distance suffisante pour restituer le patient dans son autonomie. Il n’y a plus d’émotion intense, il se fait un travail en douceur que Freud a reconnu comme étant la levée progressive des défenses et des résistances. Comme le thérapeute n’impose plus aucune technique et invite à un discours sans censure, le patient n’a plus à résister à l’intrusion, il peut se présenter tel qu’en lui- même. Ce qui advient sur le divan n’est plus un processus (cathartique) mais un état d’être, un sujet, je. Très rapidement ces états d’être se révèlent d’une complexité totale, de la complexité de l’être humain tout simplement. Les « cinq psychanalyses » de Freud rendent justice à cette complexité, dont celle de Dora, faisant de chaque cas une histoire singulière d’une richesse telle qu’elle a valu à l’auteur le prix Goethe, un prix littéraire à défaut de prix Nobel. Ce sont des nouvelles d’une réelle qualité esthétique. Il est vrai que Freud a toujours cherché des explications réductrices aux maladies dans un souci médical louable mais en même temps il a sacrifié à la multiplicité des processus et à l’unicité des cas, s’ouvrant à la complexité de l’humain, du social, de la vie.

De la suggestion à l’interprétation

Ce premier effet du cadre psychanalytique montre rapidement l’inanité de toute suggestion. Plus besoin de poser la main sur le front, plus besoin de postuler un abus sexuel, plus besoin d’imposer une théorie de l’hystérie. Il suffit d’écouter et d’analyser. Le psychanalyste « interprète ». Dans son sens strict, cette intervention n’est même pas une explication, elle se contente de relier deux ordres de fait qui prennent un sens nouveau de par cette simple association. Les héritiers de Freud s’arc-boutent sur cette notion d’analyse pour fuir la suggestion comme la peste, pour en brocarder les psychothérapeutes et autres somatothérapeutes qui ont la faiblesse d’avouer son utilisation. Cette opposition stérile à arrière-pensée de marketing tombe lorsqu’on envisage la nouvelle situation en terme de communication. En effet, ce que fait vraiment le psychanalyste, c’est communiquer avec son patient. Certes, avec le silence des élèves de Lacan, on pourrait douter qu’il y ait communication. Mais Freud parlait, intervenait, dialoguait. Les freudiens échangent, communiquent, les jungiens et adlériens tout autant.


Voilà pour les techniques et méthodes directives :
à ranger dans les coulisses.

Voici qu’il en va de même pour les théories, à raccrocher dans les décors. La théorie de la séduction tombe toute seule. Y en a plus besoin. C’est ce qu’il faut bien entendre : y en a plus besoin. On ne prétend pas qu’il n’y ait pas d’abus sexuels et qu’ils ne provoquent pas de symptômes. Non, tout simplement, y en a plus besoin. Car le sujet qui advient dans ses états d’être les plus divers se révèle dans une pluralité d’aspects étonnante. Cette pluralité n’apparaît pas tout de suite à Freud en 1897. Mais elle s’impose à lui peu à peu comme le montre l’évolution de ses théorisations qui n’est, en fait, qu’une suc­cession de théories particulières qui concernent différents moments du développement de l’être humain :

  • théorie de l’abus sexuel chez l’adulte ;
  • théorie du désir incestueux chez le petit enfant ;
  • théorie de la résolution œdipienne du grand enfant ;
  • théorie du meurtre du père pour passer à l’âge adulte ;
  • théorie du narcissisme primaire du nouveau-né ;
  • et du narcissisme secondaire pour l’adulte avancé.

Pluralité donc, théorique pour Freud, organisationnelle pour ses élèves. En effet, l’infrastructure matérielle de la psychanalyse poussera à la spécialisation des cadres thérapeutiques comme autant de cadres de vie : settings des psychana­lyses d’enfant, de groupe, de famille, de couple, sans oublier l’auto- analyse à laquelle Freud seul aurait eu droit. Avec un peu d’optimisme, on retrouvera même dans l’éclatement des écoles psychanalytiques et de leurs dizaines d’institutions souvent ennemies l’effet de la pluralité. Les trois concepts énoncés ci-dessus, de pluralité, complexité et communication, ne sont pas très évoqués pour ce qui concerne la psychanalyse. Mais ils sont logiques et cette qualité devrait les rendre classiques un jour prochain.

Implication et transfert

Quant au qua­trième concept, celui de l’implication, il heurtera encore plus, bien qu’il soit lui aussi logique. En effet, en poussant son fauteuil derrière le divan, Freud voulait se désimpliquer, se débarrasser… des bras autour du cou et des yeux qu’il avait à fixer huit heures par jour. Il pensait devenir « neutre », ne se transformer qu’en une surface lisse et en un miroir qui renverrait seulement l’image projetée. Erreur.

  • Il donne lieu à une première position de vie, à un couple intime, où l’un transfère et l’autre contretransfère en un véritable échange affectif.
  • A d’autres moments, il entre dans une deuxième position de vie où deux « bulles individuelles » deviennent complices du développement personnel de l’un, l’autre l’accompa­gnant comme un véritable initiateur.
  • Enfin, à d’autres moments en­core, il met en place une troisième position de vie, sociale, où Freud se situe comme celui qui est « supposé savoir » (Lacan), et supposé pouvoir, et avoir.
  • En fait, le psychanalyste est impliqué tour à tour dans ces trois rela­tions, tenant chaque fois le rôle approprié : partenaire affectif dans le transfert, initiateur dans le développement personnel, figure hiérar­chique dans la dynamique sociale. Cette implication dans les positions de vie a permis à Freud d’observer la relation transféro-contretransférentielle et d’en faire le « creuset » de la thérapie. Elle permettra plus tard à Lacan de se retrouver comme « sujet supposé savoir » et à Jung d’accompagner le développement personnel jusqu’à l’individuation. Cette implication ne contredit pas les règles de neutralité et d’absti­nence dans la mesure où ces dernières pointent essentiellement la non-introduction des besoins et désirs personnels du thérapeute.

Pour résumer, nous voyons qu’en 1897, Freud passe d’une mé­thode thérapeutique à un cadre organisationnel, de techniques de travail à la communication avec le patient, de la distance autoritaire à l’im­plication. Il ne cherche plus à soigner un symptôme mais à retrouver les états d’être pathologiques puis théra­peutiques. Freud se retrouve dans l’être, au-delà du savoir et du faire.

C’est cette dernière constatation qui a tant déprimé Freud en cette année mémorable, 1897. Il a perdu sa référence théorique majeure, celle pour laquelle il s’est mis la nomenclatura viennoise à dos, la théorie de la séduction. Et ce n’était pas pour convoler aussitôt avec un nou­veau savoir, mais pour se retrouver en face du non-savoir. En effet, le cadre organisationnel de la psychanalyse met les deux protagonistes dans des positions de vie plurielles et complexes qu’aucune idée ré­ductrice, aussi géniale soit elle, ne peut concevoir. La psychanalyse accepte le non-savoir de l’un sur l’autre, quelques dizaines d’années avant que Heisenberg ne déniche le principe d’incertitude dans les sciences physiques et que Von Hayek ne fonde le libéralisme écono­mique sur l’ignorance des règles qui président à l’économie. Cette attitude est scientifique bien plus que morale ; il ne faut pas penser à de l’humilité chez un Freud orgueilleux qui n’a de cesse de savoir néanmoins. Très logiquement il passera de théorie en théorie, au grand désespoir de ses élèves qui n’y voient que contradictions. En réalité, il s’agit de pluralité. Freud a décrit successivement les pro­cessus majeurs de chaque étape du développement humain comme nous l’avons déjà esquissé : narcissisme primaire, fusion œdipienne, résolution œdipienne, meurtre du père, amour intime, sublimation créatrice.

Des méthodes somatothérapiques
à la somatoanalyse

 

Un siècle après, naît la somatanalyse dans un cheminement très proche et une maturité qui lui permettent de revendiquer pleinement une filiation aussi noble. Le mot somatoanalyse est né à l’époque où l’intégration du corps à la psychothérapie s’affichait comme une révolution. Maintenant que cette intégration est faite, la terminologie s’assagit et devient descriptive des trois différents cadres organisationnels : socio-somatanalyse pour le cadre groupal, psycho-somatanalyse pour le cadre duel, éco-somatanalyse pour le cadre perso du développe­ment personnel. J’ai longuement décrit le cheminement de cette créa­tion dans mes premiers livres, au plus près des événements. (Meyer, 1982, 1986). Aujourd’hui il se manifeste une inspiration plus pro­fonde, véritablement psychanalytique, à la fois méthodologique et épistémologique.

Certes le corps était là, pour Freud déjà. Le fait de poser la main sur le front du patient était judicieux, et si ce contact a rapidement disparu, c’est plus pour préserver la cohérence du nouveau setting psychanalytique qu’à cause de l’ambiance puritaine de la Vienne d’antan. Aussi deux élèves directs de Freud ont-ils retrouvé ce corps lorsque des nécessités thérapeutiques l’ont exigé, Reich et Ferenczi. Ils l’ont fait différemment l’un et l’autre ce qui nous renvoie à la pluralité des fonctions corporelles et à la multiplicité des techniques mises en œuvre.

Reich et Ferenczi

Reich était un homme actif, volontariste et politiquement engagé. Enrôlé très jeune dans la psychanalyse, il s’intéressa d’emblée aux méthodes et dirigea le premier séminaire de technique psychanaly­tique. Puis il découvrit l’inscription des symptômes parallèlement dans le corps et le psychisme. Au refoulement psy­chique il associera la carapace musculaire : quant à la pulsion libidi­nale, il la retrouvera comme énergie et réflexe d’orgasme. Très logi­quement, ce travail sur le corps sera technique, le thérapeute «travaillant» les muscles rigides et proposant des mouvements à exécuter. Quant à l’énergie, c’est à travers des exercices respiratoires qu’elle sera libérée et amplifiée jusqu’au réflexe d’or­gasme. La végétothérapie caractéro-analytique, tel est son nom, est évidemment plus riche que cela, mais cette présentation résumée montre bien son aspect de méthode, comme la catharsis de Breuer pouvait être une méthode. A la fin de sa vie, et cela hâtera d’ailleurs cette fin, Reich construira un « accumulateur d’orgone », une espèce de tente qui devait remplir le même rôle que la respiration précédemment.

Ferenczi est un homme beaucoup plus sensible, affectif, et un clinicien minutieux. Il respecte toujours le setting de la psychanalyse (alors que Reich l’a abandonné) et n’introduit le corps que par in­termittence, comme adjuvant au travail verbal. Dans un premier temps, il complète l’expression verbale avec une expression motrice, l’appelant « thérapie active ». Il fait jouer la scène qui est évoquée, par exemple. Dans un deuxième temps, il élargit le discours au contact physique, il donne la main, touche le corps du patient, se laisse toucher ; c’est la « néo-catharsis » qui entraîne de véritables états de transe selon les observations de l’auteur. Ici l’intégration du corps se fait différemment, elle devient mode de communication au même titre que la parole, sous ses deux formes majeures de mouve­ment et de contact.

La somatoanalyse

C’est cette seconde intégration du corps que la somatanalyse pri­vilégie, le corps comme canal de communication. Quant au travail di­rect sur le corps, il intervient avec des actings de libération et d’épanouissement. Certes, j’ai moi aussi débuté ma pratique avec des méthodes cathartiques plus ou moins directives et comportementalistes, celles de Daniel Casriel. Mais le passage au cadre analytique s’est vite opéré, le passage au travail de communication. Pour la psycho-somatanalyse, la forme duelle, ce nouveau cadre est très simple : le patient s’allonge sur le divan psy­chanalytique et le fauteuil est collé contre le divan, à mi-hauteur et en face à face, ajoutant le canal de communication visuel au canal verbal qui reste fondamental. Dans cette proximité et presque intimité, cette communication visuelle prend beaucoup de place et d’intensité. En même temps, le thérapeute pose sa main sur le corps du patient, sur l’épigastre, ajoutant ainsi un troisième canal de communication aux deux premiers. En effet, cette main, tota­lement détendue tout comme le bras, devient le canal d’une multitude d’informations qui vont de corps à corps, dans les deux sens. Le patient peut lui-même poser sa main sur celle du thérapeute. Dans des moments d’intense émotion, il peut se rele­ver et venir dans les bras du thérapeute.

Nous voyons le corps participer pleinement à ce qu’est la séance analytique, à savoir une communication entre deux êtres. En socio-somatanalyse, il en va de même et les manifestations corpo­relles s’amplifient encore. En effet, la dynamique de groupe suscite des émotions intenses qui sollicitent le corps de façon extrême, jusqu’au cri de douleur, jusqu’au mouvement de colère, jus­qu’à l’étreinte de tendresse. Au plus fort de l’émotion, toutes les fonctions corporelles sont appelées à la rescousse, jusqu’aux états de conscience modifiés.

La psychanalyse, et la somatoanalyse après elle, instituent d’abord une communication. Cette communication donne à voir un certain nombre de choses, des lapsus au niveau verbal, un état du corps au niveau tactile, un mode relationnel dans le regard, un processus énergé­tique à travers la respiration, entre autres. Ces données se prêtent à l’analyse mais ne se travaillent que dans la communication et non par des exercices. Si la voix s’enroue dans un cri de douleur réprimée, on ne passera pas à des vocalises mais on attendra que l’émotion soit plus authentique dans une relation plus juste. Le cri ne s’enrouera plus dans ce cas. La somatanalyse a perdu ses exercices.

De renoncer ainsi aux puissants exercices corporels que les reichiens et néoreichiens ont mis au point peut sembler re­grettable. Mais de laisser entière liberté au patient, liberté de com­muniquer ou non, sur le mode et le ton qui lui conviennent, permet d’entrer dans cette authenticité que la psychanalyse revendique à juste titre. Cette liberté permet d’éviter toutes les décompensations que des exercices mal indiqués peuvent favoriser. Encore faut-il que cette communication s’inscrive dans un cadre cohérent, structurant et perti­nent, dans de véritables cadres analytiques aussi proches que pos­sible des cadres de vie réels. C’est ce qui s’est fait avec les trois nouveaux settings, socio, duo et solo. La somatanalyse a perdu ses modèles.

 

De la rupture à la création :
la topique des positions

Cette rupture d’avec les modèles d’avant a créé une béance qui a mis plusieurs années à se remplir. C’est à ce niveau que s’est effec­tuée une étape majeure avec la topique des positions qui vient donner une nouvelle cohérence, une pertinence et une authenticité aux cadres de la somatanalyse. La découverte de cette topique vaut la peine d’être évoquée parce qu’elle montre la justesse de ce qui se dé­veloppe ici pour la forme groupale. J’avais commencé par une mé­thode de travail émotionnelle très directive reprise de Daniel Casriel. Peu à peu, mes préférences analytiques et les besoins de mes patients ont mené ce travail vers la non-directivité, façon­nant la séance-type de manière bien précise, avec quatre séquences successives :

  • le grand groupe verbal,
  • le groupe rapproché vocal,
  • le groupe éclaté primal,
  • le groupe retrouvé convivial.

La troisième sé­quence permet aux participants de partir deux à deux sur des matelas alentour pour un travail émotionnel approfondi. Elle permet aussi de partir seul ou d’être laissé seul. Il s’avère donc que cette séance de socio-somatanalyse offre les trois cadres de vie de base : le groupe social, le couple intime et l’isolement individuel. L’observation m’a montré que chacun de ces cadres devenait une position de vie à travers une fonction très précise, spécifique et exclusive :

  • la sécurisation dans le groupe,
  • l’affectif dans le couple,
  • le développement per­sonnel dans la bulle individuelle.

Cette observation fut longuement décrite dans mon premier livre, « Le corps aussi », sans que je ne la développe de trop. Puis vint une véritable illumina­tion et la formalisation de cette « topique des positions » qui est tel­lement féconde. C’est là, en effet, que je situe le lieu même de la dif­férenciation/séparation la plus pertinente pour notre société moderne, dans la bonne relation entre la dynamique de sécurisation (sociale), la matrice affective (conjugale) et la créativité individuelle (développe­ment personnel). L’un des effets de cette topique est méthodologique puisqu’il a donné lieu à l’éclatement de la somatanalyse en trois cadres de travail différents qui correspondent aux trois cadres de vie :

  • socio-somatanalyse groupale,
  • psycho-somatanalyse duelle
  • éco- somatanalyse solitaire.

Chaque cadre permet de communiquer sur le mode spécifique à la position de vie, mode qui est très différent pour chacun d’eux :

  • émotion et gestion relationnelle dans le groupe social,
  • amour inconditionnel ne donnant ni droits ni devoirs dans le couple affectif,
  • créativité individuelle en éco-somatanalyse.

Le vécu de la différenciation des trois modes de communication et des trois modes d’être correspondants aux trois positions de vie est une expérience intense et libératrice. A un niveau formel, cette différenciation introduit le travail sur la fusion et la séparation, sur l’état de stabilité structurelle et la catastrophe transitionnelle, sur l’amalgame et le clivage. Elle ouvre sur la pluralité des états d’être, lieu même du travail analytique comme nous l’a montré Freud.

Tableau 5 : les positions de vie et les processus existentiels correspondants

 

Séparation et unification

Il vaut la peine d’insister sur cette topique qui apparaît comme le shibboleth de la somatanalyse. Pour la psychanalyse, ce furent deux topiques successives qui appelaient au ralliement : conscient, incons­cient et préconscient puis moi, ça et surmoi. Ce sont des internalisa­tions du fonctionnement humain, des représentations psychiques de la réalité. Lacan a forcé sur cette inscription seulement psychique en ré­trécissant encore la cible sur l’imaginaire et le symbolique, reléguant le réel à de l’extra qui est hors du champ de la cure. Mais, en cent ans, quelque chose d’essentiel s’est passé : l’homme n’est plus refermé sur un petit cercle social bien structuré comme il l’était dans la bourgeoi­sie viennoise de 1897. Aujourd’hui il est projeté dans l’immensité planétaire sans filet protecteur et sans structure rassurante. En 1897, l’inscription intrapsychique du fonctionnement humain pouvait servir de fil conducteur. Aujourd’hui, il faut quitter le pré-carré corporatiste. Il faut se lancer dans la réalité plurielle. La topique des positions vient répondre à cet impératif qui situe trois cadres de vie réels et distincts : la vie dans le groupe social, la vie dans le couple intime, la vie dans la bulle individuelle. Les règles de fonctionnement y sont différentes, alors que le cocon bourgeois de la Vienne impériale pouvait faire croire que le fonctionnement individuel se calquait sur la dynamique sociale et vice versa.

La topique des positions constitue un véritable saut conceptuel. Elle déplace les lieux de l’unification et de la séparation. Pour la psychanalyse, il y a surtout un travail de sépara­tion, de l’inconscient au conscient, du ça au moi, et moins de travail d’unification. Pour la somatoanalyse, il y a deux lieux très précis pour les deux processus. L’unification se fait dans le vécu subjectif qui ré­unit les trois dimensions psycho-, socio- et somato-logiques. La séparation, elle, s’inscrit dans le réel des trois positions de vie, dans la distinction des trois manières d’être qui se différencient dans le groupe social, le couple intime et l’isolement créatif.

Il ne pourrait s’agir que d’un changement de point de vue mineur puisque l’essentiel est préservé à savoir la nécessité de travailler quelque part sur les processus d’unification et de séparation. En réalité le drame est bien plus profond et la crise a éclaté véritablement. Le saut conceptuel est venu s’ajouter à la rupture mé­thodologique et a amplifié une mutation qui m’a subitement déplacé ailleurs, dans une terra incognita, à l’instar de Freud il y a cent ans. Je me disais depuis quelque temps que tout allait à la fois très bien et très mal. Tout me réussissait et tout s’effondrait en même temps. Ce qui m’enchantait, c’est la construction de cette anthropologie qui s’expose ici, c’est la confiance de mes nouveaux élèves, presque un millier dans différents pays européens. Mais ce qui allait mal était terrible : l’hostilité de plus en plus manifeste du milieu psychiatrique et la perte de la première génération de mes élèves.

Hostilités

Le milieu psychiatrique est définitivement sorti de son silence tactique ; localement, il ne se retient plus de me dénoncer à mes propres patients comme incompétent et charlatan. Au niveau national, je suis définitivement interdit de publication et mes livres sont privés de recension. Qu’un rédacteur en chef d’une importante revue profes­sionnelle démissionne en signe de réprobation contre cette censure ne change rien à la fatwa.

La perte de la première génération d’élèves n’était pas plus pro­grammée que l’hostilité de la corporation. Elle était longue et doulou­reuse. Consacrant mon énergie à la création, je ne pensais pas à la trahison. Comme toujours en pareil « meurtre du père », l’arbre a ca­ché la forêt. Et on a cogné sur cet arbre, on l’a saccagé jusqu’à ce qu’on s’aperçoive qu’il ne faisait que cacher la forêt. Cette forêt, la voici : c’est le refus de passer de l’héritage ini­tial encore assez sommaire à la forme définitive qui se complé­tait au fur et à mesure. De nombreux faits, mineurs en eux-mêmes, venaient s’additionner en un blocage majeur. L’un des élèves n’arri­vait pas à introduire le troisième temps de la séance de socio-somatanalyse : il est tellement fusionnel avec son groupe qu’il ne peut pas s’en séparer ni le laisser s’égayer sur les matelas alentour pour le tra­vail en couple. Un autre retournait au psychodrame en y introduisant des ingrédients somatologiques mais ce n’est que pour mieux retrou­ver le montage directif de la séance. Le coup de grâce est venu d’une cri­tique virulente de mon livre Reich ou Ferenczi ? dans lequel j’oppose les deux attitudes, directives et analytiques, des deux « pères » de la somatothérapie, pour souligner l’apport majeur de Ferenczi à la somatanalyse. Le même élève laisse tomber une parole mémorable au sein de l’association que nous avions fondée.    «Mais il n’a pas le droit de faire cela, il n’a pas demandé l’autorisation du bureau » (du CIS Collège International des Somatanalystes).

« Cela », c’était l’introduction du cadre de la psycho-somatanalyse ! Une autre élève m’avait reproché de ne plus me référer au champ in­terprétatif de la métapsychologie freudienne. Puis vinrent les actes de transgression plus graves.

En dernier recours, c’est moi qui ai quitté ce groupe d’élèves, les laissant à leurs pesanteurs contradictoires. Les droits de la créativité ne pouvaient être respectés que de cette manière. Le père est parti avec sa seule conviction pour bagage. La séparation fut douloureuse, retardée par le leurre des inévitables prétextes. L’arbre qui ca­chait les vraies causes était trop épais. Etait-ce la grande crise, celle que Freud avait connue il y a cent ans, celle qui marque la rupture d’avec l’ancien et annonce la nais­sance de quelque chose de neuf ? Il y a beaucoup de présomption à revendiquer pareil honneur. En tout cas, il y a un modèle vieux de cent ans.

Tout allait à la fois très bien et très mal. La rupture était interve­nue sur cela même qui deviendra central : la topique des positions. En introduisant au cœur de la théorie la distinction des trois positions de vie avec leurs pathologies en amalgame et en clivage, en y ajoutant la création des trois cadres organisationnels, en groupe, couple et isole­ment, avec leur base strictement analytique, j’annonçais le parachè­vement de la somatanalyse en un tout cohérent qu’il fallait prendre ou laisser. De façon amusante, la confrontation au sein du Collège des somatanalystes illustrait et confirmait le fond du débat : toute la charge affective qui nous liait allait-elle laisser fonctionner la créativité individuelle d’un côté et la dynamique sociale de l’autre ? Les trois positions de vie pouvaient-elles coexister avec suffisamment de séparation ? Les événements ont révélé une symbiose tellement forte que la majorité du groupe d’élèves s’est amalgamée dans une opposition qui a abouti à une impasse. Pour Freud, cela devait déboucher sur le meurtre du père. Mais Freud n’a jamais ajouté qu’en réalité c’est lui qui a tué ses petits ! C’est lui qui a éjecté Stekel, Adler, Jung et Reich.

Il est évident que la situation de la somatanalyse devint intolérable et pour les psychiatres et pour les collaborateurs de la première heure. Pourtant les choses se dévelop­paient si logiquement, avec tellement de cohérence et pour un résultat très harmonieux. Il aurait été criminel de renoncer à une telle création, quitte à perdre des amis, quitte à renoncer au relais que peut donner la profession.

Actualité

Trump, seizième TP, trouble de la personnalité ?
 

Vous impressionne-t-il encore? Vous interroge-t-il ? Avez-vous osé un diagnostic ? Moi oui. Je le cite de temps en temps même si ce livre doit vieillir à cause de ces anecdotes. Toujours est-il qu’en ce beau mois de juin, il tient bon, il tient la route. Il snobbe l’Europe et drague Kim-Jong-Un. Moment historique. Freud voulait le prix Nobel. Trump l’aura peut-être !

Le diagnostic ? Le seizième TP ? DSM IV et CIM 10 répertorient quinze troubles de la personnalité que je reprends dans notre modèle ontopathologique (in Nouvelles Pathologies Psy 2013) Et qu’est-ce que ce seizième ? Oyez braves gens, en 140 signes.

Tableau : Le tableau ontopathologique des 15 troubles de la personnalité

Nous totalisons donc quinze entités :

  • les 10 du DSM + l’impulsif du CIM
  • les deux troubles en recherche du DSM
  • les deux troubles « post- » du CIM.

Obama l’a publiquement humilié, il se venge en détricotant tous les apports du prédécesseur. (Humilier, à ne pas faire !)

Il agit en trois temps :

  • il vous rencontre protocolairement (tout en vous écrasant la main) et vous expose ses doléances et revendications ;
  • si vous n’agréez pas, il vous massacre (comme Obama) ;
  • une fois à terre, il fait le bon samaritain, vous panse la plaie, tout en réitérant son exigence.

Et çà marche. Il est vrai qu’il a un plus gros bouton. (Ne traduisez pas en freudien). Diagnostic ? Après dix-huit mois, il m’impressionne encore et m’interroge. Diagnostic ? Nous avons encore une année de blogs pour répondre.

 

Les processus épistémologiques
à l’œuvre 
dans la créativité psychanalytique

 

  • 1) Le matérialisme scientifique

Freud doit se retourner dans sa tombe à se voir affublé de Karl Marx, lui qui rejetait le bolchévisme (mais aussi le projet de Hertzl de créer l’état d’Israël). Certes le communisme a échoué, c’est l’eau du bain, mais on doit conserver le bébé, à savoir la théorisation marxiste et plus précisément ce qui reste comme matérialisme scientifique : l’infrastructure détermine les superstructures. Dans le Capital, c’est l’économie qui fait infrastructure et qui définit organisation sociale, culture, religion et civilisation. Je simplifie, certes, tout comme on me reprochera de simplifier Freud. Ici, c’est l’organisation matérielle du cadre thérapeutique/analytique qui fait infrastructure et qui détermine le contenu de ce qui en découle. Reprenons notre historique de la création de la psychanalyse.

  • L’air du temps a poussé Freud à prendre l’hystérie comme sujet d’étude le plus à même de l’intéresser et de lui procurer la gloire.
  • Promue « psychogène », l’hystérie doit révéler ses causes par un travail analytique de décryptage et de déconstruction.
  • Cela prend nécessairement du temps, nécessite cinq séances par semaine et allonge la durée de la cure.
  • Cette longueur de temps déclenche un processus inattendu mais compréhensible, le processus affectif reconnu comme transfert.
  • L’irruption de cette relation transférentielle oblige à créer un cadre de travail sécure avec un thérapeute à distance canonique des bras du patient, à savoir derrière le divan.
  • Cette distance empêche tout travail corporel (comme une main sur le front) et limite la communication à la seule parole.
  • Le thérapeute/analyste doit mettre dans sa parole à lui toute l’intensité capable de reconnecter ce qui est clivé dans l’hystérie : c’est l’interprétation outrancière avec inceste, parricide, perversion polymorphe, menace de castration, etc.

Voilà l’infrastructure, à savoir l’organisation matérielle
du cadre de la séance et du déroulement de la cure.
Rien que du formalisme pour le moment, rien que du matérialisme qui, à partir de l’hystérie et de sa nouveauté psychogène, entraînent logiquement les sept caractéristiques résumées ci-dessus. Elles découlent nécessairement les unes des autres. Elles s’imposent d’elles-mêmes. C’est ce qui a fait dire spontanément à Anna O. : talking cure et chimney sweeping. C’est ce qui a fait taire Freud et fuir Breuer qui n’y a rien compris. C’est ce qui réunit les psychanalystes depuis cent dix ans autour de cette évidence. Pour Marx, cette logique, cette cohérence, cette pertinence, sont scientifiques.

            Lorsque les cadres de la socio-somatanalyse puis de la psycho-somatanalyse m’ont été donnés… par mes patients, j’y ai reconnu une matérialité à respecter et à continuer, à savoir une organisation de deux nouveaux cadres, analytiques, qui se suffisent à eux-mêmes. Il ne fallait rien de plus, même pas de théorie. Je faisais l’impasse sur les explications. J’appelais René Descartes à la rescousse avec son doute systématique. Comme ça se déroulait tout seul, rien ne pressait. Je pouvais attendre que de la théorie pertinente advienne. Je ne pensais pas encore à Marx et à ses principes. L’époque était plombée par les méfaits du communisme et le marxisme banni de toute âme bien pensante. Pourtant lors de mes deux années au couvent, à vingt ans, nous étudiions la philosophie scolastique et, pour le mémoire de fin d’études, j’ai choisi le… Manifeste du Parti Communiste de Karl Marx !

         Quant à la superstructure, elle équivaut ici à la production de théorie.
sEt, si l’on apprécie ce qui s’écrit ici, on comprendra qu’il valait la peine d’attendre ! Revenons à Freud et à la prédétermination à la fois matérielle et scientifique des théorisations à venir, du moins de leur forme, à commencer du côté de la langue.

  • La communication uniquement verbale entraîne la seule « représentation » des choses, représentation en mots et discours.
  • Cette représentation verbale est à la fois réductrice et fragile entraînant incompréhension, frustration et lapsus linguae jusqu’à l’idiolecte (langage personnalisé).
  • Le verbe excelle à relater le passé et à supputer le futur, à décrire les rêves et les fantasmes, et à donner les indices de l’inconscient.

Le choix du verbe conditionne donc le contenu privilégié qui en découle, matériellement, scientifiquement, sans pourtant accéder à la déstructuration mentale objectivée par le fameux tunnel noir de l’EMI. Ici, il faut respecter cette structure pour penser, parler et analyser. Du côté de la relation, le cadre dicte tout autant sa loi. Puisqu’il faut du temps pour accéder aux causes psychogènes et puisqu’on ne dispose que de cette médecine douce qu’est le discours, le cœur généralement lent et prudent a tout le temps pour se mettre de la partie et pour se manifester non seulement comme transfert/déplacement mais comme névrose de transfert, comme amour fou jusqu’à l’érotomanie. Très mécaniquement, cette folie ajoutera encore à la longueur de temps mais guérit aussi. L’état amoureux balaye tous les bobos, névrotiques du moins : anxiété, phobie, obsession, clivage hystérique. Toutes ces psychonévroses découlent matériellement de l’amour qui, en retour, s’imposent à Freud comme creuset de la thérapie. Tant qu’à faire autant faire avec, c’est même scientifique.

Il en est de même pour les indications privilégiées de la nouvelle méthode. A partir du moment où ça parle sur le divan, ce n’est plus l’hystérie en clivage qui y excelle mais les phobies, obsessions et angoisses en amalgame. Ici c’est le recrutement des patients qui obéit aux exigences matérielles et scientifiques du cadre organisationnel. Le génie de Freud réside dans la reconnaissance et l’acceptation de ce déterminisme ainsi que dans l’engagement fidèle à sa logique interne. Comme nous le verrons plus loin, la création de la psychanalyse est l’un des modèles les plus achevés de ce déterminisme.

 

  • 2) Le fonctionnalisme

Comme nous le montre le matérialisme scientifique, l’infrastructure impose sa logique à la superstructure, à savoir à certains de ses contenus. Ici il s’agit des fonctions qui se désignent à l’investissement analytique. En effet, dans un premier temps, Freud se spécialise dans les fonctions partielles (inconscient, conscient) que lui offre le cadre de travail. Il faudra vingt-cinq années pour qu’il aborde la structure humaine globale avec la deuxième topique (ça, moi, surmoi), tout en restant encore dans l’intrapsychique. Nous nous arrêterons à trois de ces fonctions, la conscience, le plaisir et l’affectif, pour en déduire que les trois sont traitées de la même façon, comme dualité conflictuelle à équilibrer.

La conscience

La pensée et sa verbalisation incriminent directement la conscience, cette fonction parmi d’autres et en même temps prééminente. Cette fonction se fait disséquer dans le fameux « appareil psychique » dessiné dans « l’Interprétation des rêves » en ses trois parties : inconscient, préconscient, conscient. En fait, ce sont les deux extrêmes, inconscient et conscient, qui importent vraiment et qui se présentent comme les deux pôles d’un vecteur oppositionnel. Au départ, le conflit est événementiel avec le refoulement des pulsions oedipiennes qui deviennent inconscientes. Peu à peu, l’inconscient devient structurel et se plante là face au conscient, créant un conflit structurel lui aussi image de marque de la métapsychologie. Freud a oublié la leçon de son inspirateur, Théodore Lipps, pour qui le psychisme est foncièrement inconscient de par sa complexité et la conscience, une des qualités de ce psychisme. C’est en ce sens que nous appelons la première topique fonctionnelle. Les neurosciences ont apporté des connaissances définitives à ces processus comme nous le verrons plus loin.

 Le plaisir

La recherche du plaisir et l’évitement du déplaisir sont au cœur de la psychanalyse débutante. Freud est courageux à se frotter à l’hédonisme. Tout en organisant une vie bourgeoise bien respectable n’a-t-il pas lui-même apprécié la cocaïne pour raisons scientifiques, fumé à s’en faire un cancer de la mâchoire et à sceller le choix de l’euthanasie, prôné la masturbation comme exutoire à une sexualité coïtale bien limitée chez lui (de 28 à 40 ans, moins six grossesses !). Cette nouvelle fonction, dont on sait aujourd’hui qu’elle s’inscrit dans la biologie des dopamine, ocytocine et autres endorphines se propose aussi en conflit. En effet Freud simplifie les choses en opposant le déplaisir comme accumulation d’énergie et le plaisir comme relâchement de cette masse, la première comme tension et la seconde comme détente. Par contre, Freud n’a pas pu aller au-delà de la notion de décharge telle qu’elle existe dans la sexualité. Il n’a pas pu reconnaître quelque chose d’analogue mais de plus doux dans ce que Romain Rolland a appelé « sentiment océanique » et que Freud a méconnu en en faisant la « pulsion de mort ».

 L’affectif

Le transfert, l’amour, l’affectif au sens plus général, lui ont été imposés contre son gré. La matérialité du cadre organisationnel avec l’allongement de la cure libère nécessairement ces sentiments intimes. C’est la difficulté et la gloire de la psychanalyse de s’y soumettre. Ici aussi, cette nouvelle fonction se voit traitée comme conflit : l’amour certes mais la haine tout autant. Freud cultivait des haines féroces, pour les anciens collaborateurs dissidents, pour ses élèves déméritants comme Tausk, pour la racaille inculte et grossière, pour ses maîtres qui ne l’ont pas reconnu. En même temps, il avait connu le coup de foudre pour Martha et écrit des lettres enflammées pendant les quatre années de séparation avant mariage. Puis, peu à peu, il a développé une opinion mitigée sur l’amour, le traitant de névrotique, le renvoyant à un Œdipe mal résolu et surtout en le voyant foncièrement ambivalent, mêlant intrinsèquement les deux pôles amour et haine toujours concomitants. Tout en théorisant une nouvelle polarité évidemment conflictuelle, Freud transige ici, devient lui-même ambivalent et déroge à la règle de science. En effet il aurait pu envisager deux niveaux fonctionnels différents, de plaisir et de sentiment, d’émotion et d’affectif, et conjuguer amour et déplaisir ou haine et plaisir ce qui ne serait plus de l’ambivalence mais de la pure coexistence de deux modes de fonctionnement parallèles, l’émotion et l’affectif. Quelque chose de la personnalité de notre auteur vient interférer ici avec la logique des sciences humaines.

L’approche fonctionnelle en psychothérapie

La matérialité du cadre organisationnel de la psychothérapie impose une autre contrainte, celle de faire des choix. L’un de ceux-là concerne la ou les fonctions que l’on privilégie. En effet on ne peut pas tout réunir à la fois : être en duel, groupal et en solo ; être directif et analytique, parler sur le divan et faire un acting reichien… Il s’agit des « facteurs organisateurs » (F.O.) décrits dans Psychothérapies, Sociothérapies, Somatothérapies (Meyer 2016 a). Les fonctions en font partie. Pourtant chaque fonction représente peu ou prou toutes les autres fonctions et même l’ensemble, c’est-à-dire l’individu global. Pars pro toto ; ab uno disce omnes. En plus moderne, on se réfèrerait à la théorie des fractales ou à l’hologramme. Un flocon de neige est construit comme la concrétion de mille flocons. Toute partie de l’hologramme a la capacité de recomposer l’ensemble. Et les cellules souche peuvent se transformer en chacune des cellules spécialisées.

Freud s’y est soumis avec ses premiers choix fonctionnels et, du petit flocon de la conscience, il a fait une solide boule de neige pour ne pas évoquer l’avalanche ou l’iceberg. Ce qui est fractal ou hologrammatique, c’est la présentation de chacune des trois fonctions comme vecteur bipolaire (inconscient – conscient ; plaisir – déplaisir ; amour – haine) animé d’une dynamique conflictuelle. Nous commençons à débusquer cette omniprésence de la lutte et de la bagarre dans l’intrapsychique et l’interrelationnel qui va culminer en 1930 avec « Malaise dans la civilisation ».

L’omniprésence du dualisme ressortit d’un autre choix, scientifique et quasi philosophique. Freud a été élevé dans une ambiance totalement scientiste chez Brücke, son professeur de biologie/physiologie qui avait fait pacte avec d’autres collègues dont Helmholtz de n’expliquer la vie que par les règles des sciences dures, physiques et chimiques, parce que ces dernières commençaient à donner de bons résultats dans ces deux derniers domaines. La psychologie devait passer par la même rigueur.

« L’Esquisse d’une psychologie scientifique » que Freud a écrite en premier et que nous connaissons grâce à la correspondance avec Fliess est de cette veine. Et ce n’est pas parce que Freud ne l’a jamais publiée qu’elle n’a pas continué à l’inspirer fort longtemps. Le fait de définir plaisir et déplaisir par tension et détente découle de ce dualisme simplificateur. Car aujourd’hui nous connaissons la complexité du plaisir le plus simple qui jongle avec dopamine, sérotonine, endorphines et autres ocytocines.

Certes nous glissons nous-mêmes tout doucement vers la méthode structuraliste qui se veut elle aussi « dure » mais à la mode des sciences humaines. Les trois fonctions freudiennes évoquées constituent une structure. Même si elles ne sont que trois, elles restent représentatives de l’ensemble. Cette structure révèle un invariant commun aux trois : bipolarité, dualité, conflictualité. La structure devient indépendante des parties et révèle du neuf, à savoir la bipolarité/conflictualité qui ne définit plus seulement chacune des fonctions mais le fonctionnement humain global. Mais s’il y a de l’invariant, il y a aussi des variables et je voudrais juste les clarifier sans essayer de les discuter :

  • pour la fonction conscience, il y a dissociation (entre inconscient et conscient) ;
  • pour la fonction plaisir, il y a alternance (de plaisir et déplaisir) ;
  • pour la fonction affective, il y a concommittance (d’amour et de haine).

 

Qu’est-ce à dire quant au contenu de ces fonctions ? Laissons la question ouverte. Mais quant à la forme, nous pouvons émettre quatre règles qui définissent la psychothérapie fonctionnelle :

  • toute méthode doit se limiter à un nombre restreint de fonctions investies ;
  • ces fonctions font partie des « facteurs organisateurs », de l’infrastructure, qui déterminent les superstructures (de vécu, de clinique et de rationalisation de la pratique) ;
  • elles particularisent la pratique et les vécus de par leurs spécificités, ce qui pose la question des indications ;
  • elles se construisent sur un ou des invariants qui manifestent le patient au-delà de ces seules fonctions et donnent accès à la personnalité globale.

L’histoire de la psychanalyse et les cent années d’expérience de ses troupes nous donnent une belle illustration de ces règles régissant la psychothérapie fonctionnelle. Mais la psychanalyse de Freud illustre encore une troisième méthode épistémologique, la méthode structuraliste, que nous commençons à connaître, mais qu’il faut asseoir avec des exemples concrets.

 

  • 3) Le structuralisme

Claude Lévi-Strauss vient de nous quitter à cent ans, lui qui nous a livré cette épistémologie pointue et rigoureuse en sciences humaines que les psys ont aussi accommodée. Jean Bergeret (in Meyer 2011), et surtout Jacques Lacan (signifiant/signifié) pensent structure jusqu’à l’appliquer à l’inconscient : « l’inconscient est structuré comme un langage ». L’actualité de Lévi-Strauss nous a rappelé les quatre principes de sa méthode :

  • la structure est une entité nouvelle indépendante de ses parties ;
  • elle fait émerger le ou les invariants qui informent ces parties ;
  • ces invariants font apparaître les variables particulières de chaque partie
  • et lorsque l’une de ces variables change, cela entraîne une transformation d’autres variables pour reconstituer l’équilibre de la structure.

L’étape la plus délicate est la première qui nécessite de réunir les parties représentatives du thème affiché :

  • tous les mythes dogons comme dans ma thèse d’ethnologie ;
  • toutes les psychothérapies comme dans notre approche pléni-intégrative ;
  • toutes les pathologies pour aboutir au modèle ontopathologique ;
  • et ici, psychanalyses, somatoanalyses et socioanalyses.

Dans notre approche de la psychanalyse freudienne, je veux rappeler le petit galop d’illustration avec les trois fonctions principales de la carrière de Freud : conscience, plaisir et affectivité. Elles font un ensemble qui révèle l’invariant, la conflictualité. Je propose de développer l’un de ces thèmes.

La structure de l’amour et du transfert

En vingt années de temps, Freud a décrit six facettes du transfert comme nous l’avons vu ci-devant. J’ai reporté ces caractéristiques sur le tableau suivant qui répercute le fait que les six spécificités du transfert sont aussi les six composantes de l’amour qui se constituent chacune à l’une des étapes du développement ontogénétique.

Tableau : l’Affectif, l’Amour et le Transfert en psychanalyse freudienne.

 

L’invariant des courants psychanalytiques

Mais à présent il nous faut du neuf dans notre propre approche de la théorie freudienne. Mes quinze premiers livres n’ont présenté le maître que par morceaux, en kit, comme ceux que je viens de reprendre sur le transfert. Aujourd’hui le propos va plus loin puisque nous professons et enseignons une psychanalyse pléni-intégrative, à savoir une réunion de tous les courants et de toutes les écoles qui se réclament de Freud : ferenczien, jungien, reichien, lacanien, américain, meyerien et autres. Il ne s’agit plus de se prosterner devant des shibloleth mais de préciser clairement ce qui fait l’essence de la psychanalyse et ce sera à partir de l’invariant qui s’extraye de cette nouvelle structure, pléni-intégrative : le logiciel « analytique » et son code source secret : l’EMI.

L’œuvre pourrait être magistrale comme celle de Claude Lévi-Strauss avec ses quatre gros bouquins appelés « Mythologiques ». Elle se fera probablement un jour sur le même modèle. Je n’ai fait ici que montrer la voie. Les sources en sont intuitives et pragmatiques découlant de quarante années de pratique psychanalytique et somatanalytique ainsi que de la fréquentation plus longue encore des textes freudiens.

En attendant, nous abordons le thème majeur de Freud, sa botte secrète et même son fonds de commerce, à savoir l’inconscient. Après cent vingt ans de bons et loyaux services, nous ne pouvons plus nous contenter de la définition du maître puisque nous annonçons la fin de l’inconscient. Pour cela, il faut d’autres approches que le divan.

Première partie

 La Psychanalyse

Freud, Ferenczi, Jung, Lacan

 

le logiciel « Analytique »

les algorithmes psychologiques
l’unité, la dualité,
les trois positions de vie,
les six stades du
développement ontogénétique

l’appli : l’interprétation des rêves

les programmes thérapeutiques :
psychanalyse freudienne
psychanalyse ferenczienne
psychanalyse jungienne

le code secret : inconscient,
conscient, transconscient

 

Introduction

La psychanalyse de Freud est au départ de toutes les formes de thérapies « analytiques » et d’une théorisation prolifique. Elle est au cœur de ce livre et doit évidemment l’introduire. Deux ensembles de textes le composent, la réédition des écrits de 2010 (chapitre 1 et 6) et la reprise d’une œuvre plus ancienne, de 1995, publiée sous le titre « Freud Encorps, la psycho- et socio-somatanalyse et le théorème de l’humain » (chapitre 2 à 5). Le rapprochement de ces deux études sur Freud éclaire mon approche personnelle de la psychanalyse à la fois pratique et théorique. Il y a quarante ans, je devais porter ma somatoanalyse sur les fonts baptismaux, m’autoriser de sa filiation psychanalytique et la valider. De montrer l’interaction entre les deux méthodes satisfait cette exigence. Quant aux théories abordées dans ces deux ensembles, elles sont complémentaires comme nous le verrons.

Nous commençons par un texte récent : « Comment peut-on enseigner Freud encore ? » et les réponses proviennent de l’enseignement que je prodigue aux élèves de l’Eepssa engagés dans la spécialisation « psychanalyse intégrative ». L’interrogation laisse présager un abord mi-figue mi-raisin. En effet, autant la pratique de la psychanalyse est en déclin, autant l’image de marque reste forte. Et si notre ouverture « pléni-intégrative » allait relancer l’intérêt pratique ? Est-ce en exhibant les exigences méthodologiques du maître usant tour à tour d’opportunisme et d’empirisme autant que du matérialisme scientifique et du structuralisme ? Karl Marx préfigure l’opposition entre l’infrastructure du cadre analytique et la superstructure des contenus. Voilà déjà le logiciel « analytique ». Quant au structuralisme, il nous permet d’extraire un premier « invariant », celui de la conflictualité, à partir de trois variables fonctionnelles : conscience, plaisir et amour.

Les textes suivants, plus anciens, esquissent un parallèle entre les naissances des deux courants, psych- et somat- analyses avec insistance sur les rôles créateurs des patients d’un côté comme de l’autre. C’est une forme de sérendipité : ils nous apportent ce qu’on n’attendait pas. Mais quelle outrecuidance que d’oser ce parallèle entre l’œuvre du grand maître et celle de l’outsider ! Toujours est-il que l’une décline et que l’autre prospère. Nous verrons une autre différence. Après avoir fixé les cadres analytiques définitifs, Freud théorise un thème après l’autre dans un ordre qui semble désordonné. Quant à moi, je commence par créer un modèle topographique de la situation analytique (et existentielle plus largement) pour fonder une réflexion générale (et universelle), à commencer par un schéma de position. Nous nous situons constamment dans l’une des trois positions suivantes, en groupe, en couple ou en solitude, en socio, duo ou solo. (La position familiale est intermédiaire entre groupe et couple). La somatoanalyse se déploie dans ces trois positions avec les trois formes groupales (socio-), duelle (psycho-) et solitaire (auto- ou éco-). Pour la psychanalyse, seulement verbale, il est plus difficile d’occuper ces trois lieux.

Le modèle de position a inspiré le schéma ontogénétique, des (six) étapes du développement personnel. Tout le quatrième chapitre développe ce devenir, non seulement de façon familialiste (comme on le reproche parfois à Freud) mais en référence au modèle mathématique de René Thom, à savoir à sa théorie des catastrophes. Chaque étape est centrée sur l’acquisition d’un état d’être qui se stabilise et qui se maintient durablement bien que le passage au stade suivant soit une catastrophe. La métaphore œdipienne de Freud illustre parfaitement ce recours épistémologique. Il y a stabilisation de l’attachement dans la deuxième étape (de 8 mois d’âge à trois ans). Puis survient la catastrophe œdipienne qui va se liquider dès que l’enfant de cinq à six ans accède à la phase de latence. (chez nous, étape de socialisation). Ce modèle ontogénétique est un GPS puissant qui donne toute sa richesse au modèle de la cure. Nous y voyons aussi le fil conducteur du cheminement théorique de Freud. Ce dernier a privilégié un certain nombre de thèmes centraux qui correspondent aux six acquis (capabilités) des périodes de stabilité structurelle et aux six catastrophes qui les inaugurent. Le processus de la catastrophe (œdipienne) entre les étapes de stabilité (ici 2 et 3) se répète donc six fois entre la conception et la mort. L’Œdipe en est le paradigme. Quelle que soit la réelle valeur de cet ordonnancement temporel, il occasionne une présentation très riche des principaux concepts métapsychologiques. Et cela se termine par la deuxième topique, ça-moi-surmoi qui évoque la topique de position ; ça = couple, surmoi = groupe et moi = individu.

Serait-ce une première réponse à notre question initiale ? Comment peut-on enseigner Freud encore ? Nous n’entrons plus dans les transmissions classiques qui sont linéaires (Freud 1895 jusqu’à Freud 1938) et surtout pas corporatistes ou même sectaires (les sept shibboleth qui font patte blanche). Et nous ne partageons en rien la nouvelle posture de victimisation des psychanalystes classiques en perte de vitesse. Le renouveau commence par l’ouverture aux nouvelles démarches (somato- et socio-analyses) puis à leur intégration, de façon exhaustive comme nous le proposons ici et pas seulement entre copains et coquins. Nous reconnaissons évidemment le fondement analytique érigé en logiciel avec un code secret inconscient livré aux hackers que nous sommes. Cette ouverture crée de nouveaux algorithmes (nos modélisations) et de nouveaux programmes (les trois somatoanalyses et la pneumanalyse entre autres). Ces acquis nous permettent de revenir à Freud (et Lacan) et d’y trouver des associations validantes pour les deux côtés, métapsychologique et somatologique, telles que les applications des modèles, en particulier des trois positions et des six stades développementaux. Voilà l’apport de ces quatre chapitres plus anciens.Avec ces acquis qui font référence à Freud et déférence à sa personne, nous pouvons aborder le gros morceau : l’interprétation des rêves. Il s’agit d’un long texte (soixante pages) récent (2010). Après Jung et Perls qui ont opposé à leur ancien maître une lecture beaucoup plus directe de ces étranges scénarios, ce sont les neurosciences qui marquent les limites des hypothèses freudiennes sur les rêves. Ces dernières prétendent que les images manifestes se construisent sur une pensée latente. Or il n’en est plus rien. Le stimulus du rêve vient du pont, un noyau du bulbe rachidien, et sa propagation purement physiologique jusqu’au lobe occipital explique la fameuse bizarrerie du script. On ne sait même plus si le rêve a vraiment une fonction spécifique. Cela n’empêche que le rêve reste un merveilleux outil pour la psychothérapie. Mais là aussi il faut développer. Les freudiens passent directement des images à leur compréhension, du scénario à la pensée supputée latente. Ils restent dans le mental. Or il s’insère toute la dimension corporelle (que nous appelons somatologique) entre les images et l’interprétation théorique. C’est elle que nous développons dans ce long chapitre. Nous l’appliquons aussi à deux (longs) rêves de Freud et de Jung eux-mêmes.Et le cadeau ne s’est pas fait attendre. Ces deux rêves se construisent très clairement selon le processus EMIque en cinq séquences : bien-être, éveil énergétique, conscience modifiée, intime du lien et ouverture du cycle sur la pleine présence. Ça y est. Nous y sommes, à l’Expérience de Mort Imminente, notre poker sous la forme pacifiée d’Expérience de Mort Initiante. La psychanalyse est un puissant accès à l’EMI, au-delà du rêve qui est déjà la voie royale vers l’inconscient. L’EMI apparaît comme le code source secret, inconscient, mystique (caché), quantique. Nous apportons ici un ensemble de preuves.

Est-ce la fin de l’inconscient ?

 

Chapitre I

 

FREUD ENCORE,
D’opportunisme en empirisme,
et de matérialisme en structuralisme

 LE GENIE DE FREUD

Comment peut-on enseigner Freud encore ?

Les vingt années que j’ai consacrées à asseoir les pratiques psycho-corporelles en psycho-somatothérapies ont largement inclus Freud et suscité un titre évocateur de l’un de mes livres : Freud En Corps. Quinze années plus tard, nous récidivons avec Freud Encore. Mais aujourd’hui il ne s’agit plus seulement d’inscrire la somatoanalyse dans le courant psychanalytique. L’ambition est plus grande. La démarche pléni-intégrative se développe et arrive au cœur même de la psychothérapie, à savoir au temps psychanalytique.

Pourquoi consacrer toute cette attention à une psychanalyse qui perd en importance, comme pratique en tout cas. La cure type se propose de moins en moins, même en France où le renouveau lacanien a pourtant offert une belle résistance à ce déclin. C’est que Freud lui-même, à la fin de sa vie, avait douté de la valeur proprement thérapeutique de sa méthode, la réservant à l’exploration de la psyché et à la formation des thérapeutes, la proposant à cette élite qu’il a toujours opposée au Gesindel, à la racaille. Et puis il s’est créé tellement de nouvelles méthodes bien plus efficaces et rapides pour guérir ou tout simplement pour réhabiliter le patient dans ce que Freud a désigné comme finalité de la thérapie : travailler et aimer.

Moi-même, j’ai interrompu mon analyse didactique pour me soumettre au travail psycho-corporel avant de regrimper sur le divan. Et pour ma pratique, j’ai abandonné la cure type après une demi-douzaine d’années pour la remplacer par la psycho-somatanalyse. Mais les trois années d’intervalle et d’absence d’une méthode de travail approfondie et prolongée m’ont beaucoup fait souffrir. Lors du Sixième Congrès International de l’Ecole Européenne de Psychothérapie Socio et Somato-Analytique qui célébrait le cent cinquantième anniversaire de la naissance de Freud (1856-2006), deux conférenciers vedette, Charles Gellmann et Jean Cottraux, psychiatres et créateurs de psychothérapies, racontèrent leur propre analyse à l’unisson : « pendant deux ans, c’était riche, puis je me suis ennuyé deux années encore, sans savoir pourquoi j’y restais ! »

Pourtant Freud jouit encore d’une aura éclatante, en France spécialement. Deux revues psy importantes, auparavant ouvertes aux nouvelles psychothérapies, sont tombées dans une lignée éditoriale psychanalytique l’une après l’autre, Psychologies magazine et le Journal des Psychologues. Les Facultés de Psychologie sont squattées par les lacaniens, au coude à coude avec les cognitivo-comportementalistes. Les maisons d’édition publient volontiers les œuvres freudo-lacaniennes malgré la crise des Sciences Humaines. Et depuis que les textes freudiens sont tombés dans le domaine public, on nous annonce une pléthore de ré-éditions. Il semblerait que l’offre crée la demande (Lacan). Et dans la loi sur le titre de psychothérapeute, la psychanalyse s’est distinguée par un sort privilégié. Même l’épouse de notre président de la république (Carla) se prêtait au témoignage télévisé de l’usager modèle du divan. Enfin, dans l’annuaire téléphonique, la rubrique psychanalyse occupe une place presque aussi importante que celles de psychothérapeute et psychologue. Seuls sophrologie et relaxation y trouvent aussi grâce. Freud mobilise encore et moi-même je propose une spécialisation « psychanalyse pléni-intégrative » qui en est à sa quatrième promotion. C’est cet enseignement didactique qui a préparé et testé l’élaboration qui suit.

J’ai commencé par égrener la vie de Freud que nous connaissons maintenant bien mieux, au-delà de l’hagiographie composée par son disciple Ernest Jones, grâce aux purs historiens qui, rétablissant une réalité bien humaine, se font accuser de Freud bashing, d’être des contempteurs et démolisseurs de l’idole. Elle était tellement magnifiée, l’idole, que ça fait tout drôle d’apprendre que… Anna O. n’a pas guéri du tout, que l’homme au loup est resté schizo toute sa vie, entretenu financièrement par le clan des psychanalystes viennois, qu’on a retrouvé le registre de l’hôtel où étaient descendus Sigmund et Minna, sa belle-sœur, dans la même chambre ! Il y a de quoi liquider le reste de transfert qui traîne encore par là. L’une de mes élèves laissa tomber : « je n’aime pas ce type ». Il faut croire que j’y ai mis du transfert mal résolu dans cette présentation biographique !

En cela, je fais partie d’une lignée illustre de philosophes et logiciens, avec Wittgenstein et Popper notamment, qui professent que, n’étant pas réfutable, la théorie freudienne n’est pas non plus scientifique. Lorsque le maître laisse régulièrement tomber « la psychanalyse a prouvé que… », le lecteur ne peut que se référer à son transfert, positif ou négatif, selon la foi que l’on accorde à ce genre d’argument. Quant aux biographies récentes, elles s’épaississent de près de mille pages comme celles de Peter Gay (901 pages) ou de Frank J. Sulloway (595 pages). Alors je conseille aux élèves de commencer par Quinodoz et son « Lire Freud » de 324 pages bien serrées. Et dire que Sigmund notait dans son journal, chaque octobre, « pas de nomination pour le Nobel ».

Cette présentation mi figue mi raisin de la vie de Freud traduit toute la difficulté de l’exercice. Et pourtant il faut commencer par là. Ensuite vient l’histoire des concepts majeurs de la psychodynamique – terme quasi synonyme de psychanalyse – concepts érigés en « shibboleth », à savoir en minimum à croire pour faire partie du cénacle des disciples. Nous allons aborder les quarante cinq années de création théorique (1895, Etudes sur l’hystérie, 1939 Moise) dont chaque nouvelle idée a ébranlé la routine des disciples, de théorie de la séduction en théorie des fantasmes, de première topique fonctionnelle (conscient, préconscient, inconscient) en deuxième topique structurelle (moi, ça et surmoi), de pulsion de vie en pulsion de mort. J’avais déjà mis de l’ordre dans ce foisonnement, proposant de voir en chacune de ces nouvelles théories le cœur même d’une étape de développement de l’être humain, nous y reviendrons. J’ai rappelé tout cela et, après trois journées de cet enseignement, je me suis senti ébranlé. Un réveil à trois heures du matin me fit trouver le moyen de proposer un ordre encore plus radical dans ce foisonnement d’idées, comme dans un rêve éveillé qui obéit à la règle freudienne de « satisfaction d’un désir ».

Il y a de l’ordre dans la vie, même si elle a mis des milliards d’années à l’instituer. Il y a de l’ordre dans la psychopathologie tout autant comme le montre notre modèle ontopathologique. Il y aura donc aussi de l’ordre dans la création de la psychanalyse. Ainsi se renouvelle l’importance de Freud et je tiens à y contribuer. Car autant sa vie est humaine, bien humaine, autant son œuvre transcende sa vie, en répondant aux règles méta-, trans-, au-delà, qui informent toute grande œuvre. Et nous avons à l’y déceler. Il me plaît de tirer de Freud lui-même la démonstration de ces fondements que dévoile la démarche pléni-intégrative.

 

Opportunisme, Empirisme et Absolutisme
l’apparente errance de la théorisation freudienne

Freud est né sous les meilleurs auspices et y a ajouté les plus grandes qualités. Premier enfant d’une jeune mère affublée d’un vieux mari, il a profité de cette sollicitude maternelle qui donne l’assurance la plus solide. Une diseuse de bonne aventure lui a aussi prédit les plus grands succès. Comme étudiant en médecine et chercheur en biologie, il a confirmé l’hypothèse de l’hermaphrodisme des anguilles. Plus tard, il a apporté des contributions reconnues aux paralysies infantiles et aux dysphasies. Il a même failli découvrir les vertus de la cocaïne pour l’anesthésie locale de l’œil. Mais son collègue lui a soufflé la primeur, alors qu’il était en vacances chez Martha, sa fiancée. On ne l’y reprendra pas ! Sigismund a raccourci son prénom en Sigmund si ce n’est en Siegmund ! (Sieg = victoire, Mund = bouche).

Lorsqu’il s’est consacré à la neurologie (spécialité officielle) puis à la psychiatrie (spécialisation de cœur), Freud a montré la même curiosité et a déniché des nouveautés importantes. A l’époque, c’était l’hystérie dont Charcot démontrait qu’elle était psychogène et en dissociation. Alors autant passer trois mois de stage chez Charcot à Paris. Il y a vu, de ses yeux vu, que l’hypnose pouvait à la fois provoquer la grande crise hystérique et la guérir, et que ses symptômes restaient clivés de la conscience. Mais à Nancy sévissait une école d’hypnose rivale de celle de Paris. Alors autant aller voir Bernheim et Liébault en Lorraine.

En passant, Charcot lui a soufflé que « dans ces cas, c’est le sexe toujours, toujours, toujours », et ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Mais cette opportunité – de l’hystérie et du sexuel – Joseph Breuer, son mentor viennois, l’avait déjà fait miroiter avec le cas Anna O. Et quand Sigmund s’est installé en libéral pour installer son couple puis sa nombreuse famille (six enfants et sa belle-sœur), il s’est consacré aux… hystériques de la bonne société viennoise, constituant rapidement une cohorte statistiquement représentative pour ses « Etudes sur l’hystérie », premier livre, en collaboration avec Breuer. Nouveauté, curiosité. Opportunité, à laquelle il suffisait d’ajouter la suggestion de Charcot sur l’étiologie sexuelle pour constituer un bel ensemble psychopathologique. Quant à la thérapie, Charcot et Bernheim ont transmis l’hypnose et Breuer, la méthode cathartique.

Opportunisme. L’hystérie est une pathologie en clivage avec des symptômes manifestes et des causes cachées. Et si ces causes peuvent être retrouvées facilement dans la « névrose actuelle » autour de troubles de la sexualité adulte (du genre coït interrompu) il faut remonter à l’enfance et aux abus sexuels pour les psychonévroses (hystérie, angoisse, phobie, obsession). Pour Freud, cette étiologie sexuelle devenait constante, toujours, toujours, toujours. Absolutisme. Les concepts successifs de Freud devaient d’ailleurs chaque fois tout expliquer quitte à disqualifier les théories précédentes.

Empirisme. La fameuse Anna O. avait enseigné à Breuer la « talking cure » qui faisait « chimney sweeping » : parler permettait de ramoner les symptômes… Et lorsque Freud devait quand même reconnaître que les causes sexuelles ne concernaient pas toutes les psychonévroses, il avait déjà la thérapie de rechange : l’écoute du discours du patient. Mais que peut-on donc raconter à longueur de séances quotidiennes pendant des mois (de 4 à 6 mois chez Freud) ?

Le génie de Freud : la psychanalyse

En 1897, Freud a 41 ans et doit abandonner sa « neurotica », à savoir la théorie de la séduction et de l’abus sexuel sur l’enfant. Non seulement elle n’est pas universelle mais sa révélation ne marche plus. Notre auteur n’aime pas ça. De plus son père meurt, ce vieux mari qui, d’après la théorie, aurait dû être incestueux puisque plusieurs de ses huit enfants étaient névrosés. C’est impensable. Freud déprime pendant trois mois, orphelin de théorie. Mais comme l’observait Aristote, la mélancolie fait partie des dégâts collatéraux du génie. Elle fait lâcher prise et permet au puzzle de s’agencer différemment. Ces morceaux de puzzle les voici.

  • Une patiente sort d’une hypnose profonde induite par Freud pour trouver le souvenir oublié ; au lieu de la mémoire, ce sont deux bras voluptueux qui se jettent au cou de Freud. Ce dernier n’aime pas ça; il va se cacher derrière le divan.
  • Il ne reste donc plus que la parole pour faire canal de communication et outil de recherche des causes psychogènes de l’hystérie. Freud connaît ça grâce à Anna O. et sa talking cure et à une patiente qui lui demande de se taire et d’écouter.
  • La cure allonge le temps qu’il faut pour chercher ces causes et pour se taire : mais quelles causes, où, quand, comment et pourquoi ?
  • Cet allongement de la durée suscite ce qui terrassa Breuer avec Anna O., à savoir le transfert jusqu’à la névrose de transfert sinon l’érotomanie. Freud comprend ce qui se passe : du transfert, du déplacement et comme Ponce Pilate, il se réassure. Il n’y est pour rien. Le concept est évidemment génial.
  • Freud fait son auto-analyse à travers ses rêves et commence la rédaction de « L’Interprétation des rêves ». Il observe, chez lui comme chez ses patients, l’importance des rêves sexuels mais aussi des rêves de mort, de sexe avec la mère et de mort du père.
  • Pourtant le rêve est « satisfaction de désir » et il faut admettre que les rêves précédents relèvent de l’inceste et du parricide. Freud se rappelle les tragédies grecques où un certain Œdipe commet ces deux actes des plus monstrueux que puisse perpétrer un humain.
  • Voilà bien qu’émerge l’image du puzzle : le complexe d’Œdipe et, tant qu’à faire, autant le rendre universel sous la forme de fantasmes obligatoires chez tout enfant autour de ses trois ans. Et voilà la nouvelle théorie, celle des fantasmes, absolument responsable de l’hystérie et des autres psychonévroses (anxieuse, phobique et obsessionnelle).
  • Et pour parer à toute dénégation de la part du patient, il faut rendre ces fantasmes inconscients et/ou couverts par l’amnésie infantile.

 

La boucle est bouclée. La dépression a nourri le génie qui a guéri la dépression. Freud tient la théorie universelle qu’il ne lâchera plus. Très longtemps ses analyses s’achevaient avec l’interprétation de ces fantasmes oedipiens et il faut à nouveau y voir la marque du génie : qui peut bien résister à une telle révélation, à ces intentions incestueuses et parricides ? Il suffit d’ajouter qu’elles ont été refoulées parce qu’inacceptables et qu’elles sont réactivées à l’adolescence par la poussée génitale ou plus tard par des événements traumatogènes, dans l’après coup. Bien que familialistes et quelque peu événementiels, ces concepts perdurent depuis plus de cent ans et constituent les bases mêmes des différents courants d’école. C’est le shibboleth, le minimum à croire pour être in.

 

Clivage versus Amalgame

Il y a néanmoins une erreur que je ne ferai qu’évoquer. L’opportunité a livré à Freud l’hystérie comme pathologie princeps. Elle est en clivage et même en dissociation d’autant plus que l’auteur lui attribue une cause traumatogène, l’abus sexuel, et la transforme quasiment en syndrome post traumatique manifestement clivé. Cette coupure entre symptôme et cause est généralisée au rêve (images manifestes vs pensée latente), aux actes manqués et lapsus linguae (comportement vs pulsion perturbatrice) et va jusqu’au modèle ontogénétique, clivant des investissements libidinaux partiels, oral, anal puis phallique, en attendant la globalisation du génital. Cette généralisation du clivage s’étend jusqu’en 1914 jusqu’à la conceptualisation du narcissisme.

Mais les fantasmes oedipiens appelés à la rescousse dès 1897 sont-ils véritablement clivés et même dissociés ? Eh non. Ils se perpétuent en amalgame. Ils s’incrustent et se transforment en anxiété, phobie et obsession. Les « grandes » psychanalyses de Freud concernent des cas cliniques en amalgame : le petit Hans était phobique, l’homme au rat et l’homme aux loups, obsessionnels, pour Freud du moins. Dix sept ans plus tard, le concept de narcissisme pose enfin l’importance de l’amalgame aux origines mêmes de l’enfance. Avec la pulsion de mort, en 1920, Freud renforce le nouveau point de vue.

On peut à présent extraire le PPCD, le plus petit commun dénominateur, de la psychanalyse : les fantasmes oedipiens, universels, sont tellement monstrueux qu’il faut les refouler ce qui constitue l’inconscient ; ces pulsions doivent néanmoins s’exprimer mais cela ne peut se faire que de façon détournée par les symptômes, rêves, actes manqués et sexualité partielle notamment. Ce PPCD permet aux différents courants psychanalytiques de se retrouver consensuellement malgré des divergences théoriques apparemment secondaires.

Voilà ce qu’une première présentation des théories freudiennes peut apporter à des psycho-somatothérapeutes ayant achevé leur formation de base en thérapies courtes et psychothérapies de durée moyenne (dont fait partie la psychanalyse dite « brève » des Malan, Sifnéos et autre Gilliéron). Certes j’y ajoute la just so story de « Totem et Tabou », puis « l’Au-delà du principe de plaisir » pour insister plus longuement sur la deuxième topique, de 1923, topique structurelle, avec ses trois dimensions des ça, moi et surmoi. Là, le moyen terme ça ne disjoint pas les deux autres (moi, surmoi) comme le fait le préconscient qui aboutit à cliver l’inconscient du conscient. Là, le moi conjoint ça et surmoi et gère leur cohabitation aussi harmonieusement que possible.

Bien des concepts importants sont passés sous silence ici, qui amplifient l’impression de foisonnement des idées comme, par exemple, le refoulement annexé à la dizaine de mécanismes de défense. Evoquons les autres poncifs interprétatifs que sont la scène primitive, la perversion polymorphe, la castration, l’homosexualité latente et autres moyens de faire lâcher prise sans oublier les six facettes du transfert, névrotisant l’amour tout comme le sera la religion. A la fin d’une telle liste de concepts, on se sent perdu, largué, embrouillé. Moi-même je l’ai été après ces journées d’enseignement et il m’a fallu aviser, réagir, cogiter, trouver. C’est ce que je propose à présent en soumettant tout ce matériel à une élaboration épistémologique qui nous fera passer par la matérialisme scientifique (de Karl Marx), le fonctionnalisme et le structuralisme (de Claude Levi-Strauss). Par là, nous rendons hommage à Freud à notre façon, en faisant émerger de cette prolifération de théories les processus qui l’informent, à son insu probablement.

Actualité

La guerre des écoles
revient en France !

 

Guerre des Ecoles psys ? On connait !

Non. Guerre des Ecoles dédiées à l’apprentissage de la lecture pour nos chérubins.

Lecture syllabique contre lecture globale

Et c’est même au titre des neurosciences qui prennent les commandes de la France.Le ministre de l’Education vient d’imposer la méthode syllabique : acoquiner des lettres et des sons plutôt que des mots et du sens. Et çà se réfère aux… neurosciences et à l’un de ses meilleurs chercheurs que nous chérissons aussi et citerons longuement à la fin de ce volume, Stanislav Dehaene (Le code de la conscience, Paris, Odile Jacob, 2014)

Et si les deux méthodes d’apprentissage se complétaient ? Des sons, des lettres, des mots, des choses et du sens ? Les enseignants se rebiffent, eux qui « intègrent » spontanément et gaillardement comme nous. Pour Dehaene, une perception reste inconsciente en dessous de 0,3 seconde puis se conscientise à 0,3 seconde et lance l’action à 0,5 seconde. Est-ce qu’on va découper ces trois temps et imposer l’un d’eux ? La guerre des écoles entre psys c’est du même acabit. Notre démarche à nous va au-delà, vers l’intégration, par la prise en considération de la pluralité des méthodes et de leur complémentarité.

Et si la psy, intégrative, devenait un modèle d’unification et de pacification, « en même temps » ?

Notre livre : Psychanalyse Pléni-Intégrative : suite n°7

L’actualité refait surface. Fake news et post vérité en 140 signes ! C’est la nouvelle épistémè (savoir) pour ne pas dire évidence. Mais Voltaire (me semble-t-il) affirmait déjà : ‘‘Médisez, il en restera toujours quelque chose’’. C’est pour échapper à cet ‘‘ah ha de l’interprétation juste’’ (Lacan) que je m’emploie à argumenter et prouver malgré tout. Nous sommes des êtres de pensée et nous ne lâchons que pour de bonnes raisons. Association encore. Freud n’appréciait une musique que lorsqu’il savait pourquoi. Mais, association libre encore : appréciait-il puis savait-il ou savait-il avant d’apprécier ? Quelque chose ne colle pas ! EMI, help !
Aujourd’hui même je reçois la revue Sciences Humaines (nov. 2016) et je tombe sur deux textes traitant de la lecture. Les voici.


Umberto Eco : dans la tête du lecteur

Voici notre thème décliné par Umberto Eco mondialement connu pour son roman « Le nom de la rose » et un peu moins pour son œuvre de sémioticien (spécialiste des signes et significations), à savoir la présentation de la rencontre de l’écrivain et du lecteur.

« Lector in Fabula parait en 1979, et Eco y met en place deux acteurs : un auteur, qui énonce un discours, et un lecteur, qui le déchiffre. Au milieu, il y a un texte. Or celui-ci, explique Eco, est « plein de non-dit ». Pour faire son œuvre, « il veut que quelqu’un l’aide à fonctionner ». Ailleurs, il écrit que « les romans sont des machines paresseuses ». Bref, le rôle du lecteur est très important, car c’est lui qui va interpréter le texte tout comme un musicien exécute un morceau de musique : à sa façon. De quoi va-t-il se servir pour cela ? D’une sorte de dictionnaire mental ? Non, explique Eco, mais de son « encyclopédie personnelle » à savoir tout ce qu’il sait sur le monde, tout ce qu’il a retenu de ses lectures précédentes, ce qu’il sait de l’auteur, etc. : un ensemble indéfini de connaissances et de compétences à l’aide desquelles il va faire une hypothèse sur le sens du texte. Ici, il faut préciser que ce que vise en particulier Eco, c’est une interprétation de la nature et du fil du récit (qu’il appelle « fabula »), son pitch en quelque sorte : « c’est l’histoire d’un jeune parisien … » Auteur modèle, texte et lecteur modèle… [C’est nous, ça ! ajout de Meyer]

« Le lecteur est donc conduit à imaginer un « auteur modèle » auquel il puisse attribuer l’interprétation qu’il donne de son texte. Quant à l’auteur, il fait lui aussi une conjecture, encore plus risquée : celle d’un « lecteur modèle », dont l’interprétation corresponde à un monde possible, si ce n’est exactement celui que lui-même a imaginé dans le détail… Cette interaction entre l’auteur modèle, le texte et un lecteur modèle, lorsqu’elle est « heureuse », scelle un contrat de « coopération textuelle » qui, qu’on le veuille ou non, signale les limites à l’intérieur desquelles la sémiotique interprétative d’Eco entend se déployer… [ça se complique ! ajout de Meyer]

« Deuxième cas : celui d’Œdipe roi de Sophocle. Peut-on dire, comme a pu le faire Sigmund Freud, qu’il parle du complexe d’Œdipe cinq siècles avant notre ère ? C’est moins évident, mais acceptable : si de toute évidence, Sophocle n’avait pas Freud pour lecteur modèle, son texte, parce qu’il insiste sur l’aveuglement du héros, a bien pour objet une forme de refoulement.

« Troisième exemple : l’analyse des écrits d’Edgard Poe par Marie Bonaparte conclut qu’il s’agit de l’œuvre d’un « impuissant total », car ses héros le sont, ce qui à rebours induit une lecture pathologique de ses contes. Eco considère qu’on sort du domaine de l’interprétation pour basculer dans celui de l’utilisation critique des textes. L’opération n’est, de son point de vue, pas légitime ou du moins sort du champ de l’analyse textuelle. » (Nicolas Journet o.c. p. 54 à 55)

Et nous retrouvons la psychanalyse. Quitus pour Freud et l’Œdipe. Ça peut passer. Négatif pour Marie Bonaparte qui a introduit la psychanalyse en France. Et vous ? Continuons dans Sciences Humaines qui nous apprend que …


L’empathie vient en lisant

« Des examens basés sur une IRM ont montré, qu’en lisant, l’homme mobilise les mêmes aires cérébrales que celles utilisées pour reconnaitre les sentiments d’autrui (processus appelé « théorie de l’esprit »). De même, lorsqu’un protagoniste tire sur une corde, le lecteur fait appel à la zone du cerveau qui permet de saisir un objet. Plus il est impliqué émotionnellement dans l’histoire, plus il est susceptible d’améliorer son empathie. A noter que la qualité littéraire des histoires est déterminante dans le processus. « La complexité des personnages littéraires aide le lecteur à se faire une idée plus sophistiquée des émotions et des motivations d’autrui ». (Florine Galéron o.c.p.13)


Spinoza et le conatus

Voici un troisième avis sur la lecture. Là, il s’agit d’un philosophe qui disserte sur les politiciens qui veulent affecter émotionnellement l’autre. Alors, on se laisse affecter ? « Les affects de la politique » de Frédéric Lordon (Seuil 2016). L’auteur se réfère à Spinoza et à son fameux conatus qui est « la puissance même comme élan d’activité » (p.17).

« Car lire, c’est sortir de soi. Et voilà d’emblée indiquée toute la difficulté : comment sortir de soi quand le rapport au monde qu’instaure le conatus est par construction égocentré et projectif ? La réponse est qu’on ne le peut jamais complètement. Mais qu’on le peut quand même dans une certaine mesure – qui se gagne par un constant travail.

Lire, c’est donc élaborer en première personne à partir d’un matériau, d’une œuvre, fournie par un autre, jusqu’à en faire une œuvre de degré deux, si bien que, ayant échappé à son auteur d’origine, l’œuvre au total n’est que l’intégrale de toutes les variations d’ordre n produites par les lectures et leurs circulations.

Car avant de déformer pour son compte — activité à encourager hautement -, il faut sans doute d’abord avoir fait l’effort du décentrement pour, s’écartant de ses propres manières, entrer dans la manière d’un autre, entrer dans l’économie intellectuelle qui se trouve là proposée – c’est-à- dire s’extraire de sa complexion : lire hors de soi. Ça n’est pas tout à fait lire que de lire la chose d’un autre mais en ne faisant que se chercher soi-même. Et en étant fâché de ne pas se retrouver entièrement. La lecture comme exercice nécessairement projectif est donc ambivalente : elle est au principe de la création secondaire qui prolonge l’œuvre au-delà d’elle-même ; elle l’est également de la recherche hermétique de soi dans l’autre. Toute la question est donc ici celle de la « certaine mesure » : la mesure de la sortie de soi et du décentrement – pas bien grande lorsque le lecteur n’entre dans la lecture qu’avec à l’esprit ses marottes. La plupart du temps d’ailleurs il est voué à être déçu de ne pas les retrouver toutes : « il fallait parler de mes choses, or elles n’y sont pas»! (o.c passim p.7 à 10)

Ici nous constatons toute la différence de style d’un écrivain (Umberto Eco) et d’un philosophe (Lordon). J’essaye d’imiter tantôt l’un, tantôt l’autre. Oui ? Il ne reste donc qu’à inscrire notre texte aussi dans le registre du récit, du conte ou même du roman sinon du mythe et nous passons subrepticement à la quatrième séquence EMIque.

Etape 4 : La subversion de la structure sociale et
l’expansion de l’intime du lien

« Non mais, il se prend pour qui » ? (Nabila, au couteau affûté). Un type du côté de Strasbourg, ni vu ni connu ! Il ressemblerait quand même un peu à ces chers disparus qu’on vient de rencontrer comme s’ils étaient bien vivants : Sigmund, Sandor, Carl Gustav, Jacques, Umberto… Certes, ils ressemblent à des silhouettes de fantôme mais on les fait revivre ici. « Mais lui, s’il était véritablement un fantôme, genre Pepper, deep mind, le nouveau logiciel antidéprime ou un casque à réalité virtuelle ? Nous revoilà dans le numérique ! L’intime du lien nous connecte avec les êtres chers, vivants, déjà morts et même virtuels. Eh bien, ce seront donc tous les trois ». J’aime bien son doux baratin issu du Grand Est profond. Ça fait pourtant réel et vrai, bien que venant d’outre-tombe et des chers maîtres. Enfin un gourou, cet idéal que j’appelle inconsciemment de tous mes désirs et depuis si longtemps !

 

Réalité virtuelle versus Pleine Présence

Nous vivons cette écriture/lecture comme une plongée dans l’inconnu. On pourrait compléter par … monde virtuel ! Volupté, agapé, félicité. Faut pas exagérer. On pourrait se retrouver dans un jeu vidéo genre second life. Mieux encore, chausser l’un de ces nouveaux casques à réalité virtuelle. Et tant qu’à fantasmer, pourquoi ne pas évoquer la réalité augmentée ? En sommes-nous là ? Aussi faudrait-il en sortir. Au mieux on s’endort. Ou alors, comme disent les psychanalystes : faut se donner la castration. Non. On y reste.

Certes avec la lecture, nous évoluons dans un cycle temporel. Mais l’essentiel ne réside pas dans l’attention aux mots, phrases, idées, concepts et images. L’essentiel se déroule à un autre niveau, « sur une autre scène » (Freud). Ça se concocte comme une méditation du genre vipassana, occidentalisée en sophrologie (Caycedo) ou bodyscan (Kabat-Zinn en sa Pleine Conscience). Nous nous focalisons sur un segment du corps et balayons ainsi tout le corps en ses douzaines de lieux parce que la concentration sur un objet ne tient qu’une dizaine de secondes. C’est la Gestalt Psychologie qui nous l’enseigne à travers l’observation du cube qui nous fait sauter automatiquement d’une face à l’autre.

Schéma 1: le cube comme Gestalt (forme) et le processus de concentration

Au niveau superficiel, on zappe d’objet en objet. Au niveau profond, l’état méditatif se développe de façon progressive et continue, d’autant mieux qu’on ne s’y attache pas. Alors allons-y pour la lecture flottante. Même si vous quittez les mots que j’aligne avec délice, l’effet reste là, analytique. Ça lâche. (Je pourrais ajouter « avec excitation » puisque j’attends d’une minute à l’autre le livreur avec cinq cents exemplaires du tome II de la nouvelle trilogie), le livre rouge (Meyer oct. 2016).

Schéma 2 : le processus méditatif par concentration sur les segments du corps

Ressaisissons-nous ! Nous sommes plongés dans une certaine réalité. Et elle est rien moins que virtuelle. Il s’agit de la réalité la plus réelle qui soit puisqu’elle organise/génère mon être humain, ma transcendance hors du règne animal. Cette réalité est rencontre entre auteur et lecteur, rencontre entre deux « modèles » selon Umberto Eco. A propos, ça vous fait quoi d’imaginer une grosse palette avec plein de livres rouges, cinq cents ? Pouvez-vous visualiser la scène ? En tout cas, moi, çà me fait écrire. Ça coule. Je termine ici le tome III pour compléter la trilogie (réédition du Manifeste 2010). Avec cette nouvelle saltation/scansion/rupture d’écriture, nous sommes même dans le mode d’emploi de cette réalité. Faut que ça saute. Au départ, c’était la structure clivante (genre langue de bois comme cette nuit lors du troisième débat entre Trump et Clinton, désolant !) A l’arrivée, maintenant, c’est la structure amalgamante.

 

Subversion de la structure amalgamante et puissance intégrative.

Peut-être vous êtes-vous laisser aller à cette immersion, subversion, submersion. Peut-être vous sentez-vous scotché à cette douce réalité. Volupté, agapé, félicité. Mais il faut dormir, ou s’occuper des enfants ou préparer à manger ou répondre aux envies de partenaire… Les psychanalystes parleraient donc de castration.

Faut même la donner soi-même. Au couvent, je me donnais des coups de fouet sur les fesses ! La mère doit « donner la castration » à son enfant (Françoise Dolto) pour l’humaniser. Non. C’est EMI qui accomplit cette tâche. Et elle m’évite même la frustration ? Oui.

Nous quittons l’objet actuel de la concentration, le gros orteil (Kabat-Zinn), le terpnos logos (discours hypnogène de la sophrologie), les mots que j’égrène allègrement. (Ils ne sont pas encore arrivés, les livres !). Mais nous restons dans le processus EMIque qui nous connecte au processus humanisant. Nous troquons seulement l’objet de l’attention (la face inférieure ou supérieure du cube) et continuons à accéder à notre être profond. Les psychanalystes, (encore eux) parleraient de régression. On retournerait à quelque chose de perdu, d’enfui sous les décombres. Non. Nous rencontrons simplement l’être essentiel avec ses obligations existentielles. « Après l’extase, la lessive », comme le dit le livre de Kornfield. Non, ce n’est pas cela non plus ! L’extase et la lessive. Ça s’associe, sans s’amalgamer pour autant. Si ce n’est donc pas de la régression, serait-ce de la progression ? Non plus. Faut rester dans le présent, en Pleine Présence. Alors appelons cela « pléni-gression ». Nous allons vers la plénitude du moment, associant intérieur et extérieur, extase et lessive, écriture et lecture, propositions (de l’auteur) et émotions (du lecteur). Le travail intérieur nous fait transcender l’extérieur et expérimenter l’état transconscient.

Pour ne pas rester avec le seul apéritif de l’Onto-Psy, voici quelques grignotages, sinon ça devient binge drinking et même la toute nouvelle alcoolorexie (boire pour ne pas manger ni grossir !). Ces apéricubes se présentent avec le tableau de l’EMI tellement évoqué déjà. Ici, il s’agit de la première mouture de ce tableau qui ne retient que les trois ressources centrales (énergétique, mystique et symbolique). Entre temps je redonne aux étapes une et cinq toute leur importance. Nous le trouvons à la fin du chapitre onze.

Tableau : subversion des structures, résistances en stress et en choc, et accès aux purs processus inconscients

 

Présence au rêve

Le tome II est arrivé vers 16 heures. A 17h, je l’apporte aux seize élèves en musicothérapie qui sont à la Somatoseraie. Je le dédicace à mes deux assistantes qui l’ont aussi tapé, et le soir je me replonge dans l’introduction : terrorisme, inégalité, four climatoire et les psys, et la psy. La nuit je fais un rêve. Je suis à un congrès où je dois donner une conférence. Je dois acheter le livre du congrès, quarante euros (au lieu de 25, pour le mien). Je le feuillète et tombe sur des cartes géographiques et des plans de la ville, plein, plein de plans, en début de livre et à la fin. Peu à peu je me rends compte qu’il n’y a que des cartes routières et pas le programme du congrès. Je ne trouve donc pas les indications de ma conférence dont je ne me rappelle pas le thème. Ça ne m’affole pas, sachant que je pourrai préparer la question en soirée encore. Je vois passer des congressiste/touristes en colonne. Je leur demande s’ils ont le programme. Ce sont des Danois. On ne se comprend pas très bien. Ils ne l’ont pas. Feuilletant encore mon bouquin, je tombe sur les feuilles centrales qui reproduisent une ville avec, au centre, des gratte-ciel blancs, juste leur silhouette blanche au milieu de la ville. Ça me rappelle que hier il était question du Brexit dur et on projetait la City en arrière-fond. Récemment j’avais lu que le fameux gerkin, le cornichon, qui fait la fierté de cet urbanisme très libre, commençait à être caché par d’autres gratte-ciel beaucoup plus moches. Voilà les « restes diurnes » qui informent le rêve selon Freud.

Au réveil, j’étais étonné de ce rêve. Puis j’ai compris qu’il s’agissait de mon livre. Congrès, oui, c’est logique. Carte et plans ? Enigme. Petite déception. Puis j’associe avec le GPS. J’assimile mes tableaux et schémas qui donnent le déroulement de l’EMI Initiante à un GPS. Le cycle en cinq étapes est connu, validé et il ne s’agit que d’en indiquer les séquences. GPS en attendant Galilée (le système européen qui doit nous libérer du système américain). GPS. Nous y sommes. Cinquième séquence. Faut désamalgamer et non pas castrer ou frustrer. Seulement reconnecter la situation présente et l’enrichir de toute la richesse des ressources transcendantes : volupté, agapé, félicité. Ça me va. GPS psy, GPS ontopsy. Ça colle aussi avec la toute dernière trouvaille de l’onto-psy générative. Elle ne s’acquiert pas. Elle est innée comme la grammaire générative de Chomsky et des petits enfants. Et moi je suis la carte routière (et le gerkin, cornichon ?) Les ressources libérées par le cycle EMIque réintègrent la situation objective, à savoir l’enseignement de ce livre. Alors allons-y. En Pleine Présence. Retrouvons Noam Chomsky et sa grammaire générative que je détourne en psychologie générative. Vous vous rappelez les quatorze nouveautés dont chacune est générée par les précédentes ?


Grammaire générative
et Onto-psy(chologie) générative

Reprenons ce thème présenté ci-dessus. J’ai aligné une première douzaine d’innovations (et même quatorze à la douzaine). J’ai essayé d’accréditer qu’il ne s’agit pas d’une juxtaposition de faits due au hasard (et à mes insomnies) mais qu’il y a une logique, mieux encore un processus qui génère un élément après l’autre, qui l’engendre en quelque sorte dans ses entrailles à partir de ses gênes.

  • L’intégration du corps à la psychanalyse
  • débouche sur la psychanalyse pléni-intégrative
  • qui transforme le rebirth en pneumoanalyse
  • et manifeste le cycle EMIque.

Voilà les quatre générations principales engendrant quatorze développements. Continuons avec cinq bébés encore plus prometteurs.

  • 1) L’EMI n’est que la manifestation ponctuelle du
  • 2) Processus Organisateur de l’Humain (POH) et
  • 3) l’Inspirateur de la Mystique et de l’Ethique Universelles
  • 4) seules à même d’unifier l’humanité et de
  • 5) démanteler le four climatoire en construction.

Nous pouvons tirer deux enseignements formels de cette cascade grammaticale et gestationnelle, en particulier une nouvelle validation de l’Onto-psy qui n’est pas un ensemble d’hypothèses à la Freud, mais la réalité de la vie inscrite en chaque humain. Référons-nous directement à la grammaire générative de Noam Chomsky même si le détour est ardu. (in Wikipédia, grammaire générative).

« La grammaire générative et transformationnelle est une théorie syntaxique s’inscrivant dans le courant de la linguistique générative. Majoritairement présente en Amérique du Nord, elle s’est développée depuis 1957 sous l’impulsion de Noam Chomsky. Cette théorie tente de caractériser la connaissance de la langue qui permet l’acte effectif du locuteur-auditeur…

La grammaire générative est basée sur la distinction compétence – performance … Selon Noam Chomsky : « La grammaire d’une langue propose d’être une description de la compétence intrinsèque du locuteur-auditeur idéal. Si la grammaire est, de plus, parfaitement explicite … nous pouvons, non sans redondance, l’appeler grammaire générative. »…

Ainsi, la grammaire générative se veut explicative dans le sens où elle doit chercher à comprendre l’organisation du système cognitif permettant au locuteur-auditeur de formuler un ensemble infini de phrases, porte son observation non sur la production (performance) en tant que telle, mais sur les mécanismes permettant la construction de ces énoncés (compétence). Ainsi, elle tente d’expliquer les règles que le locuteur applique de façon intuitive… Selon l’axiome de la théorie générative, chaque locuteur partage une connaissance tacite de certains universaux linguistiques qui lui permettent d’apprendre sa langue maternelle. Toutefois, les langues varient les unes des autres et d’un locuteur à l’autre. En d’autres termes, la syntaxe est composée par des universaux et par des variables. La conséquence de cette observation amène une question primordiale : « De quelles hypothèses initiales sur la nature du langage l’enfant part-il pour faire son apprentissage linguistique ? Quel est le degré de spécification et de détail du schéma inné (définition générale d’une “grammaire”) qui devient progressivement plus explicite et différenciée, à mesure que l’enfant apprend sa langue ? »

En plus simple. La grammaire est innée et non apprise. Papa et maman n’enseignent pas la syntaxe au bébé qui commence à comprendre et à parler tout seul ! Il s’agit d’universaux, synonyme de nos invariants, et de variables. Nous considérons ici le locuteur/auteur mais incluons évidemment le lecteur/auditeur qui comprend spontanément comme le bébé. Oui, c’est çà ? A partir du moment où vous acceptez le postulat de base à savoir que le fonctionnement humain est un processus inné comme la grammaire, nous pouvons en déduire trois vérités indéniables.

  • 1) Ce qui se décrit dans ce quinzième livre est le résultat d’une démarche humaine (partant du grand bébé jusqu’au petit vieux) inspirée et générée par la grammaire onto-psychologique, à savoir la réalité du fonctionnement humain de la lessive jusqu’à l’extase et vice versa. Cette démarche, ici, la mienne, comprend :
  • des innovations techniques, thérapeutiques,
  • de nouvelles observations issues de ces créations,
  • des systématisations scientifiques générées par ces deux vécus.
    Tout comme la grammaire locutoire est donnée à bébé, la grammaire essentielle et existentielle, donc universelle, s’impose à moi. Il aura quand même fallu plus d’un demi-siècle !
  • 2) Ça peut aller plus vite pour vous si vous acceptez ma démarche comme GPS et Galileo et si vous vous engagez à faire le même chemin. C’est ce que j’essaye de tirer comme fil conducteur de votre lecture : cheminer, avancer, transcender (aller au-delà).
  • 3) Et maintenant vient l’interrogation cruciale des esprits chagrins : quelle est la valeur scientifique de tout cela ? Chacun des quatorze (+ cinq) items essaye de se légitimer de par lui-même, notamment dans ce livre. Mais il vient une nouvelle validation de par cet ensemble génératif. La simple réalité que chaque élément s’emboîte dans cet ensemble à une place logique apporte sa part de confirmation et de validation.

Nous n’inventons pas ici. Nous ne créons pas du neuf. Nous découvrons et redécouvrons humblement la réalité, celle de l’humain et de son processus d’humanisation. Et ce n’est déjà pas mal. Et ça permet de vivre une vie bonne et, espérons-le, de survivre en tant qu’espèce humaine. Pour cela il faut accepter et s’engager et avancer.

Et c’est parti pour des textes professionnels à prétention scientifique (donc raisonnés et argumentés). Il y a beaucoup de choses à savoir, pouvoir et avoir. J’espère que ce ne sera pas un devoir mais une expérience plénière et même fondatrice.

Voilà plein de promesses. La psychanalyse qui intègre pleinement. L’EMI qui manifeste le fondement ultime de l’humain. L’analyse enfin en son logiciel, qui décompose l’homme complexe en ses éléments constitutifs et qui révèle son code source. Pouvons-nous tenir la promesse ? Les chapitres à venir et la conclusion relèvent le défi. Aller au bout du chemin alors que la psychanalyse classique ne fait que mi-parcours. Elle nous emmène de l’inconscient au conscient, de l’insu à la théorie. Maintenant faut pousser jusqu’au transconscient et à la transcendance.

 

Retour à la quatrième partie :

la Psychanalyse Pléni-Intégrative
et son programme :
le modèle Essence > Existence  > Transcendance (ET)

 

Çà se travaille, évidemment. Dans le caisson de l’IRMf, on observe que la modification de l’état de conscience « synchronise » le fonctionnement du cerveau. Ça connecte et reconnecte les circuits différenciés et ça débouche sur la plénitude. Dans le corps, ça se « syntonise » : la musculature lisse des viscères se met dans la tension génératrice de la volupté énergétique. Et le cœur, de son côté, se « sympathise ». Ce qui surgit subitement en EMI traumatique, se travaille ici patiemment. Nous indiquons les modes d’emploi.

La psychanalyse, élargie aux somato- et socio- analyses, en est l’un des accès privilégié. Les mots qui désignent ces nouvelles étapes peuvent déranger. Plénarisation, plénitude, transconscient, transcendance. Vous connaissez certainement déjà l’un ou l’autre de ces processus et états d’être. Mais à présent, il faut les caractériser, phénoménologiquement, et les rendre opérationnels. Ça se passe simplement dans nos vies quotidiennes : volupté, félicité, agapé (=amour). Mais les patients ne connaissent pas et les analysants languissent après. Ça se passe dans nos corps, esprits et cœurs. Encore faut-il savoir comment. On laissait cela aux clergymen, gourous et autres magnétiseurs. Non, ça nous concerne pleinement. L’EMI nous en apprend l’essentiel. Que provoque la fabuleuse musique de la neuvième ? Elle fait fondre nos blocages et structures trop rigides. Puis elle nous submerge des ressources qui nous transcendent. Chez Schiller, les mots sont plus simples et parlants : joie, ivresse, magie, reliance, frère, père, dieu, baisers, victoire, enlacement, étoiles, nature. J’oubliais, l’amour. Ce modèle ET (comme l’extraterrestre tout chou) nous cueille dans notre essence (les processus inconscients), nous accompagne dans l’existence (consciente et opérationnelle) et prône notre meilleure part, transcendante. ET n’oublie pas la mort et l’annonce même comme l’extase suprême. Voilà pour ce nouveau programme de la psychanalyse (ici, pléni-intégrative). Il enlève la peur de la mort et nous prépare à l’extase. Chez les larrons crucifiés aux côtés de Jésus, celui qui rejette la contrition est voué à l’enfer, celui qui lâche prise est promis au paradis. Pouvez-vous, vous aussi, subvertir vos nouvelles préventions ? Car ce n’est pas terminé.

L’EMI n’est que la manifestation ponctuelle du
Processus Originaire de l’Humanisation.
Par conséquent, il jette les fondements de l’éthique qui garantit la transcendance humaine.

 

That’s it. Jetez à nouveau ce livre dans un coin. Criez un bon coup. Plus fort, pour que l’énergie se libère et vous inonde de volupté. Car la psychanalyse n’est pas seulement un savoir mais plus encore un savoir-faire et un savoir-être. Et ça passe aussi par la lecture de ce livre. Y-a-t-il encore un coin où le jeter ?

J’ai annoncé la véritable avancée épistémique (en savoir) et scientifique (en validation) avec cette expression étrange qu’est POH, Processus Organisateur de l’Humanité. Cela renvoi l’EMI au simple rôle de manifestation de ce POH. Là nous entrons dans le monde des hypothèses, comme Freud (avec l’inconscient), Moody (avec la conscience délocalisée). Pourtant, l’évidence triomphe là encore.

Il y a des centaines de milliers d’années, un être humain a émergé de la vie animale et s’est différencié (de 2% par rapport au génome des grands singes) mais beaucoup plus psychologiquement et socialement. C’est nous qui mettons ces singes en cage et pas l’inverse. Eh bien, l’hypothèse, je le répète, veut que le processus d’humanisation s’exprime par l’EMI. Sinon, What else ? Qu’est-ce que ça pourrait être d’autre ? Il faut que ce soit un processus unique et universel comme seul l’EMI le réalise. CQFD. L’enjeu est tellement énorme qu’un peu d’humour évite le stress et le clivage. Pas d’OBE (Out of the Body Experience). Faut garder les pieds sur terre, il y a 270000 années, en Afrique du Sud. Bien plus tôt ailleurs. Et pour aggraver mon cas, laps et relaps : ce processus d’humanisation universel qui se révèle par l’EMI fonde l’éthique humaine et la mystique.

En attendant nous ne possédons vraiment que les deux bouts : l’EMI d’un côté et l’éthique de l’autre. Le POH est au milieu, c’est comme moi entre mon grand-frère et ma petite sœur. Et vous savez combien je me suis démené pour exister. En attendant, c’est l’EMI que nous tenons fermement. Nous retrouvons les nœuds borroméens de Lacan. Si l’un des anneaux lâche, tout se défait. Cultivons donc notre anneau EMIque au moins autant que les anneaux reichiens (et chakras). Expérimentons. Dégustons. Comme un Nespresso. What else ?

Avant de foncer tête baissée dans les trois premières parties à la facture bien classique, je vous propose un nouveau rallye à travers le cycle EMIque et, ce coup-ci, en tant que lecteur.

L’immersion dans cette lecture pourrait être
une psychanalyse (sauvage ?) et
une Expérience de Mort Initiante

 

Après m’être permis une écriture EMIque, je vous propose une lecture EMIque et donc analytique. Reprenons le cycle EMIque et appliquons-le à vous-même. Cinq étapes (plus une). Chaque étape en deux séquences : subversion de structure et submersion par les ressources transcendantes.

Etape 1 : Subversion de la structure clivante et envahissement du bien-être

Vous pouvez vous coltiner cette lecture pour différentes raisons :

  • enrichir votre savoir avec de la théorie,
  • acquérir de l’avoir avec de nouvelles méthodes,
  • développer votre pouvoir de thérapeute,
  • ou, plus prosaïquement, faire votre devoir.

Voilà les attitudes un peu rigides qui constituent les structures clivantes et qui vous empêchent de vous immerger dans leurs antidots : l’intuition, l’empathie et le feeling dont nous avons fait l’attitude même de l’analyste. Mais comment faire ? Prenez la main qui vous est tendue ici. Certes ce n’est pas celle d’un universitaire, ni d’un gourou, ni de quelqu’un de bien connu. Et pourtant vous pouvez trouver ici rien moins que le Graal. « Par contre il est prétentieux ! » Acceptez juste ceci : ce livre est traversé par quatre fils conducteurs. Quatre, c’est déjà pas mal, contrairement au marketing politique. Et quel est leur fil conducteur à eux ? Une seule idée par jour, à marteler sans modération ! A l’inverse, les voici, les nôtres, les quatre :

  • une réflexion professionnelle classique sur les psychanalyses existantes; ça donne certes du savoir mais y a du neuf en plus ;
  • la critique de ce classicisme pour ne pas dire archaïsme, par toutes nouveautés : autres psychothérapies et nouvelles (somato- et socio-) analyses, neurosciences, psychologie expérimentale, mises à jour anthropologiques et spirituelles ;
  • une démarche personnelle de soixante années, la mienne, comme GPS à suivre (éventuellement) dans sa créativité générative : quinze nouveautés majeures que vous lirez dès que vous aurez subverti la structure corporelle et accepté mon écriture parfois EMIque ;
  • enfin, votre lecture EMIque à vous que je stimulerai régulièrement.

N’oublions pas que la psychanalyse est foncièrement expérientielle et qu’elle ne vaut que tant qu’elle suscite ces vécus personnels que nous susciterons longuement. L’EMI traumatique est un vécu expérientiel et l’EMI initiatique l’est tout autant. A moins que ça, ce n’est que devoir et ce dernier est passé de mode. O.K. Çà lâche ? Ça fait du bien de s’accrocher à ces quatre brins. On pourrait les tresser en natte, çà ajouterait de la sécurité au fun. Et çà éveillerait progressivement, une douce euphorie. Quinze nouveautés, dites donc, plus quelques autres !

Etape 2 : Subversion de la structure corporelle et engagement dans la volupté énergétique

« Il se moque de nous. Mais ça me titille. Et si des fois. Je me sens déjà mieux. » Çà titille dans le ventre et aiguise l’esprit. J’y vais, j’y vais pas ? Je me laisse submerger ? Il nous promet quinze innovations, créations de méthodes, nouveaux concepts, jusqu’aux origines de l’humanité… A défaut de coup de massue sur la tête ou de caillots dans vos coronaires, à savoir trauma et coma, ou en alternance avec vos méditations habituelles, vous pouvez aussi ressentir que quelque chose d’important se passe, à commencer dans votre ventre. Voici ces premiers apports :

  • l’officialisation des thérapies psycho-corporelles sous les termes scientifiques à racines grecques : somatothérapie, somatoanalyse, et somatologie leur science spécifique ;
  • l’abord pluriel des psychothérapies, somatothérapies et sociothérapies et leur intégration par la méthode structuraliste qui en fait ressortir les deux invariants : la caractéristique de l’être thérapeute et la cure séquentielle ;
  • le développement de la quatrième et dernière étape de l’intégration des psychothérapies grâce à son extension exhaustive à toutes les méthodes, à la rigueur méthodologique et épistémologique et à la mise en œuvre personnalisée par chaque praticien ;
  • la même démarche intégrative des théories psy par la modélisation de la situation thérapeutique en un schéma structuro-fonctionnel qui se décline en six modèles spécialisés ;
  • en particulier les modèles positionnel (socio, duo, solo), ontogénétique (six étapes de développement) et ontodynamique (maîtrise, jouissance, expérience plénière, volonté d’expansion) ;
  • l’intégration des centaines (quatre cents pour le DSM 5) de pathologies par le modèle ontopathologique;
  • le modèle sociodynamique avec ses quatre constellations successives : conflit, sécurité, consensus, don altruiste.

On n’est qu’à sept nouveautés et je n’ai pas insisté sur ce que nous verrons longuement, à savoir les trois somatoanalyses, de groupe, en duo et solo. Le titillement dans le ventre continue-t-il, se déplace-t-il, monte-t-il vers le diaphragme et le thorax ? Ou se coince-t-il dans un chakra/anneau reichien précis ? Dans ce dernier cas, vous pensez peut-être que c’est un bel opportuniste (l’intégration est à la mode), un organisateur avisé (ne semble-t-il pas se prévaloir du numérique ?) et un mec culotté. En fait, rien que pour ces sept premiers sauts systémiques, il se passe quelque chose de remarquable que j’appellerai la créativité générative. Chaque étape, qui est un évènement en soi, génère l’étape suivante, apparemment sortie de nulle part mais logiquement reliée et générée par les précédentes. Noam Chomsky a promu une « grammaire générative » innée et non pas apprise. L’enfant comprend et apprend le langage spontanément. L’enrichissement de notre démarche est analogue. Il retrouve tout simplement ce qui est là, inné. Encore faut-il le réceptionner après l’avoir inconsciemment cherché ! La suite éclairera bien mieux cette psychologie/psychothérapie générative que j’appelle Ontopsy(-chologie).

  • Les principales psycho-somatothérapies se combinent en un protocole de méditation, la Pleine Présence, qui se propose comme quatrième temps de la cure séquentielle ;
  • la thérapie respiratoire baptisée rebirth est transposée dans un cadre analytique, pneumo-analytique, qui devient le laboratoire expérimental de l’EMI (Expérience de Mort Imminente / Initiante) ;
  • l’approche plurielle et intégrative des psychanalyses, somatoanalyses et socioanalyses, débouche sur la psychanalyse pléni-intégrative elle aussi construite en une cure séquentielle ;
  • cette approche exhaustive et intégrée complète le programme de la psychanalyse classique (inconscient è conscient ; çà è moi) par le modèle ET, « Essenceè Existenceè Transcendance ».

Le vécu EMIque s’arrête très souvent à la deuxième séquence du cycle EMIque, émotionnelle et énergétique, soit que l’élan énergétique ne soit pas assez intense soit que des structures corporelles l’inhibent. Pour la lecture, c’est pareil. Onze nouveautés, ça ébranle, ça déménage. Mais onze, c’est peut-être too much ? Sinon, ça commence à grouiller dans les méninges et peut-être même dans la culotte. On laisse la curiosité s’entêter et descendre ?

On l’aura compris, mais je le répète. Toutes ces innovations se sont succédées dans le temps, en quarante ans. Chaque acquis générait tout d’un coup une nouvelle création sur le mode de la sérendipité, là où je ne cherchais rien sinon d’être enfin tranquille et stabilisé.

Voici, en apéritif, le tableau fondateur de cette Onto-Psy tel qu’il s’annonce dans mes derniers livres (Meyer 2016)

Tableau : Le modèle Ontopsy, une psychologie « dure », exacte et validée

 

 

Etape 3 : La subversion de la structure mentale et la submersion de l’esprit par l’évidence

Lors des traumas et comas, l’accident perturbe le fonctionnement cérébral. En pneumo, c’est l’hyperventilation qui modifie ce fonctionnement. Pour mon écriture déjantée, je laisse s’exprimer la pression de l’évidence. Sur le divan de la psychanalyse, l’amour transférentiel rompt la langue de bois. Et pour votre lecture ? Je vais essayer de rajouter de la pression. Ça passe (dans l’émerveillement) ou çà casse (trente euros de perdus, le prix du livre !).

  • La reconnaissance définitive de l’Expérience de Mort Imminente (EMI), traumatique, scientifiquement fondée et médicalement validée ;
  • sa reproduction expérimentale lors des pneumanalyses en un processus initiant ;
  • depuis deux mois, l’impérieuse intuition que l’EMI ne serait que la manifestation ponctuelle et consciente du fondement même de l’être humain qu’on peut appeller : « Processus Organisateur de l’Humain » (POH).
  • La reconnaissance définitive de l’Expérience de Mort Imminente (EMI), traumatique, scientifiquement fondée et médicalement validée ;
  • sa reproduction expérimentale lors des pneumanalyses en un processus initiant ;
  • depuis deux mois, l’impérieuse intuition que l’EMI ne serait que la manifestation ponctuelle et consciente du fondement même de l’être humain qu’on peut appeller : « Processus Organisateur de l’Humain » (POH).

Nous sommes au cœur de ce livre, nous poussons enfin la psychanalyse jusqu’à son achèvement qui n’est autre que l’humanisation et l’humanité. Là, évidemment, on laisse tomber les concepts et autres interprétations. On laisse simplement tomber puisqu’on est dans l’essentiel (de la vie) et dans la transcendance (de l’être humain).

Psychanalyse, association libre, interprétation

Nous sommes aussi au cœur de la psychanalyse. Dans le cadre classique, on parle, on discourt. Pourquoi, tout d’un coup, une résistance cède-t-elle pour donner libre court à une nouvelle association, association qui sourd du tréfond de (la nature de) l’esprit ? Dans la variable freudienne, çà ne sourd pas tant que çà et ça n’émerge pas de très loin, pour deux raisons. D’abord on cherche des réponses. On fouille les tréfonds mais on les couvre (trop) vite de leur trappe : « c’est l’inconscient, c’est l’Œdipe, c’est papa/maman ». Ensuite, avec l’obligation de parler, on s’oblige à maintenir la structure langagière : mot juste, syntaxe exacte, adéquation des expressions et sensations… Sinon, c’est lapsus linguae, un dérapage qui aura illico son interprétation. Jacques Lacan a joué à déconstruire les mots : « Westminster, où est ce mystère ? » ; « je père sévère », à la dissolution de son école. Est-ce que ça suffit pour subvertir la structure mentale et se laisser submerger par le « ah ha de l’interprétation juste » (encore Jacques Lacan) ?

Carl Gustav Jung, lui, suscitait beaucoup mieux ces subversions et submersions de l’esprit. Il privilégiait les « grands » rêves qui déroulent tout le cycle EMIque et il amenait ainsi à en faire de plus en plus, de ces rêves archétypaux. C’est du conditionnement opérant ‘‘Je ne cause que si vous racontez des ’’grands rêves’’ ! Nous le verrons plus loin dans le chapitre sur les rêves. De plus, il proposait de l’artthérapie et demandait de dessiner/peindre comme lui-même le faisait dans son fameux Livre Rouge. Cet énorme volume trônait toujours dans son cabinet et il complétait texte et peintures entre deux patients. La socioanalyse passe rapidement sur la nature de l’esprit (puisque là aussi il faut communiquer) mais favorise l’intime du lien dès que le groupe accède au consensus et au don altruiste. Mais c’est la somatoanalyse qui excelle dans l’accès au cycle EMIque : volupté, agapé (amour) et épistémé (savoir et intuition).

Alors, votre lecture est-elle analytique, découvrante, EMIque, fondatrice ? Spécialiste de la psychanalyse ou jeune disciple, pouvez-vous vous laisser imprégner par la présentation des différentes variables de cet art (Freud, Lacan, Jung, socio-, somato-) ? Ou reste-t-il encore un coin dans votre salon pour y jeter le livre ? Ça nous permet d’annexer aussi Ferenczi. Il parait qu’il avait acheté « l’Interprétation des rêves » de Freud (son voisin de 300km, Budapest-Vienne) mais l’a soigneusement rangé en enfer (le lieu où l’on cache les livres dangereux chez les curés) avant de le redécouvrir un an plus tard dans l’exaltation que nous imaginons. Il est devenu le disciple chéri de Sigmund et le fol espoir de gendre idéal. Mais la fille, Anna, fantasmait de fessées (sur cul nu) de la part de son papa et a viré (non, on l’est tout court) lesbienne.

Ces allusions font autant potins (de la commère) qu’interprétation freudienne (scène primitive, homosexualité latente, perversion polymorphe etc). Est-ce que çà fait enfin lâcher, là-haut, dans la tête ? Mais peut-être n’avez-vous aucun avis préalable sur la question. Vous découvrez, vous vous documentez, vous apprenez. Et il se passe quoi ? Eh bien des associations plus ou moins libres, des connexions, des interprétations. Moi-même j’associe joyeusement…

A la prochaine, dans quinze jours.

Socioanalyse

Nous continuons à introduire ce livre avec la présentation des socioanalyses (analyse de couple, famille et groupe). La socio-somatanalyse, ma première création (il y a quarante ans) est une arme absolue à la fois verbale, corporelle et sociale, directive et analytique, de durée courte, moyenne et longue… avec émotion, cri et contact tactile. Et, surtout, elle a révélé la trame universelle de la vie des groupes : conflit ⇒ sécurité ⇒ consensus ⇒ don altruiste. C’est le SocioCode.

La confirmation de cette « sociodynamique » se fait scientifiquement par :

  • la répétition des expériences par les centaines de praticiens formés qui observent le même résultat ;
  • la référence aux principaux psychanalystes de groupe chez qui on retrouve les quatre étapes fondatrices du groupe.

On retrouve l’Expérience de Mort Imminente/Initiante qui inspire l’hymne à la joie de Schiller et Beethoven et nous exalte nous -mêmes dans la joie indicible de déboucher sur la merveille EMIque. Cette dernière révèle l’Ontocode, universel lui aussi, et la nouvelle OntoSynthèse qui complète et parachève la Psychanalyse seulement Psy !

Troisième partie :
les socioanalyses

Les somatoanalyses et les socioanalyses sont encore des nains face au géant psychanalytique, ceci au niveau de la notoriété et donc du nombre de cures. Mais elles constituent le véritable renouveau là où la psychanalyse classique recule. Ce livre œuvre à cette résurrection. La socio-somatanalyse insiste sur les marqueurs corporels et relationnels de la sécurisation et du consensus. J’ai accompagné un groupe de patients pendant vingt-cinq années (groupe à renouvellement lent) pour des cures de 2 à 3 années. Et chacun de mes douze cents élèves a participé une dizaine de fois à cette analyse (séances de quatre heures). Et la fée est arrivée, à savoir le modèle sociodynamique. Tout groupe qui en a le temps, quels que soient ses membres, passe par quatre constellations : conflit, sécurité, consensus, don altruiste. Chacune de ces organisations développe autant de capacités, capabilités, états d’être, que seul le groupe peut susciter et stabiliser.

Comme je le communique aux élèves, j’ai la grande modestie de croire que ce modèle sociodynamique est absolu et universel. Je l’ai donc appelé SocioCode. Pour le fonder, en partie du moins, je me réfère aux principaux psychanalystes de groupe : Foulkes, Bion, Mendel, Anzieu, Kaes, les Argentins Pichon et Bléger notamment. Leurs travaux corroborent notre sociodynamique sauf pour la quatrième constellation, le don altruiste. Les Français taxent la troisième étape, le consensus, d’illusion groupale et ne peuvent donc pas accéder au don (des anthropologues comme Marcel Mauss). Ce modèle sociodynamique (du groupe) est totalement différent du modèle psychodynamique (de l’individu) de Freud. Il constitue un nouveau code source, pas secret du tout, celui de toute dynamique de groupe qu’il suffit d’observer en son déroulement.

La sociodynamique constitue tout autant la trame de cet autre groupe qu’est la famille. C’est grâce à la formation aux thérapies familiales que j’ai pu centrer mon enseignement sur trois écoles exemplaires, celle de Minuchin abordant le système familial comme structure, celle de Boszormenyi-Nagy insistant sur les valeurs communes au groupe familial et à la loyauté qu’elles engendrent et celle de Bowen qui travaille à la différenciation de chaque membre de la famille. Il s’est avéré que ces trois spécificités correspondent aux trois dernières constellations sociodynamiques :

  • la structure de Minuchin garantit la sécurité,
  • la loyauté de Boszormenyi-Nagy crée le consensus,
  • la différenciation de Bowen découle du don altruiste de la famille à chacun de ses membres.

Cette approche des écoles systémiques confirme également notre modèle sociodynamique que nous décrirons longuement à travers deux ateliers thérapeutiques. Le dernier chapitre de cette troisième partie se complète de l’essentiel de ma thèse de doctorat en sociologie et ethnologie. Il procède à l’analyse structurale du mythe dogon. Deux intérêts ont guidé la reprise de ce texte. D’abord la beauté du mythe qui n’est autre que la psychologie et la mystique de la société traditionnelle. Freud, Lacan et tous les grands psychanalystes ont toujours recommandé l’approche transversale, anthropologique en particulier. L’autre intérêt illustre cette nécessaire ouverture puisqu’il s’agit rien moins que de l’application stricte de la méthode structuraliste de Claude Lévi-Strauss que nous utilisons pour l’intégration des méthodes et des théories. Sa spécificité se manifeste généreusement puisque la structure du mythe correspond au modèle structuro-fonctionnel, que nous développons dans ce livre. (En séparant cette grande œuvre en deux tomes, j’ai déplacé l’analyse du mythe au tome II).
Le rêve, l’EMI et le mythe nous emmènent au-delà des seuls protocoles et exercices thérapeutiques et dépassent les seules théories et hypothèses intello. Nous sommes en pleine analyse, psycho- socio- et somato-, et dans l’intégration que nous développons dans la quatrième partie.

Le doute (théorique) systématique

Dans cette introduction, j’insiste surtout sur la pratique, sur l’organisation des cures et sur la méthodologie qui intègre tout cet expérientiel, et je néglige quelque peu la théorie. Or, la psychanalyse s’enorgueillit de sa science magnifiée en métapsychologie. Pourtant, de nos jours, cette dernière est un boulet parce que ces hypothèses remontent à cent ans d’âge. La science avance mais les psychanalystes procrastinent par loyauté au maître. Nous verrons cela très clairement avec la psychanalyse de groupe française qui postule un inconscient de groupe, un appareil psychique groupal et la malheureuse illusion groupale. Or un groupe n’a ni inconscient ni appareil psychique et ne s’arrête pas au consensus. Un groupe n’est que communication et sociodynamique et débouche sur le don altruiste.

Pour ne pas coincer dans ces impasses de loyauté, il aura fallu recourir à Descartes et à son doute systématique. Le nouveau protocole somatoanalytique fonctionnait (presque) tout seul. Il suffisait d’observer puis, peu à peu de généraliser par degrés d’abstraction successifs. Le résultat ne s’est pas fait attendre longtemps. Les algorithmes ont afflué et assuré l’opérationnalité de ce travail : modèle structuro-fonctionnel, schéma de position (socio-, duo-, solo), six étapes du développement personnel, les quatre étapes de la sociodynamique. Mais ce sont les deux découvertes suivantes qui font ma fierté et l’espoir de grands changements à venir : la cure séquentielle et le code source inconscient qu’est l’EMI, héraut du héros fondateur, le POH. Du dernier, il en sera longuement question dans le tome II. Quant au premier, en voici le tableau repris des deux précédents tomes auxquels on se référera (Meyer 2016). Toute psychothérapie qui se prolonge bascule spontanément aux séquences suivantes selon un ordre temporel. La psychanalyse y trouve sa place en son 3ème temps.

 

Quant aux théories, nous ne reprenons pas les concepts freudo-lacaniens par pure loyauté. Au contraire, nous observons les nouvelles variantes du logiciel analytique et réfléchissons à partir d’elles. Le résultat est un fantastique enrichissement de tout le corpus psy.

Ce livre constitue donc la réédition de la partie analytique du « Manifeste ». (Chapitres 1, 6, 7, 8, 10). Il réédite aussi les meilleures pages d’un livre plus ancien « Freud Encorps, la psycho- et socio-somatanalyse et le théorème de l’humain » (chapitres 2 à 5, 9 et 11) (Meyer 1995). Il propose aussi des textes inédits sur la socio-somatanalyse et la sociodynamique (chapitres 12, 13) ainsi que deux chapitres de « Stress Angoisse Pulsion de Mort » (Meyer 2011). Toute la quatrième partie est originale et récente. Elle fonde la psychanalyse pléni-intégrative, son code source, l’EMI, et son programme : Essence, Existence, Transcendance (modèle ET). La juxtaposition de ces textes d’âges différents ne nuit pas à cette présentation. Au contraire, elle montre un cheminement et une progression qui sont les miens. Il est bon que le lecteur s’inscrive aussi dans cette progression et ne prenne pas tout simplement le dernier état des lieux comme un acquis qui pourrait à nouveau devenir dogme. Faut crapahuter ici comme dans la vie !

 

Quatrième partie :

la psychanalyse pléni-intégrative,
le logiciel analytique
et le modèle Essence/Existence/Transcendance

 

Si, de temps à autre, je me permets cette écriture désinvolte et impériale directement dictée par l’évidence EMIque, c’est qu’il y a en contrepoint une rigueur méthodologique rarement observée en psychothérapie/psychanalyse. C’est la méthode structuraliste que nous visiterons dans toute sa rigueur avec le mythe dogon. Eh bien, ici, nous constituons un nouvel ensemble en réunissant les trois familles analytiques psycho- socio- et somato-. Il en résulte ses invariants (ou facteurs communs) au nombre de deux : le logiciel analytique et la cure séquentielle. Cette dernière, nous venons de la présenter dans ses quatre temps. Le logiciel sera développé dans ses principales caractéristiques. Et comme cet ensemble analytique est plus que l’addition de ses parties, il nous gratifie de sa grande trouvaille : l’EMI mène à son terme ce qui a été initié par le rêve. Elle institue l’état transconscient au-delà de l’inconscient et du conscient. Cet ensemble, c’est la psychanalyse pléni-intégrative® fondée définitivement dans ce texte. Il ne s’agit pas d’un nouveau système minutieusement protocolé, mais d’une démarche chaque fois personnalisée, construite sur la base des invariants et avec toutes les variables possibles.

Le fil conducteur de cette psychanalyse pléni-intégrative se concrétise dans notre modèle Essence/Existence/Transcendance. Nous allons plus loin que les trames proposées par Freud (inconscient  préconscient  conscient ; ça  surmoi  moi),

par Reich (cuirasse musculo-caractérielle  éveil et circulation énergétiques  réflexe orgastique) ou par Jung (persona  ombre  animus/anima  Soi).

Nous partons aussi des informations inconscientes (au sens des neurosciences), passons par le conscient (focalisé et réducteur) et ouvrons aux ressources transcendantes (essence de l’énergie, nature de l’esprit, intime du lien) qui nous transposent dans l’état d’être transconscient et la plénarité. L’inspiration vient en grande partie de l’EMI qui va inspirer tout le tome.

 

 

Tome II

Expérience de Mort Imminente (EMI) et Processus Organisateur de l’Humain (POH)

L’OntoCode

Révélations, Manifestations, Enseignements

Nous attaquerons cet univers que représente l’EMI. Nous en décrirons les trois occurrences, traumatique, extatique et analytique. Nous détaillerons ses cinq séquences découpées chacune en subversion (de structure) et en submersion (par les ressources). Nous observerons les modes de réception individuels et sociaux de cet évènement extrême et discuterons de leurs dérives professionnelles et culturelles. Car, s’il s’agit bien du processus suprême de l’humain, il ne doit pas laisser indifférent. L’EMI est tellement complexe qu’on ne peut pas la conceptualiser mais seulement la décrire phénoménologiquement. Nous nous porterons en faux contre tous ceux qui veulent en faire une entité dissociée de l’individu, volée à cet individu. Des références prises aux auteurs à la mode illustrent nos decriptions tout en validant le cycle EMIque en cinq étapes. (Eben Alexander avec sa « Preuve du Paradis », et Sogyal Rinpoche avec le Livre tibétain de la vie et de la mort).

C’est probablement la première fois que sa vraie place est accordée à l’EMI, avec sa totale reconnaissance mais sans l’hystérie des expérienceurs trop enthousiastes et sans le recours aux prétentions scientifiques indues. Pour cela, il fallait l’ expertise d’un médecin, psychiatre, psychanalyste, somato-, anthropologue et … ancien religieux. Cet ensemble d’expériences débouche sur un invariant étonnant, à savoir le bon sens. Dans notre domaine psy et onto- (l’être) les explications les plus simples sont les meilleures. Pas besoin de quantique (physique), le Cantique des cantiques suffit. Et c’est néanmoins énorme, comme l’amour que chante ce cantique.

 

Pause, panne d’inspiration, et joie.

Ou plutôt, prudence à ne pas me laisser emporter par une écriture qui commence à devenir maniaque au-delà de l’EMIque. Je descends au caveau et allume la télé. Arte, dimanche soir, pour le concert. C’est la neuvième. Emotion. Larmes à l’œil. C’est la seule fois que j’avais emmené ma mère au concert, pour la neuvième symphonie de Beethoven. Elle avait appris le piano mais moi je ne l’ai plus entendu à moins que, dans l’amnésie infantile ! Mon père faisait vibrer le violon. Ils devaient jouer en duo. Plus tard, il s’est mis au baryton dans une orféon .

Au couvent, on m’assenait les preuves de l’existence de Dieu. Aujourd’hui, cette preuve, c’est J.S Bach et la neuvième. Ecoutant, regardant, méditant, lisant le texte français en incrustation, tout d’un coup vient l’évidence. Mais c’est le cycle EMIque. C’est inspiré par l’Expérience de Mort Initiatique. La musique fait tomber les clivages (formatés) et éveiller les ressources transcendantes. Vous voulez y goûter ? En voici des extraits, de l’hymne à la joie de Schiller, traduction de wikipedia revue et corrigée par moi-même.

 

L’hymne à la joie de Friedrich Schiller


« O joie ! divine et belle étincelle,
fille élyséenne,
ivres et enflammés, nous pénétrons
ton saint royaume, o céleste.


Tes magies à nouveau relient
ce que la mode a gravement démis.
Tous les êtres deviennent frères
là où ton aile tendre se déploie…


La joie, tous les êtres la tète
aux mamelons de la nature.
Qu’ils soient bons, qu’ils soient mauvais,
ils suivent tous tes traces dans la roseraie.


Frères, suivez joyeux votre trajectoire
comme un héros va vers la victoire.
Enlacez-vous tous par millions !
donnez le baiser au monde entier.


Frère, au-dessus du dôme étoilé
il doit y avoir un père aimé…
Pressens-tu le créateur, ô monde ?
Cherche-le par delà les étoiles.

 

D’où vient cette inspiration ? Il y a de l’énergétique dans cette joie. Il y a des sons, de la lumière, des étoiles et de l’évidence. Il y a l’amitié, l’amour et les êtres virtuels. Est-ce que ça viendrait de la culture ou de l’inconscient collectif de Jung ? Ça passe aussi par là. Mais ça part surtout du tréfond de l’être, de ses ressources transcendantes que l’EMI manifeste.

Pause encore, digression et lecture du journal

Voici encore une réaction EMIque. Un grand pédagogue français, puisqu’il s’agit de Philippe Meirieu, se fait interviewer dans notre journal régional, les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA 28/08/16 p.8) avec le titre suivant : « Les savoirs unissent, les croyances séparent ». Ça semble évident. En tout cas tout le monde est formaté pour opiner. Ça sent bon les Lumières et la laïcité (Jules Ferry). Ça reprend même l’actualité du burkini. Eh bien non ! Il s’agit d’une pensée automatique ainsi que l’appelle le cognitivisme. Auparavant on se contentait d’y voir une idée fixe. Eh bien, c’est faux, au regard de l’évolution du monde. Aujourd’hui, le thérapeute que je suis, le psychiatre et sociologue, s’inscrit en faux. La réalité nouvelle, la voici : « Les savoirs détruisent, les croyances humanisent ».

Vous commencez à entendre que ce sont les savoirs anciennement « durs », à savoir les sciences dites telles, qui détruisent la planète et risquent l’extermination de l’humanité avec leur bras armé, la technologie. Hier encore, dans le même journal régional, on nous annonce que la chaleur de l’été (28° à 30° C) fait fondre le permafrost de la Sibérie (près de la moitié de la Russie) et libère des rennes enfuis avec leur anthrax, un risque d’épidémie catastrophique, pire qu’Ebola et Zika réunis.

Et avec des croyances, ça irait mieux ? Oui, ça donne de l’espoir. Parce que les croyances multiples ne sont que les formes diverses (les variables) d’un processus bio- physio- et psycho-logique invariant et commun à toute l’humanité. Je pense évidemment à l’EMII (Expérience de Mort Imminente/Initiante) et au POH, le processus organisateur de l’humanité, et à l’éthique que tous deux constituent.

Enfin quelque chose de commun aux sept milliards. Les croyances rendent humains. Elles restent surtout le dernier espoir d’éviter la catastrophe qui s’annonce. J’ai quand même lu les intertitres de l’interview de Meirieu : « le laxisme, c’est quand un 13 en physique rattrape un 7 en français ». Eh bien non, cher monsieur. Ça s’appelle transversalité, pluridisciplinarité et intégration. L’ensemble est plus que l’addition des parties.

Psychanalyse et OntoSynthèse

Les deux textes précédents ont annoncé les deux théories prédominentes : la Psychanalyse de Freud, (et Freud ad hominem), et l’EMI, Expérience de Mort Imminente et Initiante. Quarante années à bousculer le maître pour arriver enfin au-delà. Il a créé la psychologie des profondeurs. Dans le trou à creuser, Freud a buté sur une chape en béton et l’a appelé « inconscient » : arrêtez, y a rien au-delà ! Résignation (à 80 € les trois quarts d’heure et les dix minutes chez les lacaniens).

Eh bien si ! Y a un au-delà ! C’est quand on est sur le point de crever, en trauma ou coma, que les ressources fondamentales s’éveillent, nous guérissent, nous enlèvent la peur de la mort et nous transforment. A suivre, au-delà de l’inconscient !

Ecriture EMIque

Après la création du terme Ontopsy(chologie) (pour recentrer dans l’être, onto-et ne pas rester seulement en psy), je propose l’adjectif EMIque (à prononcer éèmique) pour désigner tout ce qui concerne l’Expérience de Mort Imminente, toute son extension qui se déploie dans ce livre. Pour commencer, nous pouvons postuler une écriture EMIque telle que celle qui introduit ce texte. L’EMI étant la descente absolue dans les profondeurs de l’être, (dans son secret, sa mystique, l’au-delà de l’inconscient et le quantique), sa description fidèle en devient particulière. Certes, le processus de l’Expérience de Mort Imminente est un processus biologique et physiologique et donc un mécanisme invariant et universel. Mais cette « forme basique » (et opérante) ne se révèle que sous des aspects particuliers, personnalisés, comme dans le rêve. C’est la raison pour laquelle on a mis si longtemps à s’entendre sur sa trame en cinq séquences.

Si mon écriture apparait donc parfois désinvolte, décousue, sens dessus-dessous et sans queue ni tête. C’est qu’elle est EMIque. Le contenu rappelle le délire paranoïde, bizarre, fantastique, allant dans tous les sens. Et quand cet écrit retrouve à nouveau les exigences scientifiques, il semble paranoïaque, maniaque et même monomane. Nous verrons plus loin que même la psychose aigüe se déroule en cinq séquences informées par l’EMI. Alors continuons avec une désinvolture assumée, une créativité débridée, animés par l’essence de l’énergie, instruits dans la nature de l’esprit et néanmoins reliés par l’intime du lien.

Mais à quoi peut bien servir la révolution EMIque ? Ça donne de l’affirmation de soi, de l’affirmation tout court, grâce à l’énergie qui s’éveille. Ça connecte à la nature même de l’esprit et à l’évidence qui sommeille en elle. Ça rend proche et donc intime, beau, bon et bien. J’essaye de l’illustrer par le mode d’écriture de ce début de livre. Et ça va même plus loin. Ça jette aussi un autre regard sur l’histoire, l’histoire de vie, mon histoire de vie en l’occurrence.

L’histoire de toute une vie se construit aussi sur le processus EMIque avec subversion et submersion

Je me suis répandu sur mon cheminement dans plusieurs livres. J’ai insisté sur les épreuves, professionnelles en particulier. Je me suis même présenté parfois en victime, oubliant que ça me permet de noircir quelques feuilles supplémentaires. Ce serait tout bénef. Mais aujourd’hui la lumière (de l’esprit) permet un tout autre regard sur mon cheminement sur lequel je vais (encore) me répandre mais, maintenant, comme illustration de la fonction EMIque. Les épreuves de vie ne sont que la subversion des structures qui se sont figées et bloquées. Pour avancer vers l’actualisation des ressources transcendantes, il faut lever ces empêcheurs de tourner … en avant. Et ces ressources, soulignons-le, c’est volupté, félicité et agapé. C’est très sérieux, sans trop se prendre au sérieux.

La subversion de l’héritage familial et l’accès à l’esprit

A mes treize ans, mon grand frère (16 ans) entrait dans l’entreprise familiale pour en prendre la succession et ma petite sœur (4 ans) assurait le bonheur des parents qui en avaient… bavé (deux exodes entre autres, en 1940 et 1944). L’aumônier de la colo où nous allions tous deux avait toutes ses chances en me vantant une vocation religieuse à laquelle j’ai adhérée en cinq minutes. En prenant mes distances avec la structure familiale, j’y trouvais enfin une place. Je trouvais surtout ma place, celle d’un futur intello qui commençait par réprimer sexo. J’ai aussi accédé à la musique (piano et orgue) jusqu’à un niveau appréciable. J’y ai connu satisfaction, apaisement, appartenance, reconnaissance et petites visions (déjà spirituelles).

La subversion des structures institutionnelles et dogmatiques et l’accès à la pensée

A vingt-deux ans, le service militaire et l’université (sociologie et ethnologie) m’ont fait découvrir le monde, plus particulièrement l’autre moitié du monde. J’écris mes hésitations à mon supérieur qui m’enjoint de ne pas réintégrer le couvent. Je me sentais renvoyé et je décris plus loin les cauchemars qui en ont résulté. Mais l’intello s’est libéré et a ajouté médecine aux sciences humaines. De là à glisser vers la psychiatrie, il suffit de suivre la voie la plus facile. Psycho-, socio- et somato- se constituent en kit. Les trois ressources s’annoncent par bribes éparses en attendant de me transcender. Mais auparavant il fallait lâcher l’institution et le dogme ainsi que les rituels. Je n’ai jamais plus pu m’inféoder ni à une école/chapelle, psychanalytique en particulier, ni à un maître. On verra longuement la référence à Freud, à la fois déférente et distante, jusqu’à ce que j’aille un peu plus loin que lui avec l’EMI. Famille, institutions, écoles professionnelles, mêmes structures à subvertir pour acquérir la liberté de pensée jusqu’au don de l’évidence.

La subversion de la structure sociale et les merveilles du corps

Mais 68 m’a cueilli à mes vingt-six ans, en deuxième année de médecine et fraichement marié. J’ai été l’un des meneurs en fac de médecine, élu délégué des étudiants, présidant la seule AG étudiants/profs et siégeant à l’instance dirigeante de la fac. J’en ai payé le prix. On a failli me faire louper l’examen clinique de fin d’études (devant jury). On a essayé de me piéger à la fin de la première année de psychiatrie. On m’a refusé le poste de chef de clinique et même d’attaché.

Mais j’étais libre. J’ai donné libre cours à ma créativité. Mon ex femme est kiné et je lui ai promis de m’intéresser au corps, ce corps que Mai 68 a libéré, magnifié. Les nouvelles thérapies psycho-corporelles ont prospéré, en particulier le rebirth, cette hyperventilation en position allongée et immobile qui déséquilibre les constantes sanguines. Il s‘agit d’un véritable traumatisme bio-physiologique qui équivaut en plus cool aux traumas générateurs des EMI avec coma. C’est la raison pour laquelle la modification que j’ai apportée au rebirth pour en faire la pneumoanalyse (analyse par le souffle) est devenue le laboratoire expérimental et expérientiel de l’EMI. J’ai installé très vite un centre de thérapie de groupe, avec un sauna et, pour mes anciens patrons, il est devenu un baisodrome. Non, chers maîtres, c’est un émotiodrome et actuellement l’EMIdrome, le centre de recherche de ce processus.

Je pourrais en rajouter. L’expulsion du Sénégal alors que j’étais major du concours d’internat de Dakar. Le refus par l’ARS (Agence Régionale de Santé d’Alsace) de mon dossier pour l’enseignement de la psychopathologie des médecins et psychologues. Motif : risque de « dérives graves ».

Non. Ce n’est pas la litanie des épreuves qui importe. Le processus EMIque nous révèle que toute acquisition d’un nouvel état d’être passe par la subversion d’une structure bloquée (en bloc). J’ai rapidement évoqué la subversion des structures sociales (famille, institution, église, école, administration). Les textes à venir décriront les subversions intrapersonnelles par l’hyperventilation, la catharsis émotionnelle et le contact intime. Il n’est pas nécessaire de s’exposer au coup de massue sur la tête ou au coma par infarctus du myocarde. Mais les ressources transcendantes ne s’actualisent qu’après avoir lâché quelque chose. Appellera-t-on cela épreuves revigorantes avec les moralistes ou « destruction créatrice » avec les économistes (Schumpeter) ? Essayons pour le moment : subversion EMIque. Cette nouvelle notion vient aussi éclairer mes déclarations précédentes niant toute volonté délibérée de provoquer. Ça se fait à l’insu de mon plein gré. Mais ce n’est pas ma faute. C’est l’EMI qui ! Nous verrons plus loin que les étapes du développement ontogénétique passent également par deux séquences : une catastrophe qui prélude à un état de stabilité structurale (selon René Thom).

L’expérience de Mort Initiante

C’est ici que nous comprenons mieux l’étrange dénomination d’Expérience de Mort Initiante/Initiatrice qui conserve le terme de Mort. L’étape de subversion des structures peut atteindre une intensité évoquant effectivement la mort. Cela nous évoque aussi la « petite mort » qui symbolise la déstructuration causée par l’orgasme. Nous verrons la théorie des catastrophes du mathématicien René Thom qui voulait mettre en équation les changements de régime climatique entre deux périodes (structurellement) stables. Comment passe-t-on de trois semaines de beau temps aux journées d’orage et vice versa ? Pour rester dans la métaphore climatique, on peut se considérer soi-même comme un système météorologique. Beau temps qui cherche à se perpétuer et qui vit des petites morts à chaque changement de régime !

Voilà suffisamment d’exhibition personnelle (petite mort ?) Vous avez quand même compris que ces éléments autobiographiques ne répondent pas seulement à la question d’antan (d’où parle-t-il ?) mais constituent aussi un moyen de vous subvertir, vous. Vous vous y reconnaissez (en partie du moins) et vous lâchez prise (en choc) ou ça vous gonfle et votre corps se met en stress. Dans les deux cas, c’est tout bon. Sinon c’est la réaction de bloc, troisième mode, vous vous rappelez !

 

Sérieux, sans se prendre au sérieux

Ce troisième tome qui clôture la réédition du Manifeste de la Psychothérapie Intégrative crée la psychanalyse pléni-intégrative ® en réunissant psycho-, somato- et socio-analyses. Cet ensemble qui est plus que l’addition des parties révèle son invariant, le logiciel analytique, et son code source inconscient, l’EMI (Expérience de Mort Imminente). Cette dernière est l’aboutissement de l’analyse et en même temps son origine. Nous entrons dans une causalité circulaire qui est celle-là même de la vie. Ainsi se relance l’intérêt de la psychanalyse, ici en France.

Présentation du livre

Nous livrons une belle histoire pour ne pas dire un conte de fée. Quarante années de recherche, d’expérience et d’audace ont relancé la psychothérapie et la psychanalyse, doublant le niveau de profondeur, du rêve jusqu’à l’EMI et de la psychanalyse formatée jusqu’à la psychanalyse pléni-intégrative. Ce livre retrace ce déroulement, le plus sérieusement du monde. Deux tomes constituent ce texte. Le premier développe les psychanalyses, somatoanalyses et socioanalyses pour intégrer ces trois branches en une psychanalyse pléni-intégrative. Le deuxième tome se laisse aller à l’évidence qui jaillit comme invariant et facteur commun, son code source inconscient, l’Expérience de Mort Imminente (EMI) qui n’est que la manifestation consciente du Processus Organisateur de l’Humain (POH) totalement inconscient.

  • Première partie : la psychanalyse, de Freud à Lacan, en passant par Ferenczi et Jung

 La psychanalyse reste la reine de la psychothérapie, celle qui creuse en profondeur et produit des connaissances méta-, au-delà. Même si les cures longues se pratiquent moins, les psychanalyses brèves et de durée moyenne tiennent la route. Freud traitait en quatre à six mois. C’est l’élargissement à des indications nouvelles, comme les personnalités archaïques (schizoïde, narcissique, paranoïaque) et surtout les psychoses, qui a allongé les cures.

Freud a donné au rêve un statut scientifique, au risque du transfert et des états de conscience modifiés. Il a vulgarisé l’aspect inconscient des processus psychiques, débouchant ainsi sur la complexité de l’être. Après le transfert affectif jusqu’à l’amour/haine, il s’appesantit sur le relationnel avec le complexe d’Œdipe (que nous élargissons au « défi œdipien : je veux aimer, je dois tuer »). A son actif encore, l’insistance sur la sexualité, sur la petite enfance et les étapes du développement. Mais les neurosciences ont déboulonné plusieurs de ces postulats. Le rêve ne se construit pas sur une pensée latente. L’inconscient n’est pas le refoulement des pulsions œdipiennes. Et ces dernières ne sont pas universelles.

Aussi commençons-nous par l’interrogation cruciale : comment peut-on enseigner Freud encore ? Puis nous continuons avec la démarche freudienne, exemplaire et courageuse, dans laquelle nous osons nous reconnaitre. Nous mettons en avant le « logiciel analytique » qui fait l’unité de toutes les familles d’analyses, y compris des somatoanalyses et des socioanalyses. Nous insistons sur deux algorithmes, celui des trois positions de vie (en groupe, duo et solo) et celui de l’ontogenèse avec ses six étapes du développement. Nous proposons une nouvelle lecture de l’œuvre théorique de Freud, métapsychologique, en mettant en évidence six grands thèmes qui correspondent aux acquis de chacune de ces étapes. Avec ces six thèmes, Freud aura balayé l’essentiel du fonctionnement humain.

Mais c’est l’outil du rêve qui fait l’essentiel de cette première partie. Le rêve a-t-il une fonction ? En tout cas, on l’utilise en thérapie et en analyse. Nous montrons qu’il se construit sur la trame de l’EMI avec deux rêves de Freud et de Jung eux-mêmes. A partir de cet argument, ajoutée à bien d’autres, nous reconnaissons à la psychanalyse, devenue ici « intégrative », le mérite d’être une voie royale vers l’EMI. Nous saluons aussi son rôle d’inspiratrice de la somatoanalyse qui le lui rend bien en la rendant intégrative et novatrice.

  •  Deuxième partie : la somatoanalyse en ses trois settings

L’histoire devient belle avec la création de la somatoanalyse. Le conte de fée s’enrichit. Au prix d’une nouvelle mise à distance par les thérapeutes psychocorporels, humanistes et transpersonnels, que j’avais rejoint après le rejet par la psychiatrie officielle. Ça a duré son temps et la spécialiste française du rebirth me lança rageusement : « Ces mecs quand même, dès qu’ils font du neuf, faut qu’ils le baptisent ». Cette nouveauté, la somatoanalyse (avec ou sans o), n’était pourtant ni un caprice ni la volonté délibérée de rejoindre le mainstream psychanalytique. Je décris cette création. Mes deux formations au New Identity Process de Casriel et à la psychothérapie analytique de groupe se sont associées le jour où mes patients ne voulaient /pouvaient plus se laisser diriger : « Eh bien, alors prenez la responsabilité de votre action/non action ». Je me suis rallié au logiciel analytique qui a fonctionné comme un puissant attracteur tout en intégrant le cri et le bonding comme puissants moyens de communication. L’émotion intense en jaillit et retrouve la catharsis de Breuer et Freud. Cette première forme, en groupe, a été appelée plus tard socio-somatanalyse ou socio- tout court.

Puis je présente longuement la psycho-somatanalyse, la forme duelle avec communication verbale, tactile et visuelle. J’y décris deux cas cliniques, une personnalité schizotypique et un syndrome post-traumatique complètement dissocié après dix années d’inceste quotidien. Cette rencontre globale, psycho-, socio- et somato-, suscite des régressions bénignes et parfois profondes comme les décrit Balint, disciple de Ferenczi.

Ferenczi, nous l’abordons longuement à travers la présentation du livre d’un de mes élèves. Lorsque Freud a théorisé la pulsion de mort pour se dédouaner des patients qui ne voulaient pas guérir, Ferenczi a reconnu qu’il n’utilisait pas les bons moyens. Aussi a-t-il créé trois techniques nouvelles : la thérapie active, la néo-catharsis et l’analyse mutuelle. Après avoir créé moi aussi mes trois somatanalyses, socio-, psycho- et Présence Juste, j’ai retrouvé Ferenczi et remarqué que c’est de lui que je suis le plus proche :

  • la socio- est la méthode active,
  • la psycho- se centre sur le tactile comme la néo-catharsis,
  • l’auto-somatanalyse (Présence Juste) prépare le thérapeute à l’analyse mutuelle.

Cette reconnaissance en Ferenczi apporte une validation supplémentaire de la somatoanalyse d’autant plus que là où Ferenczi (bridé par Freud) n’avait pas la capacité de gérer les émotions fortes, les contacts intimes et sa propre ouverture au patient, nous avons, cent ans plus tard, toutes les techniques, les protocoles et l’accompagnement scientifique pour le faire.

Grâce à la sécurité apportée par le cadre analytique, la création a continué avec deux autres innovations décisives : la Pneumanalyse et la Méditation Pleine Présence. Dans le cadre de la psychanalyse pléni-intégrative, elles ont permis d’accéder directement au processus EMIque. Nous le verrons longuement dans le dernier chapitre de cette deuxième partie.

Un autre chapitre décrit la sexo-somatanalyse à la fois groupale et individuelle. En effet, la maîtrise du cadre analytique et des outils psycho-corporels nous promeut à ces soins sexologiques sous-jacents à la majorité des psychopathologies. L’autre maîtrise, celle du systémisme (famille et couple sont des systèmes relationnels comme le sont les groupes) nous qualifie pour les conjugothérapies/analyses.

Un long chapitre décrit l’accès au processus EMIque par la Pneumanalyse, la Méditation Pleine Présence et la Psychose aigüe. Ce chapitre, complété par mon expérience personnelle du rebirth (et du caisson d’isolation sensorielle dans le tome II) nous donne toutes les garanties d’un abord méthodologique et phénoménologique de cette Expérience de Mort Imminente qui révolutionne notre science psychologique et notre profession psychothérapique.